Nouvelles 2001

Le dimanche 30 septembre 2001

Le Gabon plus avant-gardiste que le Québec...

Quel ne fut pas notre étonnement de recevoir cette nouvelle de Mme Edna Tchicot, Chef de service de l'EPS au Ministère de l'Éducation Nationale du Gabon (Afrique):

"Notre syndicat (SNEEPS) s'est battu fort à faire obtenir 2 de coefficient en EPS aux examens et concours du M.E.N; ça a été acquis pour le brevet d'étude du premier cycle du secondaire et nous espérons l'avoir pour le baccalauréat et autres concours. J'ai aussi la joie de vous annoncer que nous avons réussi à augmenter notre horaire de cours à 3 heures par classe par semaine et rendre l'EPS obligatoire à tous les niveaux, toute une réforme a été mise en place et récoltons les fruits doucement mais sûrement car ce département engendre des dépenses énormes pour avoir longtemps été rangé aux oubliettes (matériel didactique, plateaux et autres...)."

Elle poursuit plus loin: "Mon cher Yves, au primaire, ils ont droit à 2 heures et demi très exactement par semaine, c'est-à-dire 30 minutes par jour, et en plus initiation sportive le mercredi après midi (l'initiation n'est pas obligatoire contrairement à l'EPS).

Je t'encourage vivement il n'y a pas de raison que nous ici au Gabon prenions exemple sur les nations développées et que vous au Canada fassiez marche arrière, ce serai le monde à l'envers, ça n'a pas de sens. Nous nous battons ici pour être à votre image.

Halte!!! Nous ne sommes pas des gardiens d'enfants. Ne baissez pas les bras, nous, syndicat national des enseignants de l'EPS, vous soutenons dans la lutte."


Dans La Presse d'aujourd'hui

On nous apprend que le quotidien montréalais La Presse publie dans son édition d'aujourd'hui (dimanche 30 septembre) un article en faveur de l'éducation physique et à la santé dans son cahier "Actuel" et signé par Josée Lavigueur. Comme je n'ai pas encore pu lire le texte en question, je ne peux malheureusement vous en dire plus pour l'instant.

Le vendredi 21 septembre 2001

Réaction non officielle

Nous parlions hier du silence du gouvernement à l'égard de notre pétition. Nous avons reçu aujourd'hui un appel du cabinet de Monsieur Legault à ce sujet. On nous confirme que le dossier "est à l'étude" en précisant que le processus sera long et qu'il faudra patienter avant d'obtenir une réponse du ministre "au cours de la présente année".

L'assistante de l'attaché politique du ministre (c'est encore loin du ministre lui-même...) s'est montrée néanmoins positive au cours de notre entretien téléphonique. "Tout ce qui touche les grilles horaires et les milieux syndicaux demandent du temps (et nous ajouterions "du doigté")", a-t-elle tenu à préciser.

D'un même souffle, elle a tout de même renchéri sur nos dires en notant qu'il s'agit d'un "problème que nous pouvions facilement remarquer aux États-Unis il y a quelques années (en parlant de l'obésité chez les jeunes) mais qu'une situation similaire est maintenant bien perceptible au Québec".

Grosso modo, on nous informe donc que le dossier n'est pas du tout écarté. Comme il n'y a pas encore lieu de pavoiser, nous avons confirmé à cette dame que nous continuerons de sensibiliser la population à ce fléau par divers moyens d'information.

C'est donc un dossier... toujours à suivre!

Pétition rapatriée

Également aujourd'hui, nous avons reçu l'appel de l'attachée politique de la députée Lyse Leduc nous avisant que la pétition avait été rapatriée à son bureau. Il semble que ce soit la procédure habituelle une fois le processus de dépôt à l'Assemblée nationale terminé. Nous irons donc récupérer les précieuses boîtes pour les déposer... dans nos archives. Sait-on jamais!

Le jeudi 20 septembre 2001

Aucune réaction jusqu'à maintenant

Les lecteurs de La bande sportive E.P.S. ont sans doute constaté notre silence depuis le dépôt à l'Assemblée nationale en juin dernier de notre pétition (13441 signatures en faveur d'une augmentation significative du temps alloué à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé en milieu scolaire). N'ayez crainte! Nous ne vous avons pas oubliés...

Comme nous l'avions prévu, le ministre Legault (et tout le gouvernement d'ailleurs) est resté muet et il est de plus en plus évident qu'on souhaite voir notre action s'estomper avec le temps, pour finalement se perdre dans l'oubli. À court terme, notre intention est donc de publier un document sommaire de notre démarche en soulignant la torpeur du gouvernement envers une cause qui mérite à tout le moins UNE RÉPONSE officielle.

Toutefois, après le choc des événements terroristes qui se sont produits aux États-Unis récemment, nous pourrions difficilement espérer obtenir sur le champ une quelconque couverture médiatique, ce qui nous oblige à nous montrer un peu patients...

Depuis plus de deux semaines, nous tentons, encore une fois en vain, de pousser M. Legault et son cabinet à exprimer publiquement l'opinion ministérielle en regard de la situation actuelle en matière de santé et d'habitudes de vie chez les jeunes. En outre, nous aimerions l'entendre nous expliquer en quoi cette situation ne justifie pas une augmentation du temps consacré à l'éducation physique à l'école. La semaine dernière, la responsable du dossier de l'ÉPS au MÉQ nous a contactés, à la demande de l'attaché politique de M. Legault, afin de connaître le motif de nos appels à son cabinet (!). La personne en question, très sympathique au bout du fil, n'était tout simplement pas celle que nous désirions contacter puisque, de son propre aveu, elle n'a aucune juridiction en ce qui concerne le temps alloué à chaque matière. Elle doit donc de nouveau transmettre notre requête au ministre.

Dans les semaines qui viennent, nous souhaitons aussi obtenir l'appui des différentes régions du Québec afin de transmettre notre document sommaire aux parents d'élèves (par exemple par l'entremise des conseils d'établissement, des organismes de participation des parents, etc.) afin d'expliquer le sens réel de notre action et pour rappeler que nous ne sommes pas en guerre envers quiconque. Ce n'est pas, en effet, la présence des autres spécialités qui est en cause mais bien la plage de 180 minutes à l'horaire qui n'a tout simplement aucun sens pour soutenir un enseignement de qualité et signifiant.

D'ici là, votre "mission" consiste à poursuivre sur cette lancée dans vos écoles et d'en discuter avec les parents que vous pourrez rencontrer. À en juger par les nombreux commentaires recueillis à Laval, on peut dire que notre présence dans les médias au printemps dernier a eu de l'impact... mais que tout reste à faire. Merci d'être encore là!

