Au fil des semaines...

Le dimanche 8 décembre 2002

Réponse du ministre Legendre

Nous venons de recevoir par le courrier une lettre du ministre Richard Legendre en réponse à celle, assez dure, que nous lui avions adressée en octobre dernier. Ses propos sont clairs; il aurait été mal cité par les journalistes. Comme il a tenu exactement les mêmes propos à deux occasions à la télévision à quelques jours d'intervalle, on peut en déduire que les journalistes ont bien mal saisi l'essence de son discours...

Dans sa lettre, M. Legendre nous demande d'aviser les membres du Comité d'action ÉPS qu'il travaille, aussi, à faire progresser l'éducation physique. Voilà qui est fait!

Autre appui

Malgré ce qu'on peut en dire, la "voie parascolaire" satisfait bien peu de gens. Au lendemain de l'annonce en ce sens du gouvernement, nous avons en effet obtenu l'appui du Comité régional de parents de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, regroupement ouest, à l'esprit de nos démarches. Les parents présents ont aussi accepté de présenter nos démarches à leurs conseils d'établissement respectifs.

Un gros merci aux parents concernés pour l'accueil plus que chaleureux qui nous a été réservé!

Dans les journaux

Notre entrevue du 4 décembre dernier avec un journaliste du réseau NTR a été reprise le lendemain par la Presse canadienne dans certains quotidiens du Québec. Ce fut entre autres le cas de La Presse et du Journal de Montréal.

Nous avons par ailleurs été déçus d'apprendre que le débat que nous devions tenir dans la soirée de jeudi avec un ministre québécois, sur les ondes d'une station de télévision très connue de la région de Québec, a été annulé en dernière minute tout simplement pour faire place à un autre sujet. Faute de temps, nous avons aussi subi le même sort pour une émission de radio au cours de laquelle nous devions intervenir en direct le midi du même jour.

Autre texte expédié aux médias

Nous avons profité de l'intérêt suscité par l'annonce du plan d'action du gouvernement du Québec en matière d'éducation pour faire parvenir le texte qui suit aux médias.

Il est plus que temps de laisser de côté les professions de foi et d'y aller d'engagements fermes. Que les politiciens de tous les partis se lèvent!

Le mercredi 4 décembre 2002

Grosses journées!

Nous avons réagi hier, sur les ondes de Radio-Canada, à l'annonce faite conjointement par les ministres Simard et Legendre quant à la décision du gouvernement du Québec d'axer ses efforts, pour contrer la sédentarité chez les jeunes, dans la multiplication d'activités parascolaires.

Le point de vue du Comité d'action ÉPS est clair à ce sujet: la solution passe inévitablement par une solution globale qui DOIT inclure prioritairement une hausse substantielle du temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé dans toutes les écoles du Québec. C'est un prérequis, un "incontournable" non négociable.

Le reportage a été diffusé sur les ondes de RDI hier vers 17h30, puis repris pendant tout l'avant-midi, toujours à RDI, et enfin aux nouvelles du midi de Radio-Canada.

Cet après-midi, nous avons accordé une entrevue par téléphone à un journaliste du réseau NTR (agence de presse canadienne qui "distribue" des reportages aux stations radiophoniques privées de toutes les régions du Québec). Il est donc possible que vous ayez entendu ledit reportage au cours de la présente soirée.

Il est possible que nous participions demain à un débat télévisé sur le même sujet dès demain en soirée. On ne nous confirmera la tenue de ce débat que demain en cours de journée. Si le débat a bel et bien lieu, il est donc probable que nous ne puissions vous en aviser à temps...

Autre rencontre avec des parents d'élèves

Nous revenons tout juste d'une rencontre de 50 minutes avec un comité de parents de la région de Montréal. Nous espérons obtenir de leur part une appui à nos démarches. À suivre...

Le lundi 25 novembre 2002

Appui d'un autre comité de parents!

Nous assistions, il y a quelques minutes à peine, à une assemblée du Comité de parents de la Commission scolaire des Affluents. À notre grand plaisir, les parents de cette grande région ont accepté d'appuyer l'ensemble de nos démarches en se montrant très favorables, en particulier, à une augmentation significative du temps accordé à l'éducation physique et à la santé dans les écoles. Une lettre d'appui nous sera adressée sous peu (et sera évidemment acheminée au ministre Simard).

La Commission scolaire des Affluents accueille cette année plus de 36000 élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire. Elle regroupe le territoire des municipalités régionales de comté de L'Assomption et des Moulins, au nord-est de Montréal.

Le jeudi 21 novembre 2002

Appui des physiothérapeutes

Nous venons de recevoir le lettre d'appui à nos démarches de l'Ordre professionnel des physiothérapeutes du Québec. Cette lettre s'ajoute ainsi aux nombreuses autres reçues depuis le printemps dernier. On peut en consulter la liste complète dans notre section appuis. Cette lettre, comme toutes les autres, sera acheminée à Québec dès demain.

À suivre très prochainement de nouvelles visites de comités de parents de commissions scolaires de la grande région de Montréal.

Le dimanche 10 novembre 2002

Excellent article!

L'éducation physique et à la santé continue de faire parler d'elle. François Léveillé, éducateur physique de Laval, est en effet tombé sur un excellent article de Gilles Labre, de la Boutique Courir de Montréal, appuyant une augmentation du temps accordé à l'éducation physique à l'école.

"Au cours des dernières années, dans plusieurs commissions scolaires, le temps alloué à l'éducation physique a été sensiblement réduit. On s'étonne ensuite du peu d'intérêt manifesté envers l'activité physique par les gens lorsqu'ils atteignent l'âge adulte, peut-on lire dans le texte. On s'étonne également de l'approche qu'il faut alors prendre pour les amener à bouger (c'est-à-dire bouger sans avoir à forcer) et ce, de peur de les décourager."

Avec la permission de l'auteur et de la Boutique Courir, on peut lire le texte dans sa totalité dans nos archives.

Le lundi 28 octobre 2002

Documents à présenter

Nous venons d'ajouter deux nouveaux documents pour celles et ceux qui désirent présenter les démarches du Comité d'action ÉPS à un conseil d'établissement ou à un comité de parents. En plus d'un compte-rendu simplifié, vous pouvez aussi télécharger le texte d'une proposition qui pourrait être soumise en appui à votre présentation. À lire dans nos archives.

Le jeudi 24 octobre 2002

Changement de ton

"Trop, c'est trop", disait mon paternel dans ses élans de sagesse!

Nous avons fait parvenir au ministre Legendre une réplique à ses propos au sujet, entre autres, de l'éducation physique à l'école. Nous vous invitons à en prendre connaissance dans nos archives.

Le lundi 21 octobre 2002

Diffusion du reportage au Point

Le reportage produit par une équipe du magazine télévisé Le Point a finalement été présenté ce soir sur les ondes de RDI et de Radio-Canada.

Le reportage en question, auquel nous avons contribué, a présenté avec beaucoup d'objectivité l'état de la situation actuelle en matière de santé chez les jeunes. On constate néanmoins que l'objectif du gouvernement est définitivement centré sur le développement... d'activités parascolaires. On ne comprend rien? On ne veut rien comprendre? Le résultat est le même, un gâchis.

On peut consulter diverses informations sur ce sujet et visionner le reportage à partir du site de Radio-Canada ou seulement le visionner en accédant directement à ce fichier vidéo également extrait du site de Radio-Canada.

Le mercredi 25 septembre 2002

Gaspillage de 100 millions $

Nous apprenions hier dans les différents bulletins de nouvelles que "les commissions scolaires du Québec dépensent chaque année 100 millions $ pour entretenir des locaux qui sont vides."

Drôle de hasard, avouons-le, puisque M. Simard lui-même déclarait en juin dernier que chaque heure d'éducation physique supplémentaire coûterait... 100 millions $ à l'État et qu'il ne disposait pas de cette somme.

À ce sujet, nous aurions peut-être une proposition à lui faire...

Reportage au Point de la SRC

Nous l'attendions depuis le printemps dernier...

Le journaliste Jean-Sébastien Cloutier nous a confirmé hier que le reportage (auquel nous avons collaboré) portant sur l'activité physique chez les jeunes sera finalement diffusé au magazine Le Point de Radio-Canada dans les deux ou trois prochaines semaines. Le journaliste a d'ailleurs rencontré le ministre de l'Éducation Sylvain Simard à ce sujet la semaine dernière.

Le reportage sera d'une durée approximative de 14 minutes. Si cela est possible, nous vous communiquerons la date précise de sa diffusion.

Dans le Journal de Montréal

Nous avons reçu par envoi postal un exemplaire du cahier spécial de la rentrée du Journal de Montréal publié le 6 août dernier. On peut y lire, en page 8, un article concernant nos démarches en faveur de la santé des jeunes.

Si la gent politique se montre toujours discrète, il est tout de même agréable de constater que les médias n'hésitent pas à publier des articles ou reportages sur ce sujet d'actualité.

Le dimanche 22 septembre 2002

Contrer la sédentarité uniquement par le sport?

Au cours des derniers jours, le gouvernement du Québec a fait savoir qu'il comptait offrir davantage d'activités parascolaires aux jeunes de manière à contrer les effets de la sédentarité. Il s'agit à notre avis d'une mesure incomplète qui ne règlera rien tant qu'on n'acceptera pas d'inclure une augmentation significative du temps accordé à l'éducation physique dans les écoles. Un texte expliquant notre point de vue est disponible dans nos archives.

Le jeudi 29 août 2002

Appui des chiropraticiens

On vient de nous confirmer par écrit que "l'Ordre des chiropraticiens du Québec appuie officiellement le Comité d'action ÉPS dans sa démarche visant à faire reconnaître, par le Gouvernement du Québec, la nécessité de prioriser des mesures favorisant la santé globale des jeunes."