Le lundi 23 juillet 2001

Et cet autre accusé de réception...

Pendant les vacances et sous le soleil, nous avons reçu la semaine dernière un accusé de réception du cabinet du ministre Legendre (Tourisme, Loisir et au Sport). En voici le contenu:

Québec, le 5 juillet 2001

Monsieur Yves Potvin
Comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé

Objet: Pétition en faveur de l'éducation physique et à la santé

Monsieur,

Au nom du ministre délégué au Tourisme, au Loisir et au Sport, M. Richard Legendre, j'accuse réception de votre lettre du 12 juin dernier relativement à l'objet cité en rubrique et vous en remercie.

Soyez assuré que votre correspondance sera portée à l'attention du ministre délégué et que nous comptons y donner suite rapidement.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Julie Bordeleau
Attachée politique


Le mercredi 11 juillet 2001

Autre accusé de réception

Nous venons de recevoir ce matin cet autre accusé de réception du cabinet du ministre d'État à l'Éducation et à la Jeunesse, M. François Legault:

Québec, le 20 juin 2001

Monsieur Yves Potvin
Comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé

Monsieur,

Au nom du ministre d'État à l'Éducation et à la Jeunesse, M. François Legault, j'accuse réception de la lettre, ainsi que du document qui l'accompagnait, que vous lui adressiez le 12 juin dernier concernant le temps d'enseignement de l'éducation physique au primaire ainsi que sur le bilan de santé actuel des jeunes.

Je tiens à vous assurer que votre correspondance sera portée à l'attention du ministre et transmise aux autorités concernées du Ministère afin de recevoir le traitement approprié.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Patrick Lahaie
Attaché politique


Le mercredi 27 juin 2001

Un accusé de réception...

Nous avions l'intention de garder le silence pour le début des vacances. Après à peine 24 heures de repos, nous devons revenir sur notre intention... Nous avons d'abord, en effet, reçu cet accusé de réception en provenance du cabinet du Premier ministre du Québec:

Québec, le 19 juin 2001

Monsieur Yves Potvin
Comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé

Monsieur,

Au nom du premier ministre, monsieur Bernard Landry, j'accuse réception de la lettre et des documents que vous lui avez fait parvenir en date du 12 juin dernier concernant le temps alloué à l'éducation physique au primaire.

Soyez assuré que nous en avons pris bonne note.

Veuillez recevoir, Monsieur, l'assurance de mes meilleurs sentiments.

Michel-Bastien Boudrias,
attaché politique


...et un appui officiel!

Quel ne fut pas notre plaisir de découvrir aussi, dans notre boîte aux lettres, cet appui officiel du Chef du deuxième Parti de l'Opposition à Québec, Monsieur Mario Dumont (à noter que la lettre est signée de sa main, ce qui est apprécié):

Assemblée nationale, le 21 juin 2001

Monsieur Yves Potvin
Comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé

Objet: Pétition en faveur de l'éducation physique et à la santé

Monsieur Potvin,

La présente a pour but de faire suite à la documentation que vous avez fait parvenir dernièrement à mon bureau de l'Assemblée nationale. Plus précisément, vous m'informiez d'une pétition signée par 13441 personnes en faveur de l'éducation physique et à la santé.

Je vous remercie dans un premier temps d'avoir porté à ma connaissance ces informations très pertinentes et éclairantes sur la problématique entourant le temps accordé à l'éducation physique dans nos écoles depuis la réforme. D'ailleurs, cette problématique ne m'est pas inconnue car j'estime comme vous que nos jeunes ne font pas assez d'activités physiques et par conséquent, notre société paiera cher ce choix fait par le gouvernement. C'est pourquoi, soyez assuré que je continue de suivre ce dossier avec intérêt et que je vous appuie dans votre combat pour faire reconnaître l'éducation physique et la santé de nos jeunes comme une priorité.

D'autre part, j'aimerais vous informer que je transmets votre correspondance au porte-parole de l'Action démocratique du Québec en matière d'éducation, monsieur Guy Laforest.

Je vous prie de recevoir, monsieur, mes salutations les plus distinguées.

Le chef de l'Action démocratique du Québec et député de Rivière-du-Loup

Mario Dumont


Le mardi 26 juin 2001

Communiqué de presse de la députée Leduc

Dans son édition du dimanche 24 juin 2001, en page 38, le Courrier Laval publiait un communiqué de presse au sujet du dépôt de notre pétition à l'Assemblée nationale. En voici donc le détail...

Lyse Leduc dépose la pétition Potvin

Lyse Leduc, députée de Mille-Îles et adjointe parlementaire à la ministre d'État à la Culture et aux Communications, a déposé le 20 juin à l'Assemblée nationale, une pétition voulant que le gouvernement du Québec s'engage à mettre en place des mesures afin d'améliorer la condition physique des jeunes et d'augmenter de manière significative le temps alloué à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé, et ce, dans tous les établissements scolaires.

La pétition, qui a été portée à l'attention de la députée par le Comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé, dont l'enseignant de l'école Leblanc Yves Potvin s'est fait l'instigateur, vise à sensibiliser le ministre de l'Éducation en matière d'enseignement de l'éducation physique.

"Il est vrai que nos jeunes ne consacrent pas assez de temps à l'activité physique: il faut changer les choses, inscrire ces habitudes dans leur système de valeurs, a souligné la députée. Les données dont on dispose démontrent trop souvent une baisse considérable des habitudes sportives, ce qui compromet la santé physique et mentale de nos jeunes."

Afin d'assurer le soutien à la conception et la diffusion du plan d'action ministériel en matière de loisir, de sport et d'activité physique, le gouvernement du Québec s'est doté d'un Secrétariat au loisir et au sport qui a pour mandat, entre autres, d'encourager le développement des pratiques sportives et rendre les habitudes de vie moins sédentaires.

(Source: bureau de Lyse Leduc)


En vacances...

L'Assemblée nationale a mis un terme à ses travaux mercredi dernier. Les députés sont donc maintenant en vacances pour les semaines à venir. En août prochain, nous comptons bien revenir à la charge auprès du Ministère de l'Éducation, entre autres, afin de tenter d'obtenir une réaction officielle à notre mouvement de... contestation. D'ici là, n'hésitez pas à en discuter avec votre entourage, à susciter des débats. Il n'y a pas l'ombre d'un doute que nous avons l'opinion publique majoritairement derrière nous.

En ce qui nous concerne, les semaines qui viennent seront salutaires! Tout le travail engendré par cette galère politique (et médiatique!) a laissé des traces, à commencer par des cernes particulièrement sombres sous les yeux. Avant d'y laisser notre santé, nous choisissons de nous prescrire une bonne dose quotidienne de repos et de vélo. ;)

Au nom de tous les membres du Comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé, je vous remercie de votre appui au cours des derniers mois tout en vous implorant de ne pas abandonner. Cette période d'accalmie n'est pas la fin de notre action, elle n'est en fait qu'une pause nécessaire avant le retour en force de l'automne prochain.

Pour tout commentaire au sujet de notre action, n'hésitez pas à me contacter personnellement.

Cordialement,

Yves Potvin
Webmestre de La bande sportive E.P.S.

Le mercredi 20 juin 2001

Dépôt de la pétition à l'Assemblée nationale ce matin!

La nouvelle nous a été confirmée hier soir. La pétition en faveur de l'éducation physique et à la santé que nous avions lancée il y a quelques mois sera déposée à l'Assemblée nationale ce matin par Madame Lyse Leduc (comté des Mille-Îles, région de Laval). Notre fierté est grande aujourd'hui, non pas parce que la partie est gagnée, même qu'elle est loin de l'être, mais parce que nous avons réussi à mener notre barque à bon port malgré de faibles moyens à notre disposition.

Nous souhaitions sensibiliser la population à un phénomène sans cesse grandissant de désengagement des jeunes envers l'activité physique et aux risques auxquels ils s'exposent pour les décennies à venir. Grâce à de nombreuses initiatives personnelles, ici et là dans tout le Québec, nous avons pu obtenir l'appui impressionnant de 13441 signataires et le mandat de questionner nos élus provinciaux sur les valeurs qu'ils souhaitent prioriser pour notre société en devenir.

En misant sur le professionnalisme de plusieurs médias du Québec, nous avons permis à notre cause de faire parler d'elle, très favorablement devrions-nous préciser. La table est mise pour le débat de société auquel nous avions convié le Gouvernement du Québec.

Reste à savoir maintenant à quel point nos demandes seront considérées avec tout le sérieux qu'elles méritent. Nous demandions des réponses en particulier du ministre Legault. Nous les attendons toujours. Il faudra rapidement apporter des correctifs à cette Réforme afin de prendre un réel virage vers la santé des jeunes.

Nous sommes donc dans l'attente de réponses des ministres influents du Gouvernement du Québec. Qu'elles se manifestent par la voie publique ou par écrit, soyez assurés que nous nous ferons un devoir de vous les transmettre dans les plus brefs délais. Comme les députés seront dès ce soir en vacances, nous devrons peut-être attendre jusqu'à la prochaine rentrée parlementaire avant d'obtenir une quelconque réaction officielle, ce qui ne nous empêche pas de poursuivre nos campagnes de sensibilisation locales, d'informer les parents d'élèves et de maintenir notre enthousiasme à son plus haut niveau.

Le temps ne doit pas nous éloigner de notre but; sachons donc l'utiliser pour revenir encore plus forts. Merci d'être là!

Le mardi 19 juin 2001

Encore dans les médias!

L'intérêt envers notre action se maintient. Le quotidien Le Soleil (de Québec) a en effet publié un troisième article à son sujet dans son édition d'hier, ce qui a mis la puce à l'oreille des recherchistes de la salle des nouvelles de la station radiophonique CJMS de l'endroit. C'est pourquoi Stéphane Gasse, en remplacement d'André Arthur, a interrogé Yves Potvin en direct à 12h15 lundi. Cet intérêt des médias de la région de Québec pourrait sans doute expliquer le fait que plusieurs de nos signataires proviennent de cette région...

L'hebdomadaire Courrier Laval a aussi publié trois articles, l'un dans son édition du 14 juin et les deux autres dimanche dernier. Même si certaines erreurs mineures s'y sont glissées (pétition et mouvement PEP parfois confondus), les textes dressent un portrait intéressant de la situation qui aura certainement de l'impact dans la région de Laval.

Dans tous les cas, nous recevons d'excellents commentaires sur la pertinence de mener à bien ce dossier jusqu'à l'Assemblée nationale...

Dans le Courrier Laval:

1. Un enseignant en éducation physique au secours des jeunes du primaire
2. "Nous amenons les enfants vers l'autodestruction"
3. L'amélioration de la condition physique des enfants passerait par l'école


Le samedi 16 juin 2001

La pétition sera à Québec mardi

On nous a confirmé hier que Madame Lyse Leduc (Parti Québécois) accepte de déposer notre pétition à l'Assemblée nationale du Québec. Les députés risquent cependant de quitter pour les vacances dès le 20 juin (mercredi). Il est à souhaiter que le processus de dépôt de la pétition soit lancé rapidement.

Notre action a eu des échos du côté de l'Opposition officielle. Nous avons en effet reçu un appel hier d'un représentant du Parti Libéral qui nous assure de son appui dans notre démarche.

Envoi aux ministres... et à l'Opposition

Messieurs Bernard Landry (Premier ministre du Québec), François Legault (Éducation), Rémy Trudel (Santé), Gilles Baril et Richard Legendre, ainsi que Madame Agnès Maltais, ont tous reçu hier un exemplaire du dossier récapitulatif de notre action accompagné du texte officiel de la pétition. Nous attendons une réaction...

Bien entendu, nous avons pris soin d'expédier des copies conformes du dossier à Messieurs Jean Charest (Parti Libéral), Mario Dumont (Action Démocratique) et Denis Coderre (ministre fédéral des sports).

Le jeudi 14 juin 2001

Pétition confiée à un député

Nous avons remis hier la pétition aux attachés politiques de Madame Lyse Leduc, député du Parti Québécois dans le comté de Mille-Îles (région de Laval). Celle-ci doit nous confirmer d'ici le 18 juin si elle accepte ou non de l'appuyer et de la déposer à l'Assemblée nationale. Madame Leduc est présentement à Québec où elle participe à une session intensive de travail. Ces jours-ci, les députés du Québec sont présents dans leurs circonscriptions électorales uniquement le lundi.

Le mercredi 13 juin 2001

Un grand coup!

La conférence de presse visant à dévoiler les résultats de notre action fut un réel succès! Radio-Canada (radio et télévision), TQS, The Gazette et le Courrier Laval y étaient représentés.