Cette annonce fait suite à notre demande d'appui présentée cet été qui insistait en particulier sur la nécessité de hausser le temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé dans les écoles. Pour prendre sa décision, l'Ordre des chiropraticiens a pris connaissance du contenu des documents publiés dans nos archives, en plus de suivre l'évolution de nos démarches dans les différents médias.

Le mercredi 21 août 2002

Autre appui important

Nous avons reçu aujourd'hui une lettre d'appui de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec à nos démarches. Celle-ci sera évidemment acheminée au cabinet du ministre Simard dès demain.

"L'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec appuie les efforts du Comité d'action ÉPS pour améliorer la condition physique des jeunes Québécois.

"La promotion de la santé est l'une des composantes-clés de l'exercice de la profession d'infirmière et c'est pourquoi l'Ordre souscrit à vos objectifs d'augmenter le temps consacré à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé dans les écoles comme il appuie les programmes de cessation de fumer chez les jeunes et toute autre action visant l'adoption de comportements de vie sains.

"Nous espérons que vos démarches seront fructueuses (...)."


Suzanne BÉLANGER
Directrice des services aux clientèles et des communications


Sylvie DUBOIS
Coordonnatrice du soutien professionnel
Direction du développement et du soutien professionnel

Le vendredi 9 août 2002

On se remet au travail!

Il n'y a pas de vacances qui tiennent lorsqu'il s'agit de défendre une cause!

Nous avons reçu à l'instant une lettre d'appui de Mme Céline Beaulieu, présidente de l'Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec, qui appuie inconditionnellement nos démarches.

"Nous avons pris connaissance de votre requête. Nous trouvons tout à fait louables les efforts entrepris pour sensibiliser les décideurs politiques. Étant un ordre professionnel de la santé, nous avons à cœur la santé et le mieux-être de la population québécoise.

"Depuis quelques années, nous assistons à des Commissions d’enquête sur l’avenir du système de santé tant québécois que canadien; la Commission Clair, la Commission Romanow. Dans les rapports de ces commissions, il y a unanimité à savoir que la prévention doit faire l’objet d’efforts prioritaires et soutenus.

"Mais plus près des Ordres professionnels de la santé, nous venons de participer à des travaux d’envergure afin d’actualiser la pratique professionnelle. L’adoption de la loi 90 en juin dernier, modifie passablement le Code des professions. On y retrouve entre autres, à l’article 39.4;

« L’information, la promotion de la santé et la prévention de la maladie, des accidents et des problèmes sociaux auprès des individus, des familles et des collectivités sont comprises dans le champ d’exercice du membre d’un ordre dans la mesure où elles sont reliées à ses activités professionnelles. »

"De plus en plus, les médias nous inondent d’articles et de documentaires, dénonçant la piètre condition physique de notre jeunesse; la sédentarité, l’obésité, le tabagisme, l’alcoolisme et la toxicomanie, le suicide.

"Cessons de jouer à l’autruche, nous sommes d’avis que la santé de notre jeunesse québécoise est l’affaire de tous. Nous devons donc unir nos efforts afin d’optimiser les résultats.

"Vos trois demandes auprès de la gent politique sont fondées et appropriées.

"Nous croyons fermement que d’exposer les enfants dès leur entrée à l’école, à un programme « d’éducation physique et à la santé », est une condition incontournable afin d’inculquer de saines habitudes de vie. L’exercice régulier, une saine alimentation, l’hygiène corporel ainsi que la sensibilisation aux effets néfastes du tabagisme, sont tous des éléments que le programme d’éducation physique et à la santé abordent. Les 60 minutes allouées par le nouveau programme nous semblent tout à fait insuffisantes. C’est quotidiennement que les enfants devraient être exposés à l’obligation de bouger, pour que graduellement cette habitude de vie devienne un choix. Certes, ces changements génèrent des coûts, mais nous avons le choix de débourser aujourd’hui dans la prévention, ou plus tard dans des soins de santé, qui jamais ne redonneront une condition physique optimale.

"De plus, toute l’infrastructure des établissements scolaires devrait être beaucoup plus accessible après les heures de classe régulières. Ce ne sont pas tous les enfants qui ont la possibilité d’être inscrits à des activités sportives.

"Nous, nous devons d’agir aujourd’hui afin de préserver la santé des générations futures. C’est un choix de société.

"C’est pourquoi, l’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec est heureux et fier d’appuyer votre démarche et vous encourage fortement à persévérer.

Céline BEAULIEU, inh.
présidente


Cette bien belle lettre sera évidemment acheminée au ministre de l'Éducation afin de l'aider dans sa réflection. ;)

Le samedi 22 juin 2002

Dans la presse québécoise

Nous avons bénéficié d'une couverture médiatique intéressante au lendemain de notre conférence de presse de jeudi. Certes, l'impact a été beaucoup moins important que prévu puisque l'autre conférence de presse, celle des trois ministres du Gouvernement du Québec, nous a écartés de l'agenda des journalistes qui devaient limiter leurs sorties. En fait, rares sont les médias qui ont réellement parlé de notre conférence proprement dite. Dans la plupart des cas, on a surtout cherché à obtenir une réaction de notre part à l'annonce du gouvernement d'investir dans les activités parascolaires.

À vrai dire, nous n'avons pas "critiqué" la décision des ministres. Les journalistes eux-mêmes l'ont fait... Comme quoi notre campagne de sensibilisation a produit ses effets!

À notre connaissance, on a donc parlé de nous le jeudi 20 juin dans les différents bulletins télévisés de Radio-Canada, TVA et TQS, de même qu'aux informations des stations radiophoniques Info 690 et CBC (réseau anglais de la SRC).

Le lendemain matin, le quotidien Le Devoir publiait un article fort intéressant sur le dossier qui nous intéresse. Le midi, nous avons aussi participé en direct à l'émission de télévision TVA en direct.com, diffusée dans toutes les stations du réseau TVA, pour une portion de l'émission d'environ 45 minutes.

Nouveaux documents rendus publics

Nous avons ajouté dans nos archives le document de presse de 14 pages remis aux journalistes lors de notre conférence du 20 juin de même que le document de 34 pages remis au ministre de l'Éducation à son cabinet de Québec le 18 juin dernier.

Des vacances nécessaires!

Après avoir passé plusieurs mois intenses dans ce dossier, nous prenons quelques semaines de repos au cours desquelles nous garderons tout de même l'oeil ouvert!

On sent très bien ces temps-ci, au sein de la population, un fort courant en faveur d'une augmentation significative du temps accordé à l'éducation physique et à la santé dans les écoles du Québec. L'éducation physique n'est pas la seule solution pour contrer la sédentarité, mais elle constitue plus que jamais un prérequis incontournable et non négociable.

Nous vous remercions pour ces nombreux messages d'appui que nous avons reçus tout au long de l'année. Nous remercions aussi la Commission scolaire de Montréal, en particulier toute l'équipe du MÉMO, pour son support lors de la mise sur pied de notre conférence de presse.

Bon été à tous!

Le jeudi 20 juin 2002

URGENT! Conférence de presse reportée

Pour des raisons hors de notre contrôle, la conférence de presse qui devait avoir lieu à 10h30 dans les locaux de la Commission scolaire de Montréal a dû être reportée à plus tard aujourd'hui.

C'est donc toujours un rendez-vous aujourd'hui, jeudi 20 juin, à 14h00, au centre administratif de la Commission scolaire de Montréal, 3737 rue Sherbrooke est, 5ième étage, local 534. Nous nous excusons des inconvénients que ce changement pourrait causer.

Le samedi 15 juin 2002

Dernier appui... avant la rencontre

Nous avons reçu hier l'appui de l'Ordre des conseillers et conseillères d'orientation et des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec. Il s'agissait pour nous du dernier appui que nous avions sollicité avant notre rencontre de mardi avec le ministre Simard.

Cet appui majeur, qui s'ajoute à cinq autres gravitant de près ou de loin autour du secteur de la santé, est fort significatif pour nous. Les conseillers d'orientation et les psychoéducateurs interviennent en effet quotidiennement auprès de jeunes qui, souvent, vivent des moments de crise à l'école, des problèmes d'estime de soi, de valorisation, d'intégration, etc.

Le jeudi 13 juin 2002

Rencontre avec le ministre

Nous rencontrerons le ministre de l'Éducation, M. Sylvain Simard, ce mardi 18 juin à son cabinet de Québec.

Conférence de presse

Au lendemain de notre rencontre avec le ministre, nous tiendrons une importante conférence de presse au cours de laquelle nous ferons le point sur nos discussions avec M. Simard et sur l'impact de nos démarches actuelles et à venir.

C'est donc un rendez-vous le jeudi 20 juin prochain, à 10h30, au centre administratif de la Commission scolaire de Montréal, 3737 rue Sherbrooke est, 5ième étage, local 534.

Et un autre appui de taille!

Nous avons reçu aujourd'hui la confirmation que l'Ordre des psychologues du Québec nous appuie dans nos démarches. La lettre officielle nous sera livrée demain par messagerie.

Le lundi 10 juin 2002

La Chaire de recherche sur l'obésité se prononce

Nous venons de recevoir une copie de la lettre qu'a expédiée au ministre de l'Éducation M. Paul Boisvert, directeur exécutif de la Chaire de recherche sur l'obésité D.B. Brown (Université Laval), en appui à nos démarches. Comme nous, pour régler une partie du problème de sédentarité chez les jeunes, il préconise une solution globale qui passe inévitablement par une augmentation marquée du temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé dans les institutions scolaires du Québec. Son point de vue est fort éloquent et ne se limite pas qu'à la composante physique des jeunes...

"La prévalence de l’obésité et de l’embonpoint chez les jeunes québécois atteint présentement des proportions alarmantes. Alors que l’embonpoint a doublé au cours des vingt dernières années, l’obésité infantile a plus que triplé pour atteindre au-delà de 10% des jeunes de 6 à 17 ans. La progression, qui poursuit son escalade d’environ 1% par année, prend des allures d’épidémie.

"L’obésité est une affection grave car elle est un facteur de risques de plusieurs maladies telles les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension et les dyslipidémies. De plus en plus de cas de diabète de type II apparentés normalement aux adultes sont diagnostiqués chez les adolescents. L’obésité a aussi des conséquences néfastes sur le développement psychosocial (dépression, faible estime de soi, discrimination, rejet) des jeunes aux prises avec un problème de poids. Au Canada, le coût direct total de l’obésité excède 1,8 milliard de dollars, soit 2,4% des dépenses au chapitre des soins de santé pour l’ensemble des maladies. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’obésité pourrait bientôt avoir sur la santé des répercussions aussi graves que l’usage du tabac.

"L’augmentation rapide de la prévalence de l’embonpoint chez les jeunes est causée principalement par un environnement qui favorise la surconsommation d’aliments riches en énergie, et la sédentarité. À ce chapitre, les jeunes québécois sont les champions de la sédentarité à deux niveaux au Canada. Premièrement, 70% de ces jeunes québécois ne rencontrent pas les critères minimaux de pratique d’activité physique. Deuxièmement, avec moins d’une heure de cours par semaine en moyenne, les écoles du Québec accordent malheureusement moins de temps aux cours d’éducation physique que partout ailleurs au Canada où on retrouve généralement plus de 2 h par semaine.

"L’école a pour mission l’épanouissement physique, intellectuel et social des jeunes. Un esprit ne saurait prétendre être sain s’il n’a pas l’opportunité de développer en contrepartie un corps sain et en forme dans le cadre scolaire. La pratique d’activités physiques est importante pour développer non seulement une bonne condition physique mais aussi des habiletés motrices, la sociabilité, l’esprit d’équipe, retirer du plaisir, et relever des défis. La valeur éducative de la pratique d’activités physiques est indéniable. Pourquoi alors la réduire à seulement 60 minutes par cycle de six ou sept jours, soit moins de 10 minutes par jour, cours théoriques inclus?

"Il y a plusieurs moyens d’augmenter le niveau de pratique d’activité physique des jeunes à un niveau adéquat. L’apprentissage d’habiletés de base que le jeune pourra conserver jusqu’à l’âge adulte par l’intermédiaire de 150 minutes de cours d’éducation physique par semaine (soit 30 minutes par jour), tel que proposé par différents organismes nationaux et internationaux (Centers for Disease Control and Prevention, CAHPERD), est selon nous primordial. C’est d’ailleurs une recommandation minimale que le Ministère de l’éducation du Québec a été incapable d’appliquer malgré les recommandations des directeurs de santé publique (février 2002), du Guide d’activité physique pour les jeunes (mars 2002), du comité scientifique Kino-Québec (mai 2000), et des états généraux de l’éducation. Présentement, le mot d’ordre de recommander 60 minutes d’éducation physique par cycle de 5, 6 ou 7 journées d’école est inadéquat. (...)

"Actuellement, le choix est très limité puisque l’éducation physique fait partie d’une multitude de matières optionnelles qui doivent se partager seulement 180 minutes par semaine. Dans ce contexte, la méthode d’attribution du temps aux matières ne vise qu’à disculper la responsabilité du ministère de l’éducation dans ce dossier. La solution, du point de vue du Ministère de l’éducation, résiderait à rendre l’éducation physique une matière obligatoire, au même titre que le français et les mathématiques, tel que le propose les directeurs de la santé publique (...).

"Nous croyons urgent que le ministère de l’éducation fasse sa part en prenant l’engagement de mettre en œuvre des mesures concrètes afin de non seulement recommander et promouvoir mais surtout d’assurer aux écoles 150 minutes de cours d’éducation physique par semaine dans les écoles élémentaires et secondaires, soit un minimum de 30 minutes par jour.

"Par ailleurs, une partie de la solution réside pour les écoles dans l’ajout de programmes parascolaires, de services d’animation intramuraux optionnels et complémentaires, et de promouvoir le transport actif à l’école, ce qui permettrait au jeune d’atteindre un total de 60 minutes d’activité physique par jour, tel que recommandé par le Guide d’activité physique canadien pour les jeunes et les enfants (mars 2002).

"Si aucune action concrète globale du gouvernement appuyée par une volonté politique ferme n’est prise pour prévenir ce fléau, nous prédisons une explosion des soins de santé au moment où les enfants d’aujourd’hui deviendront la génération d’adultes de demain. La société devra payer très cher les soins de santé supplémentaires encourus par son manque de vision à long terme et le manque de volonté politique de son gouvernement. Négliger d’investir en éducation préventive aura des conséquences inévitables. Il est urgent que le gouvernement actuel agisse maintenant."

Paul Boisvert, PhD
Directeur exécutif
Chaire de recherche sur l’obésité D.B. Brown


Le mercredi 5 juin 2002

Prise de position de l'ADQ

En fin de semaine dernière se tenait à Rivière-du-Loup un Conseil général de l'Action démocratique du Québec (ADQ) ayant pour thème "La santé autrement". À cette occasion, une résolution présentée par la circonscription de Mercier, qui en intéressera plusieurs, a été adoptée sans modification.

"Il est proposé qu'un gouvernement de l'Action démocratique du Québec mette en place des mesures visant à améliorer la condition physique des jeunes et à augmenter de manière significative, dans les plus brefs délais, le temps alloué à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé dans tous les établissements scolaires."

De quoi alimenter bien des discussions...

Le mardi 4 juin 2002

Intéressant...

Nous avons reçu du député libéral du comté de Châteauguay, M. Jean-Marc Fournier, la retranscription d'un débat gravitant autour des thèmes de l'éducation physique, de la santé et de l'activité physique qui s'est tenu le 11 avril dernier à l'Assemblée nationale du Québec. On peut consulter ce texte dans le site de l'Assemblée nationale. Même si le texte est long, il vaut la peine d'être lu jusqu'au bout, et même d'en poursuivre la lecture jusqu'à la page suivante suggérée dans le site.

Le mercredi 29 mai 2002

Un feu de paille notre comité? Rien n'est moins sûr...

Nous venons de recevoir une lettre d'appui du Département de pédiatrie de l'Université de Montréal et de l'Hôpital Sainte-Justine signée par le docteur Fernando Alvarez, directeur du département. Plus qu'une simple volonté populaire, l'objet de nos démarches tire plus que jamais tout son sens dans les fondements mêmes de notre société.

Des appuis significatifs comme celui-ci ne font en fait que renforcer notre certitude que le Gouvernement du Québec n'aura plus le droit de retourner en arrière. Alors, continuons d'aller... de l'avant! :)

Le lundi 27 mai 2002

Dernière heure!

Nous revenons tout juste d'une réunion du Comité central de parents de la Commission scolaire de Laval. Les représentants des parents de l'Île Jésus appuient donc eux aussi nos trois demandes adressées au gouvernement.

Que dire de ces propos!

Nous avons reçu aujourd'hui une copie conforme de la lettre d'appui de la Fondation des maladies du coeur du Québec expédiée directement au cabinet du ministre de l'Éducation. Au fil des semaines, le discours se précise...

Monsieur Sylvain Simard
Ministre de l'Éducation du Québec
(...)

Objet: Lettre d'appui au Comité d'action ÉPS

Monsieur le Ministre,

Permettez-moi, Monsieur le Ministre, de vous faire part, à titre de Directrice des Affaires santé et recherche de la Fondation des maladies du coeur du Québec, d'une situation alarmante concernant la santé de nos jeunes.

Les préadolescents d'aujourd'hui seront les malades cardiaques de demain s'ils ne changent pas leurs habitudes de vie, selon notre toute dernière enquête réalisée auprès de 500 jeunes Canadiens, dont 160 Québécois, âgés de neuf à douze ans. Les résultats sont inquiétants et démontrent que près de la moitié des enfants ne font pas suffisamment d'activité physique. Malheureusement, cette sédentarité conduit les jeunes à développer d'autres facteurs de risque des maladies cardiovasculaires tels que l'obésité, l'hypertension, l'hypercholestérolémie et le diabète. Cette réduction de leur dépense énergétique pourrait s'avérer désastreuse pour leur santé physique et mentale si rien n'est fait pour renverser cette tendance.

Reconnue pour ses bienfaits et considérée comme un remède à bien des maux, l'activité physique est essentielle au développement global des jeunes. Il est peut-être utopique de leur demander de comprendre tous les enjeux de l'activité physique et l'impact de celle-ci à plus long terme, mais il est sûrement très sage comme société de prendre tous les moyens nécessaires pour faire de notre jeunesse des êtres actifs et en santé.

Si l'appétit vient en mangeant, le goût de bouger vient aussi en bougeant. Nous sommes persuadés que le milieu scolaire est un environnement propice favorisant l'apprentissage et l'acquisition de saines habitudes de vie. L'école, par le biais de ses cours d'éducation physique, est un lieu privilégié permettant de rejoindre tous les enfants, petits et grands, des plus actifs aux plus passifs. D'ailleurs, nous offrons depuis 20 ans notre programme de promotion de la santé, Santons en coeur, aux élèves du primaire; ce programme fait foi de notre implication et de nos convictions sur la nécessité de sensibiliser les jeunes à être actifs dès le tout jeune âge.

Nous sommes convaincus que même si les efforts d'un individu peuvent avoir un impact significatif, rien ne vaut la force du nombre. Des ressources et expériences diversifiées peuvent procurer un effet de levier et générer des résultats innovateurs. C'est pourquoi nous croyons que nous avons tous un rôle à jouer, mais qu'avec un appui aussi important que le vôtre, cela ne pourra que renforcer notre message, nous permettant de donner à nos jeunes les moyens de vivre et de grandir en santé.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments distingués.

La directrice des Affaires santé et recherche,

Gloria Sacks Silver


Le vendredi 24 mai 2002

Deux autres appuis majeurs!