À 16h15, une entrevue a été réalisée en direct à la radio de Radio-Canada avec Yves Potvin à l'émission Montréal Express. Vous pouvez d'ailleurs écouter l'entrevue de 5 minutes (10 minutes après le début de l'extrait) en consultant le site ou en cliquant sur ce lien.

Au Téléjournal de Radio-Canada, un reportage (que vous pouvez voir à 19 min. 20 sec. du début du Téléjournal) de Maxyme Bertrand dressait les grandes lignes de la conférence de presse, tout comme à TQS dans son Grand Journal de 22h00.

Au cours de la journée d'aujourd'hui, Mesdames Johanne Paquette et Jenny Stantic, parents d'élèves de l'école Leblanc de Laval seront invitées à parler des résultats de la pétition au réseau anglais Global entre 8h00 et 8h30 ce matin. Une entrevue radiophonique sera aussi réalisée au réseau NTR (Presse Canadienne à la radio) avec Yves Potvin en cours de journée.

Résultats connus!

Nous avons atteint un grand total de 13441 signatures à la pétition, un succès! Malheureusement, nous recevons encore des appuis que nous ne pouvons plus comptabiliser. Pour de plus amples détails, veuillez vous référer au dossier de presse (en format PDF) remis aux journalistes présents lors de la conférence de presse.

Le lundi 11 juin 2001

Fin de la cueillette des signatures

Le dossier de presse étant complété, nous ne sommes plus en mesure d'accepter de nouvelles signatures à la pétition. Surveillez demain, mardi, la publication de nos résultats officiels dans les médias électroniques du Québec. Souhaitons que les représentants de la presse viennent en grand nombre à ce rendez-vous...

Présence politique incertaine pour demain

Au moment d'écrire ces lignes, nous n'avions pas encore reçu de confirmation émanant du Gouvernement du Québec à l'effet que nous pourrons ou non remettre à un député du Parti Québécois notre pétition lors de la conférence de presse de mardi.

Devant notre incapacité de rencontrer le ministre Legault (Éducation), nous avons contacté le bureau de comté du ministre Cliche, responsable de la région de Laval (d'où a été lancée cette pétition), afin qu'il puisse déposer officiellement la pétition en notre nom à l'Assemblée nationale. Or, on nous apprend qu'un ministre ne peut pas légalement déposer une pétition au nom d'un groupe de citoyens.

Nous attendons donc de savoir si Madame Lyse Leduc (comté des Mille-Îles) pourra représenter nos élus mardi. Dans le cas contraire, même s'il serait plus intéressant de pouvoir le faire devant les journalistes, nous veillerons à ce que la pétition se rendent à bon port dans les plus brefs délais.

Le mercredi 6 juin 2001

Désolé!

Nous avons le regret de vous annoncer que l'émission RDI Junior dont nous vous parlions mardi a déjà été diffusée sur les ondes du réseau RDI hier soir à 18h00. Nous n'avons malheureusement pas été en mesure de vous prévenir à temps...

Le mardi 5 juin 2001

Rendez-vous le 12 juin!

C'est finalement le mardi 12 juin prochain que se tiendra à Laval la conférence de presse au sujet de la pétition en faveur de l'éducation physique et à la santé. À cette occasion, les résultats officiels de notre action seront dévoilés aux journalistes présents (que nous espérons nombreux!). Nous en profiterons aussi pour présenter l'ensemble de notre démarche, partie de rien pour se terminer tout en force! Nous en profiterons pour poser quelques questions... destinées au ministre Legault.

La conférence de presse sera animée par Monsieur Jacques Bussière, président du Conseil d'établissement de l'école Leblanc à Laval. Messieurs Mario Sévigny, président de la FÉÉPEQ, Jose Rebelo, médaillé d'argent en volley-ball paralympique aux Jeux de Sydney, et Yves Potvin, webmestre de La bande sportive E.P.S. et initiateur de la pétition y prendront la parole.

Tous les médias québécois seront contactés dans les heures qui viennent. Si vous le désirez, vous pouvez prendre connaissance du communiqué de presse disponible en format PDF... N'hésitez d'ailleurs pas à l'imprimer pour le transmettre à un journaliste de votre entourage!

Enregistrement de l'émission RDI Junior

L'auteur de ces lignes participera aujourd'hui à l'enregistrement de l'émission télévisée d'information RDI Junior destinée aux jeunes de 9-12 ans sur les ondes de RDI. L'animateur de l'émission désire connaître l'opinion de son invité au sujet de cette fameuse étude américaine qui menait à la conclusion que le ballon-chasseur devrait être banni de l'école parce qu'il encouragerait la violence dit-on. La pétition en faveur de l'éducation physique devrait évidemment être abordée en cours de discussion.

Plus d'éducation physique en Alberta qu'au Québec

Nous avons reçu ce témoignage éloquent d'un enseignant en éducation physique du Québec qui a dû s'expatrier en Alberta pour obtenir un emploi dans sa spécialité. Son message fait suite au texte que nous avons publié le 24 mai dernier au sujet du temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique en Pologne et en Allemagne...

"Bonjour la Bande Sportive!

Pas vesoin d'aller si loin pour constater le fossé que le Québec est en train de creuser. Je suis un enseignant en éducation physique en Alberta. J'ai gradué au Québec mais ai dû "m'exporter" pour cause de manque d'emplois dans notre Belle Province...

Ici (à mon école) les étudiants de l'élémentaire (1ère à 6ième année) ont tous droit à une période quotidienne d'éducation physique pour un total de 2.75 hres/sem. sans compter les activités extra-scolaires. Les élèves du secondaire ont 3 périodes/sem. de 45 min. On me dit même que si les ressources humaines et l'espace le permettaient, tous auraient droit à 45 min/jour, 5 jours/sem.

Je lève mon chapeau à Yves Potvin et à tous ceux qui ont mis le mouvement de protestation de l'avant (pétition). La société québécoise a beaucoup de réflexion à faire au sujet de l'avenir et de la santé de ses citoyens. Il n'est pas trop tard, mais le temps presse.

Jean Doyon, BEd, MSc, BSc
Educateur Physique
Alberta"


Le vendredi 1 juin 2001

Silence nécessaire

N'ayez crainte si nos missives concernant la pétition vous arrivent moins fréquemment ces jours-ci. Nous travaillons en effet à la rédaction d'un dossier de presse qui sera remis aux personnes présentes lors d'une conférence de presse qui se tiendra le 12 juin prochain à 10h30 au 3235 boul. Saint-Martin est, à Laval. Nous sommes déjà en mesure de vous confirmer que notre objectif de 10000 signatures a été atteint, sans trop de difficultés. Les résultats officiels seront connus lors de cette conférence.