On nous a confirmé hier l'appui à nos démarches de la Fondation des maladies du coeur du Québec... Il s'agit d'un appui fort significatif, miroir d'une préoccupation partagée par la population, les éducatrices et éducateurs physiques et les organismes de la santé. La lettre officielle nous sera acheminée lundi.

Par ailleurs, nous étions hier soir à Farnham où nous avons présenté l'ensemble de nos démarches au Comité de parents de la Commission scolaire Val-des-Cerfs. Une fois de plus, nous avons obtenu un appui unanime des parents présents qui, à leur tour, discuteront de la santé des jeunes au sein des conseils d'établissement de leur territoire.

En plus d'appuyer nos trois demandes fondamentales, les parents insistent pour que le temps accordé au matières enseignées par des spécialistes passe de 180 à 300 minutes et, aussi, que les ministères de l'Éducation et de la Santé unissent leurs efforts afin de répondre à nos demandes. Ils souhaitent en fait que ces ministères reconnaissent qu'ils ont tous deux une responsabilité partagée dans ce dossier.

La Commission scolaire Val-des-Cerfs offre l'éducation préscolaire et l'enseignement primaire et secondaire à 16800 élèves répartis dans 42 écoles. Son territoire est situé dans les MRC de Brome-Missisquoi et de La Haute-Yamaska.

Le lundi 20 mai 2002

Nouveaux reportages

Le quotidien La Presse publiera pendant trois jours, du 25 au 27 mai, une série de reportages portant sur l'obésité chez les jeunes. À ce sujet, nous avons eu le plaisir ce matin de rencontrer la journaliste Nathalie Collard dans les bureaux du quotidien montréalais. Le reportage auquel nous avons collaboré sera publié dans l'édition du lundi 27 mai. À surveiller...

Autre appui en vue

Nous devrions être en mesure de vous confirmer en cours de semaine l'appui à nos démarches d'un organisme oeuvrant pour la promotion de la santé au Québec. De quoi renforcer notre prétention que la santé des jeunes est en jeu plus que jamais. C'est à suivre...

Le vendredi 17 mai 2002

Continuez de nous écrire!

Vous pouvez continuer de nous faire parvenir vos lettres d'appui. Même lorsque notre rencontre avec le ministre de l'Éducation aura eu lieu, nous verrons à acheminer tous les appuis supplémentaires à son cabinet. À ce jour, nous avons reçu quelque 68 lettres d'appui de conseils d'établissement de toutes les régions du Québec. Merci à eux!

Ceci dit, nous ne connaissons toujours pas la date ni l'endroit de notre rencontre avec le ministre. Comme convenu, son attaché politique a reçu le 6 mai dernier notre proposition d'ordre du jour à laquelle nous avons ajouté une invitation à la conférence de presse que nous comptons bien tenir à notre sortie de cette réunion.

Nous avons téléphoné hier au cabinet du ministre pour lui rappeler que nous étions toujours en attente de sa convocation.

Une opinion médicale

Le milieu médical a tout intérêt à ce que des mesures concrètes soient entreprises, incluant une augmentation marquée du temps accordé à l'éducation physique et à la santé dans les écoles, afin de favoriser l'acquisition de saines habitudes de vie. Cette lettre d'appui du Dr François Croteau en témoigne fortement:

"LETTRE D’APPUI À LA BANDE SPORTIVE E.P.S.

Montréal, le 16 mai 2002

À l’intention de Monsieur le Ministre de l’Éducation, M. Sylvain Simard

Bonjour monsieur le ministre,

Quelques minutes de votre précieux temps pour vous expliquer pourquoi il est important de favoriser la pratique d’activités physiques à l’école, peu importe le niveau.

Je pratique la médecine familiale depuis 28 ans et je préside aussi le Comité «Activité Physique» de la Fondation des Maladies du Cœur du Québec. Nous constatons tous les jours les dommages causés par la sédentarité. Le tout débute toujours par un surpoids, ensuite apparaissent l’hypertension artérielle, le diabète adulte et l’artériosclérose qui conduit aux maladies cardio-vasculaires. Je vous épargne les maladies dégénératives un peu moins fréquentes mais très invalidantes comme les arthroses, les pertes d’équilibre et les troubles respiratoires.

Depuis plusieurs années l’État investit de plus en plus en prévention et BRAVO! C’est une voie essentielle si on veut que nos budgets suffisent à répondre aux besoins de la population vieillissante. Dans cette voie de prévention, l’activité physique exerce un rôle primordial. De plus, l’activité physique est maintenant recommandée comme première approche dans toutes les maladies ci-haut mentionnées. Facile pour nous de faire de telles recommandations à des patients qui ont connu l’activité physique et ses bienfaits en bas-âge. Pour les autres, nous nous heurtons à plusieurs barrières et fausses croyances qui font que nos recommandations demeurent caduques.

Il est essentiel de comprendre que l’on apprend «à être physiquement actif» comme on apprend les autres choses importantes de la vie. L’école reste l’endroit privilégié pour exposer les jeunes à différentes activités qui les graveront et qui, plus tard, seront faciles à ramener à la surface. Nous le constatons dans notre pratique quotidienne, que ce soit l’éducation qui vient des parents ou du milieu scolaire. Il ne faut pas rejeter cette responsabilité uniquement sur les parents qui sont déjà lourdement sollicités. Plus l’exposition sera grande et répétée, plus l’effet sera grand et durable.

Je vous demande donc de comprendre que la santé de la population ne relève pas que du Ministre de la Santé et de la communauté médicale, mais qu’elle doit d’abord passer par le milieu scolaire. Aidez-nous à prévenir d’abord différentes maladies et, ensuite, à mieux les traiter.

Merci de votre attention

Sportivement vôtre

François Croteau MD LMCC


Belle lettre d'un C.É.

Tout un commentaire éclairé, en faveur de nos démarches, que celui-ci adressé au ministre...

"M. Sylvain Simard
Ministre de l'Éducation
Gouvernement du Québec

En appui au mouvement créé par M. Yves Potvin, éducateur physique, et qui a pour but de promouvoir l'éducation physique dans les écoles, nous, du conseil d'établissement de l'École des Bois-et-Marées de Ste-Luce, tenons à vous exposer notre position à ce sujet.

Notre société québécoise connaît présentement des difficultés importantes dans le financement relié au milieu de l'éducation, nous en sommes conscients, mais ces difficultés sont également observées dans le secteur de la Santé et des Services Sociaux. Nous savons également que la nouvelle génération d'enfants est plutôt sédentaire, portée vers les jeux vidéos et la télévision, et ainsi vers une qualité de vie et de santé physique et mentale déficiente. Le taux de cas d'obésité toujours grandissant chez les enfants en est une preuve. En coupant sur l'éducation physique à l'école, c'est le milieu de la santé qui gagne de la clientèle, donc plus de dépenses à venir.

Dans le nouveau programme de l'éducation, il est question de formation en "éducation physique et à la santé". Nous sommes loin d'être congruents en n'offrant qu'un service limité dans ce domaine dans nos écoles. De plus, à travers toutes les nouvelles compétences issues du nouveau programme, la capacité de travailler en équipe se révèle d'une grande importance. À ce titre, les ministères de l'Éducation et de la Santé et des Services Sociaux pourraient montrer leur savoir-faire en s'assoyant ensemble afin de trouver une solution qui viendrait contrer le sédentarisme chez nos enfants. En prêchant par l'exemple, notre gouvernement pourrait vraiment renverser la vapeur.

Nous vous remercions de l'attention que vous portez à cet état de faits et vous souhaitons une bonne réflexion."

Claire Garon
Présidente du Conseil d'établissement
École des Bois-et-Marées
Ste-Luce


Rencontre avec les parents de Laval

Nous avons été officiellement invités à rencontrer le comité central du Comité de parents de la Commission scolaire de Laval le 27 mai prochain. Nous souhaitons y obtenir un appui identique à celui qui nous a été donné à l'unanimité par les parents de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles le 2 mai dernier.

On se souviendra que la région III du Comité de parents de Laval nous avaient déjà appuyés unanimement le 6 mai.

Le mercredi 8 mai 2002

Autre appui des parents

La région III du Comité de parents de la Commission scolaire de Laval a appuyé nos démarches à l'unanimité lundi soir. Comme le nombre d'écoles est élevé à Laval, le comité est divisé en trois grandes régions, ce qui explique cet appui partiel pour l'instant.

Une proposition d'appui sera présentée au comité central le 27 mai prochain à Laval.

Le vendredi 3 mai 2002

Autre appui majeur!

Nous étions les invités du Comité de parents de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles hier soir à Boisbriand. Pendant environ 45 minutes, nous avons pu présenter l'ensemble de nos démarches et échanger sur les problèmes de sédentarité des jeunes que le Québec connaît.

À notre grand plaisir, le Comité de parents a accepté à l'unanimité d'appuyer nos trois demandes fondamentales. Une quatrième demande, formulée par l'ensemble des membres, a même été ajoutée à la proposition. Les parents demandent en effet de faire passer de 180 à 300 minutes le temps accordé aux spécialistes dans la grille-horaire.

Par cet appui majeur, les parents proposeront aux conseils d'établissement de leur territoire d'appuyer nos démarches.

Le lundi 29 avril 2002

Plus de temps, aussi, au préscolaire?

Dans sa lettre d'appui, la présidente du Conseil d'établissement de l'école du Havre / Saint-Rosaire de Saint-Valérien, dans le Bas-Saint-Laurent, Mme Josée Perreault, fait ressortir une problématique que plusieurs écoles vivent depuis des années.

"(...) Nous sommes conscients que l'activité physique joue un rôle important dans le développement de la personne, qu'elle est primordiale dans le taux de réussite des garçons, vu leur plus grand besoin de bouger, et que son impact est positif et inter-relié au développement cognitif et affectif des jeunes.