Autre étude

Statistiques Canada rendait publics mercredi les résultats d'une récente enquête portant sur les effets du sport sur la réussite scolaire en mathématiques et en lecture. Un texte publié dans le National Post confirme en effet les bienfaits de l'exercice sur les résultats scolaires des enfants.

Le jeudi 24 mai 2001

Certains pays seraient mieux nantis que nous...

Nous avons rencontré hier un entraîneur national en escrime à son retour des championnats du monde en Pologne. Pendant son séjour, il a eu l'occasion, entre autres, de discuter avec des enseignants en éducation physique européens.

Un premier enseignant polonais racontait à notre entraîneur, qui est aussi éducateur physique, que ses élèves du primaire disposent de 10 heures (!) d'éducation physique chaque semaine à l'école. Un autre, un Allemand, rencontre ses élèves quotidiennement. Ceux-ci doivent de plus choisir une spécialité sportive qu'ils devront obligatoirement pratiquer pendant trois heures chaque semaine... Il semble qu'une pétition comme la nôtre est inutile dans les pays de l'est!

Malgré tous ses efforts, notre pauvre compatriote n'a pas réussi à faire croire à ses confrères que notre temps d'enseignement se limite à une moyenne de 60 minutes au Québec...

Il fallait voir, semble-t-il, la piètre tenue vestimentaire de nos représentants canadiens à ces championnats, en comparaison avec celle de pays moins fortunés que le nôtre, pour constater que nous sommes encore bien loin d'une véritable culture sportive au pays.

"L'habit ne fait pas le moine" mais il est, dans ce cas-ci, un bon miroir de nos orientations politiques.

On nous a aussi rapporté que les athlètes qui accompagnaient notre entraîneur n'étaient tout simplement pas de taille durant cette compétition.

Autre miroir...

Le samedi 19 mai 2001

Autre texte intéressant

François Guité, de l'Infobourg, nous a fait connaître hier cet article (en anglais uniquement) en provenance du site de CNN... L'opinion publique des Américains est aussi de plus en plus sensibilisée au problème de sédentarité des jeunes...

Des signataires supplémentaires... et deux textes

En date du 18 mai 2001, le total de signatures obtenues pour notre pétition s'élevait à 11103... Et nous en recevrons encore quelques autres dans les jours qui viennent.

Parmi celles que nous avons reçues hier, nous avons eu le plaisir de découvrir deux textes rédigés par des élèves de 6ième année de l'école Coursol, de Laval, et adressés au Gouvernement du Québec.

"(...) J'espère que vous changerez d'avis quand vous aurez lu ce texte, écrivaient Charles-William Couture et Catherine Sarra-Bournet. Je vous invite à passer 1281 heures sur une chaise; 1281 heures dans une année, c'est beaucoup trop!"

Le jeudi 17 mai 2001

Objectif atteint!

Notre objectif de recueillir 10000 signatures à notre pétition est atteint depuis hier. En effet, au 16 mai 2001, 10592 personnes avaient appuyé nos revendications en faveur d'une augmentation significative du temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé en milieu scolaire. Nous en sommes évidemment très heureux compte tenu des moyens limités à notre disposition pour faire circuler l'information. Merci à tous... et restez des nôtres!

Notre stratégie s'articule

Des représentants du cabinet du ministre Legault nous apprenaient mardi qu'il ne nous serait pas possible de le rencontrer puisque son emploi du temps est trop chargé ces temps-ci. Monsieur Legault est en effet en tournée provinciale, une tournée qui lui permettra de présenter les orientations de son ministère en ce qui concerne la réussite éducative.

Comme solution de rechange, on nous propose plutôt d'être reçus au cabinet du ministre par quelques fonctionnaires importants du MÉQ, ce qui nous éloignerait nettement de notre objectif premier de questionner les valeurs qui sous-tendent les orientations de son ministère en ce qui concerne la santé des jeunes.

Nous préférons donc nous abstenir de nous présenter à cette rencontre pour plutôt nous concentrer sur la rédaction d'une synthèse de notre action (résultats obtenus, profil des signataires, questions à adresser au ministre, etc.). Ce document sera expédié à tous les ministres concernés par l'éducation et la santé au gouvernement québécois, ainsi qu'au Premier ministre, et remis aux journalistes présents à une conférence de presse dont la date reste à déterminer. Parallèlement, nous comptons remettre la pétition à un député de la région de Laval afin qu'il puisse la déposer officiellement à l'Assemblée nationale.

Un bien beau message d'appui...

Nous avons reçu hier un courriel de Madame Jeanne-Marie Delvaux de la Belgique. La chaleur de ses propos nous incite à les publier:

"Je suis abonnée depuis peu de temps à votre bande sportive. Et quelle bande, composée de courageux et tenaces qui se battent pour défendre leurs valeurs de base. Toute mon admiration est pour vous.

Je suis licenciée en santé publique et promotion de la santé, responsable d'un service qui se consacre à cela au sein d'une mutualité en Belgique. Entre autre, nous développons un programme de promotion de l'activité physique quotidienne intitulé "A pleins poumons la santé". Nous tentons de mettre en relation enseignants et professeurs de gymnastique pour que les besoins du corps en matière d'activité physique soient enseignés de concert aux enfants à travers les connaissances de base -instituteurs(trices)- et mise en pratique de ces apprentissages par les professeurs de gymnastique.

Votre rencontre avec le ministre Legault est éloquente à ce sujet. Nos responsables et beaucoup d'adultes de notre société se trompent de cible. Ils veulent des têtes bien pleines dans des corps vides, dévitalisés, soumis. Plus ils sont sages, moins ils bougent, plus ils seront captifs d'autres... Je m'arrête là, ceci mériterait bien des développements. Or aujourd'hui je veux simplement vous dire mon plaisir de vous connaître et vous donner le soutien de mes encouragements à poursuivre.

Au plaisir d'autres rencontres via les courriels."

Jeanne-Marie Delvaux
E.S.P.A.C.E. Santé

Des questions à poser

Le ministre de l'Éducation est présentement en tournée dans les commissions scolaires du Québec pour parler de réussite scolaire. Si le coeur vous en dit, il pourrait être intéressant que des éducateurs physiques l'interrogent au cours de chaque période de questions... avec tout le tact qui nous caractérise.

Le mardi 15 mai 2001

Les pétitions signées continuent d'arriver!

Nous venons de recevoir un message nous confirmant que des pétitions sont encore acheminées au bureau provincial de la FÉÉPEQ. À ce rythme, nous devrions donc atteindre notre objectif de 10000 signatures. On pourra ainsi, fort heureusement, parler du succès d'une démarche qui, sans que nous disposions de moyens très sophistiqués de rejoindre plusieurs personnes dans un délai relativement court, aura permis de faire la démonstration que notre préoccupation est partagée par plusieurs citoyens. Encore merci à tous!

Soirée intéressante avec le ministre Legault

Le ministre de l'Éducation François Legault était de passage à Laval hier soir dans le cadre de sa tournée des commissions scolaires afin de parler principalement de la réussite scolaire. Il était accompagné de Roger Bisaillon, sous-ministre adjoint, et de Madame Lorraine Langlois, directrice générale du Ministère de l'Éducation. Nous y étions aussi...

Dans son allocution, Monsieur Legault s'est attardé sur les très hauts taux de redoublement au primaire (23%) et de décrochage scolaire au secondaire (32%). Il a de plus insisté sur l'importance de "revenir à la base", c'est-à-dire d'accorder plus de place à l'enseignement du français, des mathématiques et de l'histoire dans la réforme actuelle.

Selon nous, la "base" devrait plutôt être envisagée du point de vue de l'élève, suivant ses propres composantes. Le jeune est d'abord inspiré, à notre avis, par ses composantes physiques, affectives et cognitives. Bref, si autant de jeunes abandonnent leurs études prématurément, c'est peut-être parce que le programme d'études que nous leur proposons n'est pas suffisamment adapté à leurs besoins primaires. L'augmentation, entre autres, du temps compris dans la plage de 180 minutes destinée dans l'horaire aux spécialités ne pourrait-elle pas sourire aux jeunes à la recherche d'un contenu mieux adapté à leurs préoccupations?

Notre action fait du chemin

Au terme de cette même soirée, en coulisse, nous avons eu l'occasion de discuter avec l'attaché politique du ministre, très poli d'ailleurs, qui nous a assuré que nous pourrions dès aujourd'hui discuter avec lui de la demande de notre comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé de rencontrer Monsieur Legault. Il est aussi possible que nous puissions déposer officiellement la pétition à l'Assemblée nationale du Québec. C'est à suivre... et à étudier!

Le lundi 14 mai 2001

Dernier droit!

Nous n'avons toujours pas reçu de confirmation émanant du cabinet du ministre Legault sur la tenue éventuelle d'une rencontre entre lui et notre comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé. D'ici à ce qu'une date soit clairement annoncée, nous continuons donc de recueillir les signatures à la pétition! Faites vite! Le temps presse...

Il s'agit en somme du dernier droit avant la seconde phase de notre action. Gardons le cap!

Le lundi 7 mai 2001

Du beau travail des étudiants de l'UQTR

Durant le congrès de la FÉÉPEQ qui a pris fin à Sherbrooke hier, dimanche, les étudiants en éducation physique et à la santé de l'UQTR ont remis une liste de près de 1900 signatures à notre pétition, fruit d'un effort collectif de sensibilisation auprès de la population étudiante et du public en général. Merci infiniment à Olivier Girondier et ses comparses!

Par ailleurs, d'après un rapport préliminaire, il semble que notre objectif de 10000 signatures sera dépassé. C'est à suivre!

Le ministre Legendre se prononce

L'animateur Claude Mailhot de RDS ne pouvait pas mieux tomber en abordant le thème du sport avec les ministres canadien Denis Coderre et québécois Richard Legendre dans le cadre de son émission hebdomadaire.

Au cours de son entretien avec le ministre Legendre, l'animateur a quelque peu pris position en affirmant que les jeunes du Québec n'avaient pas suffisamment d'éducation physique à l'école. Monsieur Legendre s'est d'abord montré prudent, politique oblige, lorsqu'on lui a demandé s'il serait possible de s'entendre avec le ministre Legault (de l'Éducation) afin de trouver une solution en faveur de la santé des jeunes. On apprend vite à patiner en politique...

Après avoir précisé que toute augmentation du temps accordé à l'éducation physique représenterait une somme énorme, Monsieur Legendre a redirigé la conversation vers la sous-utilisation des gymnases après les classes.

"Les gymnases sont vides de 15h30 à 17h30", a-t-il fait valoir afin de démontrer qu'il y aurait là une piste de solution à explorer, ce qui sous-entend qu'on pourrait facilement y tenir des activités parascolaires. La "solution" des activités paracolaires nous est souvent lancée en plein visage lorsqu'on est un peu à court d'arguments.

Les gymnases des écoles primaires sont-ils vraiment vides après les classes? Ce n'est pas toujours le cas.

Lorsque Madame Marois était ministre de l'Éducation, c'est elle qui avait déclaré qu'il devrait y avoir autant de places disponibles dans les services de garde que d'élèves inscrits à l'école. On connait la suite; les services de garde débordent et peuvent difficilement se contenter des quelques locaux mis officiellement à leur disposition. Ils n'ont donc d'autre choix que de se tourner vers les gymnases, ce qui ne facilite pas la tâche d'un éducateur physique désireux de maintenir un certain niveau de participation à des activités parascolaires.

Outre le problème d'utilisation des locaux, on peut questionner le fait de privilégier les activités paracolaires pour promouvoir de saines habitudes de vie en constatant que les participants à ces activités sont souvent les mêmes, qu'ils sont généralement des jeunes déjà soucieux de maintenir un certain degré de pratique d'activités physiques et sportives, et qu'ils proviennent souvent de milieux familiaux sensibles aux bienfaits de l'activité physique régulière.

De plus, l'enseignant qui prépare un programme étoffé d'activités parascolaires le fait trop souvent bénévolement, parce qu'il croit à la portée de celles-ci. Ces activités n'étant pas obligatoires puisqu'elles ne figurent pas à la grille horaire, elles n'ont pas la même valeur éducative aux yeux de tous.

Le problème est donc toujours entier et doit passer par une augmentation du temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé à l'intérieur du temps de classe "officiel".

Le samedi 5 mai 2001

Autre contact au bureau du ministre

Nous avons de nouveau téléphoné au bureau du ministre Legault afin d'obtenir un rendez-vous pour le dépôt de la pétition quelque part à la fin du mois de mai. Nous n'avions en effet reçu aucune réponse à notre première demande datant du 3 avril dernier. On nous assure cette fois de faire progresser le dossier.