Il serait également souhaitable que votre organisme se penche, ainsi que le Gouvernement, sur le temps alloué à l'éducation physique chez la clientèle du préscolaire. Avec la venue de la maternelle à temps complet, il nousapparaît que ces tout-petits ont eux aussi besoin d'un exutoire afin de pouvoir canaliser leur surplus d'énergie. (...)"


Texte destiné aux usagers du métro

Mme Louise Mainville, commissaire à la Commission scolaire de Montréal, nous signale que le journal Montréal-Métro publiait dans son édition d'aujourd'hui, lundi, un texte au sujet de la proposition adoptée lors de la dernière assemblée du Conseil des commissaires de la CSDM.

Le dimanche 28 avril 2002

Autre belle lettre...

Dans sa lettre d'appui, le Conseil d'établissement de l'école Paul VI, de Sainte-Dorothée Laval, nous écrivait ceci:

"(...) Nous constatons aussi que les 60 minutes d'éducation physique et à la santé prescrites à l'heure actuelle dans la réforme de l'éducation au secteur primaire sont nettement insuffisantes pour y intégrer efficacement le nouveau volet santé. En fait, il y a une contradiction entre les messages en provenance du ministère de la Santé et les mesures de la réforme du ministère de l'Éducation. Les habitudes de vie des jeunes ayant énormément changé en l'espace d'une génération, nous croyons que l'État a pour responsabilité d'en faire dès maintenant une priorité. (...) Nous croyons que cette démarche doit être faite en partenariat avec les principaux syndicats en cause et les commissions scolaires; la solution à cette problématique réside dans l'injection de nouvelles ressources de la part du gouvernement et d'une ouverture des enseignants face à certaines clauses limitatives des conventions collectives."

Le débat est ouvert...

Article paru dans La Presse de vendredi

Nous avons reçu un courriel du secrétaire-registraire du Mouvement pour une école moderne et ouverte (MÉMO), M. Jocelyn Bourbonnais, qui précise que l'article paru dans La Presse de vendredi peut être consulté dans le site du MÉMO. Pour ceux qui n'auraient pu se procurer le numéro de vendredi de La Presse, voici donc l'occasion de lire cet article...

Réunion ce mardi

Le Comité d'action ÉPS se réunira ce mardi à Laval. La réunion a pour but de dresser les grandes lignes de l'ordre du jour que nous proposerons au ministre Simard pour notre rencontre prochaine.

"Éducation" ou "activité" physique?

Un lecteur nous faisait part de son inquiétude en regardant le reportage diffusé sur les ondes du réseau TVA aux informations de 18h00. On y parlait d'une toute petite école de trois groupes d'élèves où les jeunes doivent obligatoirement faire 30 minutes de conditionnement physique avant de passer en classe chaque matin. À la fin du reportage, le journaliste se demandait s'il ne s'agissait pas là de l'école idéale. Le problème, selon notre lecteur, c'est que les enseignantes n'étaient pas des éducatrices physiques.

On ne pourra sans doute jamais faire comprendre à tous la signification réelle d'éducation physique. "Profs de sports", "cours d'activités physiques", sont des termes qu'on utilise souvent, même dans la presse.

En regardant ce reportage, on constate que les jeunes ont droit quotidiennement à ce que le MÉQ appelait des "occasions de bouger" dans le programme de formation. Dans cet exemple, effectivement, les garçons et filles ainsi actifs en retireront sans doute des effets positifs sur leur bien-être. Néanmoins, sans vouloir dénigrer le travail mené à cette école, loin de là, on peut supposer que ces jeunes auraient aussi besoin d'être guidés pédagogiquement parlant avant d'espérer une réelle intégration d'un mode de vie sain et actif dans le quotidien de chacun.

L'éducation physique et à la santé n'est pas une cure d'amaigrissement. Elle représente un long processus d'éducation et d'apprentissage où enseignants et élèves sont en perpétuelle remise en question. En ce sens, les activités pratiquées pour le simple plaisir, pour le bien-être, aussi valables soient-elles, devraient être considérées comme complémentaires à une approche éducative.

C'est d'ailleurs ce que notre comité souhaite faire entendre au gouvernement. Il est PRIMORDIAL que le temps alloué à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé soit augmenté de manière substantielle dans les écoles. Toutefois, comme le veut l'esprit de la réforme, cette augmentation prendra ensuite tout son sens lorsque l'élève, une fois les classes terminées, pourra mettre en pratique ses apprentissages fondamentaux, seul ou avec ses proches, chez lui ou dans des lieux publics rendus accessibles à toutes les bourses et à tous moments.

C'est pourquoi le travail en synergie de tous les intervenants gravitant autour des domaines de l'éducation physique, de l'activité physique et de la santé est nécessaire. D'un même souffle, la gent politique devra démontrer que les ministères de l'Éducation, du Sport et de la Santé ont chacun une part de responsabilité dans cette histoire...

Le vendredi 26 avril 2002

Autre texte dans La Presse

Dans son édition d'aujourd'hui, vendredi, le quotidien montréalais La Presse publie en page E2 une entrevue qu'a accordée Mme Louise Mainville, commissaire de la Commission scolaire de Montréal, au journaliste François Béliveau. La publication de cet article faisait suite au vote d'appui de la CSDM envers les démarches actuelles des éducatrices et éducateurs physiques.

"On ne déshabille pas l'un pour habiller l'autre, déclare la commissaire (en faisant référence aux arts et à l'anglais langue seconde). J'espère que notre projet ira loin et vite. Si ça se réalise d'ici septembre, mon Dieu, ce serait le bonheur total!"

En effet.

Maintenant 53 appuis fermes

Nous en sommes aujourd'hui à un total de 52 conseils d'établissement appuyant nos démarches. À ce nombre s'ajoute évidemment l'appui de la Commission scolaire de Montréal.

Nous devrions pouvoir faire l'annonce en milieu de semaine de l'appui d'une autre commission scolaire majeure du Québec. Nous rencontrerons par ailleurs le Comité de parents de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles le 2 mai.

Le jeudi 25 avril 2002

Question du jour

On nous rapporte que le réseau TVA a de nouveau diffusé hier son reportage sur l'éducation physique à l'école. Nous étions alors à l'assemblée du Conseil des commissaires de la Commission scolaire de Montréal.

Mieux, on demandait aux téléspectateurs, dans le cadre de la question du jour, de se prononcer sur la nécessité d'augmenter le nombres d'heures d'éducation physique et à la santé dans les écoles du Québec. Le mouvement populaire persiste: 91% des répondants se sont prononcés en faveur de cette proposition!

Le mercredi 24 avril 2002

Un appui majeur!

Nous venons d'assister à l'un des moments forts de nos démarches. Le Conseil des commissaires de la Commission scolaire de Montréal vient en effet d'appuyer à l'unanimité nos revendications auprès du Gouvernement du Québec. Avec ses 72000 élèves, la CSDM devient ainsi la première commission scolaire à se prononcer sur le sujet.

Parmi les éléments à souligner dans la décision des commissaires, notons également l'appui unanime au Mouvement PEP de la FÉÉPEQ, qui propose 150 minutes d'éducation physique et à la santé par semaine à l'école, et une série de propositions visant à améliorer le réseau d'activités physiques complémentaires, une meilleure utilisation des infrastructures et un meilleur usage de l'équipement sportif.

De toutes les résolutions présentées au cours de l'assemblée des commissaires, celle-ci fut la seule qui a suscité les applaudissements de l'auditoire.

Au cours de notre intervention, nous avons insisté sur notre désir de trouver à la CSDM des partenaires pour nous appuyer dans cette cause populaire. Il est maintenant évident que le message a été entendu!

Une bien belle soirée, vraiment!

Le mardi 23 avril 2002

On nous propose une rencontre avec le ministre

Nous venons tout juste de nous entretenir au téléphone avec M. Gilbert Gardner, attaché politique du ministre de l'Éducation, M. Sylvain Simard. M. Gardner nous apprenait qu'une rencontre a déjà eu lieu entre les ministres Simard et Legendre (Tourisme et Sport) au sujet du problème de sédentarité des jeunes. On voulait, par cette rencontre, commencer à explorer les différents moyens de coordonner des mesures pouvant contribuer à améliorer la situation puisque "les deux ministères ont leur part de responsabilité dans ce dossier."

Pour faire suite à nos démarches menées au cours de la dernière année, M. Gardner nous propose d'inviter d'ici la fin mai un groupe de quatre ou cinq personnes représentatives à une rencontre avec le ministre de l'Éducation. Nous devrons donc, dans les plus brefs délais, faire connaître au ministre le nom des personnes mandatées pour prendre part à cette rencontre et soumettre une proposition d'ordre du jour.

Cette perspective était attendue depuis longtemps et nous permet d'espérer de réelles discussions portant sur l'acquisition de saines habitudes de vie, à l'école, chez les jeunes.

Des précisions

Nous avons effectivement eu la visite du journaliste Armand Dubois, du Groupe TVA, ce matin. Le reportage sera diffusé au bulletin de nouvelles de ce soir, quelque part entre 17h00 et 18h30. Il est cependant peu probable qu'il soit rediffusé au bulletin de 22h00, nous dit-on.

On peut s'attendre néanmoins à ce que LCN, la chaîne d'informations continues, présente le reportage de temps à autres durant la soirée.

Le lundi 22 avril 2002

Demain à TVA!

Nous venons de prendre connaissance d'une message laissé dans notre boîte vocale par un journaliste du réseau TVA. Il nous rencontrera demain, mardi, pour réaliser un reportage destiné aux bulletins de nouvelles du réseau. Décidément, la cause que nous défendons est de plus en plus d'actualité!

Le samedi 20 avril 2002

Diffusion difficile à prévoir!

Nous avions annoncé la diffusion probable du reportage du Point portant sur la sédentarité des jeunes sur les ondes de Radio-Canada au cours des derniers jours. Depuis ce temps, plusieurs personnes nous écrivent, inquiètes de n'avoir pu voir le fameux reportage à la télé. En fait, vous n'avez rien manqué. Nous avions malheureusement fait fausse route.