D'ici là, notre comité d'action en faveur de l'éducation physique et à la santé se prépare pour la rencontre tant attendue. Pour le moment, outre Yves Potvin de La bande sportive E.P.S., deux présidents de conseils d'établissement de Laval et deux élèves de 6ième année (avec autorisation des parents) ont confirmé leur présence à ce rendez-vous. D'autres personnes mobilisées pourront se joindre au groupe dès que la date officielle de la rencontre sera connue, selon leur disponibilité.

Trois mousquetaires

Nous tenons à remercier Raymond Purenne, François Léveillé et Marc Côté pour leur très grande disponibilité, particulièrement au cours de la dernière semaine. Ces trois éducateurs physiques de Laval avaient en effet accepté sans hésiter notre invitation à intervenir dans le cadre du reportage produit par Radio-Canada en début de semaine. Finalement, seul Monsieur Léveillé avait pu y figurer, à notre grande déception. Heureusement, nous aurons certainement d'autres bonnes occasions de recourir à leurs services sous peu! ;)

Clin d'oeil

Jeudi, l'initiateur de la pétition, Yves Potvin, marchait sur le trottoir en direction d'un parc en compagnie d'un groupe d'élèves pour une activité parascolaire. Tout à coup, un automobiliste a immobilisé son véhicule au beau milieu de la route pour lui adresser la parole.

"Je vous ai vu à la télévision hier. Je tenais à vous dire que je suis entièrement d'accord avec ce que vous avez dit et que j'ai toujours été de cet avis."

Le conducteur du véhicule a ensuite poursuivi sa route, ce qui a fait sourire les jeunes... et leur enseignant!

Le vendredi 4 mai 2001

Journée chargée!

La journée d'hier (jeudi) a été le théâtre de nombreuses interventions gravitant autour de l'action que nous menons.

Le réseau TVA a en effet diffusé en direct une entrevue avec Yves Potvin, de La bande sportive E.P.S., dans son TVA Midi avec Pierre Bruneau.

Un reportage portant sur les choix déchirants que doivent faire les conseils d'établissement concernant les spécialités, et tourné à l'école Leblanc de Laval, a aussi été présenté dans le bulletin de nouvelles TVA de 18h00.

Bref, beaucoup de visibilité pour l'éducation physique en ce jour...

Invité à commenter les demandes des éducateurs physiques, le ministre Legault s'est contenté de servir sa réponse habituelle à l'effet que chaque spécialité (anglais langue seconde, arts et éducation physique et à la santé) représente 60 minutes d'enseignement par semaine qui peuvent être revues à la hausse ou à la baisse selon ce que chaque conseil d'établissement identifie comme priorité dans son milieu. Le message du ministre est donc clair, il n'y a pas lieu de réviser le tir.

Néanmoins, nous poursuivons notre offensive pour faire reconnaître notre apport dans le développement intégral des jeunes. Les signatures à la pétition seront donc recueillies jusqu'au 11 mai, comme prévu.

Opinion publique

L'opinion publique a aussi été questionnée en ce jeudi 3 mai. À la Une du quotidien Le Devoir, on pouvait lire un article de Valérie Dufour qui allait droit au vif du sujet: "Faut-il sacrifier les arts ou l'éducation physique pour enseigner l'anglais?"

Nous le répétons, il n'a jamais été question pour nous de partir en guerre contre les autres spécialités mais bien de provoquer un débat en profondeur portant sur les valeurs que nous devrions promouvoir en tant que société (avec pour toile de fond le triste bilan des pratiques d'activités physiques chez les jeunes). À l'heure actuelle, compte tenu de tout ce qui a été dit ou écrit sur le sujet, on peut remarquer que l'opinion publique se montre très réceptive à l'égard de nos préoccupations. D'ailleurs, le réseau TVA a fait du titre de l'article du Devoir sa question du jour. À notre grand plaisir, mais sans étonnement, 69% des répondants se sont dits contre cette idée...

Stressés au travail les Canadiens?

Une (autre) étude révèle que 6 Canadiens sur 10 disent se sentir stressés par leur travail. Parallèlement, on constate une augmentation constante des maladies coronariennes, des cancers, des dépressions, etc., toutes des maladies qui peuvent être causées par le stress. Pendant ce temps, à Québec, on maintient le cap sur les 60 minutes octroyées en éducation physique et à la santé au primaire...

Le mercredi 2 mai 2001

Avis aux retardataires

Cette fin de semaine, il sera possible pour tous les participants du congrès de la FÉÉPEQ, à Sherbrooke, de signer sur place la pétition. Le bénévole du kiosque de notre fédération aura en effet des feuilles en sa possession. Vous pourrez par la même occasion remettre vos copies signées à la personne sur place.

À la fédération, on nous signale que plusieurs pétitions signées sont reçues chaque jour...

N'hésitez pas à joindre à vos pétitions toutes les informations que vous aimeriez porter à notre attention quant au travail qui a été mené dans votre région. Nous nous ferons un plaisir d'en faire part dans ce site.

De l'impact!

Le reportage présenté sur les ondes de Radio-Canada lundi soir aura certainement de l'impact auprès de la population. Même s'il était relativement court, il contribuera à conscientiser la population au problème d'inactivité de plus en plus répandu chez les jeunes. Les téléspectateurs ont pu voir ledit reportage au Montréal ce soir, à 18h00, et aux nouvelles du sport de 23h00.

Dès le lendemain matin, mardi, il semble que le même sujet ait été abordé par les chroniqueurs de l'émission Salut, bonjour! sur le réseau TVA. Décidément, l'inactivité est un sujet à la mode ces jours-ci...

Des nouvelles du Bas-St-Laurent

Michel Jalbert, un éducateur physique de Dégelis, nous informe que le groupe de travail EPS de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs a recueilli près de 800 signatures à la pétition papier. Bravo... et merci!

Dans le même message, il nous apprend aussi que des emplois en éducation physique disparaissent dans la région. Une bien triste réalité à laquelle nous devons réagir.

Le samedi 28 avril 2001

À Radio-Canada!

C'est maintenant confirmé, une équipe de Radio-Canada se rendra à l'école Leblanc (à Laval) ce lundi 30 avril pour y interviewer Yves Potvin, webmestre de La bande sportive E.P.S. et initiateur de la pétition. À cette occasion, des élèves de 5ième année seront aussi filmés lors d'un cours d'éducation physique et à la santé. Il est possible qu'un autre éducateur physique et un parent soient interrogés au cours de ce reportage. Celui-ci devrait être diffusé aux différents bulletins de nouvelles sur les ondes de Radio-Canada et de RDI au cours de la soirée de lundi.