Durant ce conflit de travail qui perturbe passablement la grille-horaire de la SRC, il devient de plus en plus ardu de tenter une quelconque prévision quant à la diffusion dudit reportage. Si quelqu'un obtient une information plus... officielle, n'hésitez donc pas à nous en faire part! Nos excuses à tous ceux et celles qui sont soudainement devenus des téléspectateurs assidus. ;-)

Appui majeur en vue?

Il est "possible" que nous obtenions en milieu de semaine un appui de taille à nos démarches, un appui qui pourrait fortement influencer la direction que prendra le débat actuel. Nous avons en effet rencontré hier une personne qui travaille extrêmement fort dans son milieu pour atteindre, finalement, les mêmes objectifs que nous. Nous espérons pouvoir vous confirmer cet appui majeur dans la soirée du 24 avril. Cette fois-ci, nous n'oserons pas en dire davantage par crainte, de nouveau, de vous lancer sur une fausse piste.

D'autres appuis

Nous comptons maintenant sur l'appui officiel de 38 conseils d'établissement du Québec. Jusqu'à maintenant, c'est en Mauricie que nous obtenons le plus de succès. Comme notre casier postal a été vidé de son contenu, il y a encore plus de place pour VOTRE lettre! Merci de nous soutenir!

Excellents commentaires

Nous avons reçu d'excellents commentaires au sujet de notre intervention à l'émission CitéMag - Québec au Canal Vox. Une belle demi-heure de télévision où il fut principalement question d'éducation physique et à la santé à l'école. Grand merci pour toutes ces belles remarques!

Le mardi 16 avril 2002

Reportage du Point peut-être aujourd'hui?!

Dernière heure!

Dans le cadre de son émission Le Magazine, version "conflit de travail" du Point, Radio-Canada a diffusé hier un reportage portant sur les programmes de sports-études offerts au Québec au secteur secondaire. Comme ledit reportage a été produit par le même journaliste qui nous a rendu visite cet hiver (Jean-Sébastien Cloutier), il est fort possible que celui-ci, portant sur la sédentarité des jeunes, soit présenté aujourd'hui ou demain (16 ou 17 avril).

Initialement, trois reportages devaient être diffusés au cours d'une même semaine de mars... avant le début du conflit de travail actuel entre la direction de Radio-Canada et ses employés. Il s'agit donc d'une possibilité, et non d'une certitude. À surveiller...

Le lundi 15 avril 2002

Excellente discussion!

Dans le cadre de l'émission CitéMag Québec diffusée à 17h30 aujourd'hui à l'antenne du Canal Vox, nous avons eu le plaisir de prendre part, par téléphone, à une discussion d'une vingtaine de minutes portant sur la sédentarité des jeunes, tant en milieu scolaire qu'à l'extérieur du temps de classe. À cette occasion, les invités étaient M. Paul Boisvert, de la Chair de recherche sur l'obésité D.B. Brown (Université Laval), et M. Jacques Mainguy, directeur technique du Marathon des Deux-Rives.

L'inaction du gouvernement en rapport avec le problème soulevé a manifestement fait l'unanimité chez les intervenants...

L'émission est présentée en rediffusion pour les abonnés du câble de la grande région de Montréal à 21h00 demain, 16 avril, au canal 9.

Le vendredi 12 avril 2002

Nous en sommes à 31 appuis

Nous terminons la semaine avec un total de 31 lettres d'appui reçues. Nous avons par ailleurs reçu aujourd'hui nos deux premiers appuis de la région de Montréal, et un premier du secteur anglophone (région de Sutton).

Le mercredi 10 avril 2002

Canal Vox: des précisions

On nous a confirmé aujourd'hui notre participation par téléphone à une émission spéciale portant sur la sédentarité des jeunes au Canal Vox. L'émission en question sera diffusée en direct pour les abonnés du câble de la région de Québec ce lundi 15 avril à 17h30. Elle sera ensuite présentée en rediffusion le lendemain, 16 avril, à compter de 21h00 au canal 9 pour les abonnés de la région montréalaise.

Le mardi 9 avril 2002

Une bien belle lettre, vraiment...

Il y a de ces lettres qui parlent d'elles-mêmes. Voici celle que nous avons reçue aujourd'hui de l'école Le Petit Prince de Laval et signée par tous les membres du Conseil d'établissement.

"La présente est pour vous signifier que nous sommes tout à fait d'accord avec l'analyse que vous nous présentez dans vos documents. Nous déplorons en tant que membres du conseil d'établissement le manque de temps accordé à nos enfants pour développer leur condition physique, leur souci de santé, ainsi que leur sens social à travers des apprentissages significatifs. L'enfant travaille à devenir grand en se confrontant à des difficultés motrices de plus en plus compliquées. L'aspect physique concrétise à l'apprenant son évolution. En réalité l'éducation physique représente une base de valeurs sociales où se marient l'individu, son intelligence, ses pairs et les défis. Respecter l'enfant et son développement réel exige que nous lui donnions droit d'apprendre avec son corps.

Nous, du conseil d'établissement de l'École le Petit Prince, appuyons fortement vos demandes au gouvernement et sommes fiers que des éducateurs comme vous preniez de votre temps et de vos énergies pour assurer à nos enfants un milieu éducatif qui tienne compte de leurs intérêts et de leurs besoins physiques."


Le lundi 8 avril 2002

Au Canal Vox

Nous avons reçu aujourd'hui un appel d'une recherchiste du Canal Vox qui présente ses émissions aux abonnés du câble des régions de Québec et Montréal. Comme l'émission prévue est transmise en direct de Québec à 17h30 le 15 avril prochain (et que nous sommes à Laval), nous devrons y prendre part par téléphone. Des invités de la région de Québec participeront aux discussions en studio.

Le dimanche 7 avril 2002

Impact dans d'autres médias

Des lecteurs nous informent que le sujet de la sédentarité des jeunes a aussi été abordé dans d'autres médias.

Yvon Breton, de Saint-Agapit:

"J'ai regardé par hasard les nouvelles à TQS ce vendredi soir 5 avril et j'y ai entendu une discussion portant sur l'impact et les causes de l'inactivité chez les jeunes. Trois personnes autour de la table: un médecin de Ste-Justine, un médecin spécialisé en obésité et une responsable d'une organisation sociale. Ce qui en ressortait:

1. Si rien de gros (investissement gouvernemental) n'est fait d'ici peu, nous courons droit à la crise en santé dans quelques décennies.

2. En Afrique, les obèses se retrouvent surtout parmi les riches de la société. En Amérique, ils sont chez les pauvres. Les coûts engendrés par les troubles associés à l'obésité s'élèvent à environ 4MM$/an pour le Canada seulement et ceux-ci iront croissant. La question posée: "Que représente 1 MM$ pour faciliter l'accès aux complexes sportifs et un temps adéquat à l'éducation physique dans les écoles?"

3. Les actions des éducateurs physiques, bien qu'appréciées, ne suffiront pas pour ébranler les colonnes du Temple -Gouvernements-.

En bref, très intéressant mais aussi décevant de constater que nos actions préoccupent peu de personnes et qu'eux aussi avaient l'impression de prêcher dans le désert. Mais pour reprendre un message de Gandhi: " Nous devons agir. Il n'est peut-être pas de notre destin d'en cueillir les fruits mais une chose est certaine, si nous ne faisons rien il ne se produira rien."


Daniel Brousseau, de Sherbrooke:

"D'autres articles ont été publiés sur le sujet dans le Devoir de samedi, en page A2, "Fermez la télé", de la Presse Canadienne, et en page E3, "In corpore sano", de Carole Vallière."

Olivier Girondier, de Trois-Rivières:

"Un autre article paru dans "Le Nouvelliste" de samedi, sous le titre «Le fédéral incite les enfants à faire de l'exercice». On y apprend notamment que «Vendredi, à Edmonton, la ministre fédérale de la Santé, Anne McLellan, présentait deux nouveaux guides d'activités physiques destinés aux enfants et adolescents.» Tiens, se réveillerait-on du côté politique? Il semble que oui, mais attention, là encore, on ne parle pas d'augmentation du temps d'éducation physique. Vous pouvez lire l'article à cette adresse.

Note du webmestre:

Sans recommander une augmentation du temps accordé à l'éducation physique dans les écoles, on note pourtant ceci dans cet article:

"Malgré ce portrait alarmant, les écoles québécoises s'apprêtent à réduire le temps alloué à l'éducation physique à 60 minutes par semaine. Une aberration, souligne le docteur Dion. Le guide souligne d'ailleurs le rôle que doivent jouer les écoles et les enseignants pour rendre les enfants plus actifs."

Dans le Courrier Laval

Éric Cliche signe, dans l'édition d'aujourd'hui du Courrier Laval, un texte intitulé "De l'hypertension à l'âge de 14 ans!" On peut lire son texte dans le site de ce journal régional.

Le samedi 6 avril 2002

On en remet à La Presse!

Le chroniqueur Yves Boisvert publie dans l'édition d'aujourd'hui du journal La Presse un texte qui reprend l'essentiel de l'article d'André Noël de jeudi. Cette fois, M. Boisvert se permet de prendre position dans un texte intitulé "Gang de patates":

"En même temps qu'on se demande où trouver de l'argent pour les soins de santé, personne, apparemment, ne semble s'inquiéter de voir: 1) l'inactivité physique atteindre des sommets, notamment chez les jeunes; 2) l'obésité juvénile s'installer à demeure; 3) le nombre d'heures consacrées à l'éducation physique diminuer sans cesse dans les écoles du Québec."

Un texte à lire absolument en page B2 de La Presse d'aujourd'hui ou dans Cyberpresse...

Témoignage d'un jeune

Toujours dans La Presse d'aujourd'hui (décidément, le quotidien se positionne...) en page G6, un adolescent de 14 ans écrit que "les jeunes ont changé", ce qui expliquerait en partie le déclin du hockey sur glace.

"Quelle est leur activité principale pratiquée maintenant? Ce n'est malheureusement pas les loisirs extérieurs, mais bien les ordinateurs, les jeux vidéos, ou n'importe quelle autre bébelle."

Autre texte dont nous vous recommandons la lecture...

Sujet repris à la radio

Par ailleurs, on nous rapporte que le journaliste Pierre Nadeau aurait fait de l'article de M. Noël de jeudi l'objet de sa chronique de vendredi matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada. Une information que nous n'avons pu valider.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le sujet fait de nouveau l'actualité, ce qui nous encourage à poursuivre nos démarches.

Le vendredi 5 avril 2002

21 appuis officiels

En date d'aujourd'hui, nous comptons maintenant 21 appuis officiels de conseils d'établissement du Québec. Merci à toutes ces personnes!

Une touche personnelle

Dans leur lettre d'appui, certains présidents ou présidentes d'un conseil d'établissement préfèrent personnaliser leur texte au lieu d'utiliser l'exemple de lettre que nous proposons dans nos archives. N'ayez crainte... Ce n'est pas interdit! Loin de là! D'ailleurs, ces initiatives personnelles donnent lieu à d'intéressants témoignages...

"(...) Nous croyons fermement que la réussite de nos enfants dans le milieu scolaire serait grandement favorisée avec l'amélioration de leur condition physique. Les enfants pratiquent beaucoup moins de sports qu'auparavant car les bonnes habitudes d'activités physiques sont de moins en moins à la mode. Nous croyons à l'adage "un esprit sain dans un corps sain", et tenons à ce que les enfants acquièrent de bonnes habitudes en intégrant les activités physiques dans leurs habitudes de vie."

Sonia Harrisson
Présidente du C.É. de l'école Bon-Pasteur
Matane

"(...) Comme vous, nous souhaiterions connaître la position du Gouvernement du Québec à ce sujet. Quelle évaluation fait-il de la santé des jeunes? Est-il prêt à mettre en place les ressources nécessaires pour redresser la situation. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Après la Génération X, nous parlons de la Génération XXL chez les jeunes. Comme vous, nous croyons que nos écoles doivent éduquer le jeune à prendre soin de son avenir social et mental, mais également physique. (...)"

Jacques Bussière
Président du C.É. de l'école Leblanc / Notre-Dame-du-Cap
Laval

Des réactions

Nous recevons aussi, avec plaisir, des témoignages de gens qui ne sont pas nécessairement impliqués au sein d'un conseil d'établissement mais qui sont néanmoins préoccupés par le bilan de santé des jeunes. Aux dernières personnes qui nous ont ainsi contactés, nous avons servi la réponse qui suit.

"Nous menons présentement une vaste consultation de tous les conseils d'établissement à l'échelle provinciale. On reconnaît LÉGALEMENT un pouvoir décisionnel aux conseils d'établissement quant aux disciplines scolaires à privilégier en rapport avec le projet éducatif de chaque école. Or, les C.É. n'ont aucun pouvoir réel puisqu'ils ont l'obligation d'inclure trois disciplines (dont l'éducation physique et à la santé) à l'intérieur d'une plage de 180 minutes tout en respectant un temps prescrit de 60 minutes par semaine pour chacune d'elle...

Si vous faites partie d'un C.É., nous vous encourageons vivement à présenter à vos collègues notre document de quatre pages et le résumé d'une page que vous trouverez dans les archives de notre section "Plus d'éducation physique!" Dans le cas contraire, vous pouvez également nous faire parvenir une lettre dans laquelle vous, ou votre groupe, pourrez nous appuyer officiellement et ajouter tous les commentaires qui vous sembleront pertinents. Dans les semaines qui viennent, nous veillerons, de nouveau, à acheminer tous les appuis officiels reçus au Gouvernement du Québec.

Nous profitons de l'occasion pour vous remercier sincèrement de l'intérêt que vous portez à cette cause. Il en va, nous en sommes convaincus, de l'intérêt des jeunes de réagir rapidement, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas lorsqu'on s'adresse à la gent politique... Merci d'être là!"


Texte de La Presse

Pour ceux qui n'auraient pu se procurer le numéro de jeudi du quotidien montréalais La Presse, le texte suivant l'entrevue qu'a accordée Marc Côté au journaliste André Noël a aussi été publié dans la version Internet du quotidien montréalais. On peut donc lire le texte en question dans Cyberpresse.

Le mercredi 3 avril 2002

À lire demain...

Le journaliste André Noël du quotidien montréalais La Presse a rencontré aujourd'hui Marc Côté du Comité d'action ÉPS. Un photographe est aussi venu nous rendre visite. Un article traitant de nos démarches devrait paraître dans l'édition de demain, jeudi, de La Presse. C'est à suivre...

...et très prochainement!

Nous avons reçu en soirée un appel du journaliste Éric Cliche des Hebdos Transcontinental. Un article portant sur nos démarches paraîtra dans le Courrier Laval dans les jours qui viennent. On se souviendra que ce journal avait publié une série de trois reportages au sujet de notre pétition l'année dernière.

Le lundi 1er avril 2002

Et six autres...

Nous avons reçu la semaine dernière six nouveaux appuis à notre démarche, pour un total en date du 28 mars 2002 de 14 appuis officiels. Plusieurs conseils d'établissement utilisent notre exemple de lettre à cette fin. Certains, par contre, précisent tout simplement dans leur envoi qu'ils sont en faveur d'une augmentation du temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé dans les écoles...

Notre souhait demeure inchangé: donner l'occasion aux conseils d'établissement, à qui on reconnaît légalement le pouvoir de faire des choix, de se prononcer sur la marge de manoeuvre pour le moins restreinte qui leur est accordée afin de privilégier des mesures favorables à la santé des jeunes.

Le samedi 23 mars 2002

Cinq nouveaux appuis

Nous avons reçu cette semaine cinq nouveaux appuis à nos demandes adressées au Gouvernement du Québec, ce qui en porte le total à huit. Comme la distribution de notre document a été complétée avec un certain retard, tout récemment en fait, nous devrons attendre que les conseils d'établissement aient le temps de tenir leur prochaine assemblée avant de pouvoir juger de l'impact que cet envoi aura dans les régions du Québec. Néanmoins, les commentaires que nous avons reçus jusqu'à maintenant nous laisse supposer que le résultat sera fort intéressant!

Toujours le silence à Québec

Fidèle à son habitude, malgré notre notre dernier appel du 11 mars, le ministère de l'Éducation n'a pas donné suite à notre demande de rencontrer le nouveau ministre Sylvain Simard.

Le Point... Trois petits points

En raison du conflit de travail opposant la Société Radio-Canada et le syndicat de ses journalistes, il nous est impossible de prévoir à quel moment sera diffusé le reportage auquel nous avons collaboré il y a quelques semaines. Nous vous aviserons de sa date de diffusion dès que nous disposerons d'informations plus précises à ce sujet.

Agréable soirée à l'UQÀM

Nous avons eu le plaisir ce jeudi de nous adresser aux finissants en éducation physique de l'Université du Québec à Montréal (UQÀM) dans le cadre d'une conférence intitulée "L'avenir de l'éducation physique au Québec... Un cul-de-sac?" À cette occasion, nous avons présenté notre conception du rôle de l'éducateur physique à l'école et la portée de ses actions. Évidemment, à notre avis, l'éducation physique et à la santé n'est pas dans un cul-de-sac... Nous souhaitons que notre intervention saura mobiliser notre relève qui a parfois l'impression de n'avoir aucun pouvoir quant à la promotion de notre profession.

Nous profitons de l'occasion pour remercier M. Robert Goyette pour son invitation. La réaction des étudiantes et étudiants sur place nous laisse croire en un avenir prometteur pour la profession...

Le lundi 11 mars 2002

Presse anglophone: des précisions

Le journaliste Glenn Wanamaker nous a fait parvenir aujourd'hui une liste partielle des journaux anglophones ayant parlé de nous la semaine dernière. Il s'agit du Chronicle-Telegraph de Québec, du quotidien Sherbrooke Record, du Westmount Examiner, du West Island Chronicle de Montréal et du journal The First Informer des Îles-de-la-Madeleine. M. Wanamaker précise que sa chronique est habituellement distribuée dans la revue de presse de la colline parlementaire. D'autres journaux ont sans doute aussi publié sa chronique, le journaliste ne disposant pas au moment de nous écrire de la liste exhaustive de toutes les publications qui reçoivent sa chronique.

Nous sommes évidemment fort heureux de pouvoir informer la communauté anglophone du Québec de nos démarches...

Validation du réseau

Toutes les régions du Québec devraient maintenant avoir distribué notre document aux conseils d'établissement, directions d'école et enseignant(e)s en éducation physique. Si vous n'avez toujours rien reçu, prière de nous en faire part immédition des étuatement afin que nous puissions corriger la situation sur le champ et vérifier de l'efficacité de notre réseau. L'île de Montréal devrait avoir été complétée au cours de la semaine de relâche, tant du côté francophone qu'anglophone. Reste la région de l'Abitibi où nos contacts sont... limités.

Autre tentative auprès du MÉQ

Nous avons communiqué ce midi avec le cabinet du nouveau ministre de l'Éducation, M. Sylvain Simard. À première vue, ce changement de garde ne facilite pas les contacts. Nous avons dû tout reprendre à zéro, ou presque, en revenant sur nos démarches antérieures. Nous demandons de nouveau une rencontre avec le ministre. À suivre.

Le mercredi 6 mars 2002

Dans la presse anglophone

Nous avons discuté vendredi dernier avec le journaliste-chroniqueur Glenn Wanamaker de l'Association des heddomadaires du Québec. Au lendemain des Jeux olympiques de Salt Lake City, M. Wanamaker se questionne aujourd'hui sur les leçons à tirer de ce grand événement dans sept ou huit journaux régionaux de la province. Nous avons évidemment profité de l'occasion pour parler du besoin criant de transmettre les valeurs propres aux saines habitudes de vie à l'école, à l'intérieur de l'horaire régulier, afin de toucher la masse et non uniquement les adeptes des activités parascolaires... Le message a très bien été reçu.

Communiqué de presse

Parlant de M. Wanamaker, il semble qu'il ait suivi avec beaucoup d'attention toutes nos démarches au cours de la dernière année. Comme il fera aussi mention de notre consultation actuelle auprès des conseils d'établissement dans sa chronique, nous avons décidé d'expédier dès aujourd'hui un communiqué de presse dans les médias afin de nous assurer que tous soient avisés en même temps. On peut en prendre connaissance en consultant nos archives.

Et un troisième appui...

Nous avons reçu aujourd'hui la lettre d'appui du Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières. Comme le flot de lettres est encore modeste, nous pouvons continuer de vous signaler la réception de nouveaux appuis. Souhaitons cependant qu'on ne puisse continuer ainsi encore bien longtemps! ;)

Le vendredi 1er mars 2002

Autre appui

Le conseil d'établissement de l'école Des Hauts-Plateaux, de Saint-Gabriel de Rimouski, nous a fait parvenir à son tour hier sa lettre d'appui.

La distribution du document étant sur le point d'être complétée un peu partout au Québec, nous aimerions beaucoup que les écoles qui ne l'auront pas reçu dans les jours qui viennent nous en fassent part le plus tôt possible afin que nous puissions corriger rapidement la situation.

Le mardi 26 février 2002

Un premier appui officiel!

Nous avons reçu un premier appui inconditionnel à notre démarche dans une école de Laval lors d'une séance du conseil d'établissement. À en juger par la réaction des gens sur place, les valeurs propres aux saines habitudes de vie ne touchent pas que les éducatrices et éducateurs physiques... Grand merci au C.É. de l'école Leblanc / Notre-Dame-du-Cap!

Dans La Presse prochainement...

Nous venons de recevoir un courriel de Josée Lavigueur, chroniqueuse au quotidien La Presse, qui nous annonce qu'elle parlera de La bande sportive E.P.S. dans sa chronique de dimanche (cahier santé).

Madame Lavigueur nous a aussi invité à rédiger un article pour l'édition du 3 mars prochain du quotidien montréalais, ce que nous avons accepté avec plaisir...

Accueil plutôt froid!

On nous rapporte que le directeur général d'une commission scolaire du nord de Montréal a tout simplement défendu à l'une de ses employées de distribuer notre document aux conseils d'établissement de son territoire. Si notre démarche est centrée sur l'intérêt des jeunes, il restera toujours des gens qui continueront de ne rien comprendre.

Cette nouvelle nous incite à conseiller aux éducatrices et éducateurs physiques de tout le Québec de se montrer vigilants. Rien ne nous assure en effet que l'objet de notre document sera mis à l'ordre du jour des assemblées de tous les C.É. pour diverses raisons.

Le mardi 19 février 2002

Brève intervention sur les ondes de TVA

Nous avons pu aujourd'hui intervenir au téléphone, à 13h00, à l'occasion de l'émission "Dans la mire" de TVA. La recherchiste du Groupe TVA aurait cependant souhaité qu'une caméra filme en direct l'auteur de ces lignes en compagnie d'élèves, dans le cadre d'un cours d'éducation physique. Comme le gymnase de l'école, à cette heure, devient une cafétéria, le projet est tombé à l'eau.

Au cours de l'émission, Josée Lavigueur, chroniqueuse à TVA et au quotidien La Presse, a beaucoup insisté sur l'importance de promouvoir l'éducation physique et à la santé à l'école.

Dans La Presse

Parlant de Josée Lavigueur, les lecteurs du quotidien La Presse ont sans doute lu son excellent article au sujet des jeunes et de leur abandon de l'activité physique publié dimanche dernier dans le cahier Santé. Autre cri d'alarme en faveur de l'éducation physique et à la santé...

En consultant divers journaux et magazines récemment, on a d'ailleurs pu constater que les sujets touchant la santé des jeunes sont fort populaires ces jours-ci. Notre consultation auprès des conseils d'établissement ne peut donc pas survenir à un meilleur moment. Si, à notre avis, une forte proportion de Québécoises et de Québécois partagent nos préoccupations, il est à souhaiter que les conseils d'établissement se sentiront interpellés au point de se donner la peine de nous appuyer par écrit. À ce stade de nos démarches, nous comptons sur les enseignantes et enseignants en ÉPS pour animer le débat!

Le lundi 18 février 2002

Distribution presque complétée

Le document destiné aux conseils d'établissement de tout le Québec a été distribué pratiquement partout nous assure-t-on. Que ce soit dans les Îles-de-la-Madeleine, en Outaouais, à la Baie James ou en Montérégie, les président(e)s des conseils d'établissement, les directions d'école et les enseignant(e)s en éducation physique et à la santé disposent maintenant d'un bel outil pour entreprendre une discussion positive sur la santé des jeunes.

Si vous n'avez pas reçu ledit document dans votre école, prière de nous en aviser au plus tôt. Vous pouvez aussi, tout simplement, imprimer ce document à partir de nos archives et le remettre aux personnes visées...

À surveiller prochainement à la SRC

Une équipe du Point de la SRC travaille présentement sur un reportage portant entre autres sur la condition physique des jeunes auquel nous avons collaboré. Sa diffusion est prévue dans la semaine du 25 février. C'est à suivre!

Le samedi 26 janvier 2002

Envoi du document aux distributeurs

Nous venons tout juste d'expédier dans chaque région du Québec une copie de la version française du document destiné aux présidents des conseils d'établissement, aux directions d'école de même qu'aux éducatrices et éducateurs physiques enseignants. D'un bout à l'autre du Québec, le document en question devrait donc faire son chemin vers ces destinataires à très court terme. Souhaitons maintenant que les conseils d'établissement accepteront de traiter de ce point dès leur prochaine assemblée.

Également sur la Côte-Nord

Nous n'avions jusqu'ici trouvé personne qui acceptait de superviser la distribution de notre document dans la région de la Côte-Nord. C'est maintenant chose du passé; quelqu'un s'est offert! Les écoles de ce vaste territoire auront donc elles aussi le document dans leur courrier.

Le dimanche 20 janvier 2002

Site bonifié de nouveau

Alors que l'envoi du document aux conseils d'établissement se mettra en branle dans les prochains jours, nous avons encore une fois enrichi le contenu du site en y ajoutant un (long) texte portant sur les valeurs propres (et perdues?!) à l'éducation physique et à la santé, ainsi qu'une section présentant quelques chiffres intéressants sur la situation actuelle en rapport avec les habitudes de vie des jeunes du Québec.

Le contenu du site devrait maintenant permettre aux membres des conseils d'établissement de mieux saisir notre démarche et l'enjeu qu'elle défend.

N'hésitez-pas à nous faire part de vos commentaires sur l'ensemble du dossier, et même de nous proposer quelques idées...

Le jeudi 10 janvier 2002

Réseau de distribution

Nous travaillons présentement à finaliser notre réseau de distribution pour le document destiné aux conseils d'établissement du Québec (avec copies conformes aux directions et aux éducatrices et éducateurs physiques).

Nous pouvons maintenant compter sur des "contacts" qui oeuvrent dans les régions suivantes: Québec / Chaudière-Appalaches, Bas-St-Laurent-Gaspésie, Montérégie, Saguenay-Lac-St-Jean, Bois-Francs, Outaouais, Laval-Laurentides-Lanaudière, Trois-Rivières / Mauricie, Estrie, Montréal et Abitibi.

Pour l'instant, les régions de la "Côte-Nord" et des "Îles-de-la-Madeleine" ne sont pas représentées. Nous souhaiterions donc nous assurer les services (bénévoles, évidemment!) d'un(e) représentant(e) de chacune de ces régions pour reproduire le document et l'expédier aux écoles de leur territoire. Faites-nous signe si vous désirez vous impliquer! Si vous croyez que votre commission scolaire risque de ne pas être incluse dans notre réseau de distribution, nous apprécierions que vous vous portiez volontaire pour remédier à la situation... Nos remerciements les plus sincères à tous ceux et celles qui nous permettent d'effectuer cette consultation provinciale!

Traduction du feuillet

Le document de quatre pages sera aussi disponible en anglais. Des parents d'élèves nous ont gentiment offert leur support. Une bien belle manière de démontrer que l'avenir de l'éducation physique n'intéresse pas que les enseignant(e)s...

Le mercredi 2 janvier 2002

Consultation provinciale en vue

Après quelques semaines de "repos", nous relançons le débat sur la place que doit occuper l'enseignement de l'éducation physique et à la santé à l'école. Comme le Gouvernement du Québec n'a toujours pas réagi à notre démarche, nous sommes à compléter la rédaction d'un feuillet de quatre pages visant à informer les conseils d'établissement du Québec de notre démarche et, nous le souhaitons, à recueillir des appuis officiels de toutes les régions du Québec. Un réseau de distribution s'articule présentement à cette fin.

Site Web peaufiné...

Les habitués de La bande sportive E.P.S. ont sans doute remarqué que la section du site traitant des actions que nous menons a été peaufinée afin d'en faciliter la consultation. La section des archives vous permet maintenant d'accéder à tous les documents que nous avons produits jusqu'à maintenant (en format PDF). Le feuillet qui sera expédié sous peu aux conseils d'établissement du Québec y sera évidemment ajouté.

Autres nouvelles

Année 2017
Année 2016
Année 2015
Année 2014
Année 2013
Année 2012
Année 2010
Année 2007
Année 2006
Année 2005
Année 2004
Année 2003
Année 2002
Année 2001
Nouvelles 2001 Nouvelles 2003