Un appui officiel

C'est en lisant le dernier journal Propulsion de la FÉÉPEQ, en page 22, que nous sommes tombés par hasard sur cet extrait tiré du journal Le Soleil de Québec: "Kino-Québec appuie La bande sportive: le regroupement veut augmenter le temps consacré à l'EP à l'école."

Nous n'en étions pas au courant... Maintenant, c'est fait... et apprécié!

Pétition bien en vue

Nous avons appris que la boutique de plein air L'Aventurier de même que le centre d'escalade d'intérieur Action-Directe, de Laval, ont décidé d'afficher notre pétition bien en vue dans leur établissement en signe d'appui à notre mouvement. Merci aux responsables de cette belle initiative!

Le jeudi 26 avril 2001

Des nouvelles de l'Outaouais

On nous rapporte que la pétition circule depuis une semaine au Collège de l'Outaouais. Les collégiens peuvent en effet la signer durant leurs cours d'éducation physique, une initiative des enseignants de l'endroit.

D'autres régions tardent encore à se manifester. Qu'en est-il de la vôtre?

Affrontements inutiles

Encore aujourd'hui, des enseignants en éducation physique et à la santé nous faisaient part de la réaction négative de leurs directions d'école à l'égard de notre mouvement. On laisse parfois supposer qu'il n'est pas légal de tenir une telle consultation en milieu scolaire. Certains, moins subtils, disent carrément qu'ils ne peuvent permettre la tenue d'une démarche de ce type puisque les autres spécialistes n'ont pas droit à la même tribune. Les sujets touchant la politique chatouillent toujours un peu... mais le droit fondamental de tout citoyen de s'exprimer librement, lui, tient toujours surtout lorsque l'enjeu revêt autant d'importance.

Cette réaction était tout à fait prévisible et témoigne bien de l'inconfort de la situation. Nous le répétons: notre mouvement ne se veut pas agressif et n'est nullement orienté vers qui que ce soit sauf le Gouvernement du Québec. Nous ne cherchons pas à retirer du temps d'enseignement à d'autres spécialités mais bien à provoquer un débat de société en regard d'un avenir qui nous semble de plus en plus incertain en matière de santé. On peut d'ailleurs comprendre qu'une direction d'école n'ose pas s'afficher publiquement en faveur d'une pétition de la sorte.

Si vous sentez que la tension monte dans votre milieu chaque fois que vous sortez une copie de la pétition de votre porte-documents, peut-être serait-il préférable d'aborder tout simplement les personnes qui vous semblent favorables à la cause, et pas nécessairement pendant les heures de bureau, plutôt que d'essayer d'en convaincre d'autres... Vous pourrez ainsi contribuer à l'avancement d'une cause qui vous tient à coeur tout en préservant votre climat de travail!

Le mercredi 25 avril 2001

Faible valorisation du jeu aux États-Unis

Un excellent article du Time Magazine, dans son édition Web du 22 avril 2001, fait état de la faible valorisation du simple jeu aux États-Unis, même chez les jeunes enfants. Une étude menée à l'Université du Michigan révèle en effet que la proportion du temps laissé à la disposition des jeunes d'âge scolaire, pour leurs jeux libres, est passée entre 1971 et 1997 de 40% à 25%! Le désengagement des jeunes quant à leurs pratiques d'activités physiques est de plus en plus évident, pour de multiples raisons...

Le dimanche 22 avril 2001

Travail en synergie

Quelques enseignantes et enseignants en éducation physique et à la santé ont profité de l'existence de notre pétition pour faire d'une pierre deux coups. On nous rapporte en effet que certains ont présenté au Conseil d'établissement de leur école le Mouvement PEP, lancé par divers partenaires dont la FÉÉPEQ, pour ensuite mentionner qu'une pétition québécoise en faveur d'une augmentation du temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé circule présentement au Québec.

Il semble que l'initiative ait des effets positifs. Il est cependant important de noter que la pétition n'est d'aucune façon liée au Mouvement PEP bien que ces projets partagent tous deux les mêmes visées. Le Mouvement PEP est le fruit d'un partenariat entre divers organismes officiels dont les mandats respectifs sont axés vers la promotion de l'éducation physique, ou de l'activité physique, comme moyen d'éducation à la santé. De nombreux gestes politiques ont d'ailleurs déjà été posés et le sont encore afin de convaincre l'État de l'urgence d'agir. Notre pétition, elle, cherche à questionner la population en général sur les valeurs que devraient promouvoir le Québec en matière de santé en milieu scolaire en optant elle aussi pour une sensibilisation politique.

Même s'il n'y a pas de liens officiels entre ces deux actions, on doit constater qu'un merveilleux travail en synergie s'effectue présentement. Souhaitons qu'il se matérialise en une augmentation significative du temps accordé à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé.

Faire preuve d'imagination

Nombreuses sont les personnes faisant preuve d'imagination lorsqu'elles recherchent des appuis à notre démarche. On nous rapporte en effet que la pétition a circulé récemment dans un couvent de la région de Rimouski, dans le Bas-St-Laurent. Si les religieuses sont moins présentes qu'autrefois dans le milieu de l'éducation, leur intérêt envers l'avenir des jeunes n'en a pas diminué pour autant!

Un groupe d'éducateurs physiques de la région de Laval a aussi obtenu l'appui du propriétaire d'une boutique de plein air qui a accepté de placer notre pétition bien en évidence tout près de la caisse.

Vous connaissez personnellement le propriétaire d'un centre de conditionnement physique? L'un de ces centres se trouve près de chez vous? Il y a fort à parier qu'on pourrait très facilement y placarder notre pétition de manière à rejoindre des gens qui, de par leurs pratiques sportives, sont déjà très sensibilisés à l'importance de rester actif.

Faites-nous signe si vous obtenez un certain succès dans votre milieu! Nous tenons à parler de vous!

Objectif: 10000 signatures

Il ne reste plus que 19 jours avant la fin de notre démarche... et nous attendons toujours une réponse du ministre Legault à notre demande de le rencontrer pour le dépôt de la pétition.

Compte tenu de tous les efforts consentis par bon nombre d'éducatrices et éducateurs physiques, un minimum de 10000 signatures est à souhaiter, en espérant que nous le dépasserons largement!

Presque le silence dans Charlevoix

Nous avons reçu vendredi un message de Simon Fortin, un éducateur physique oeuvrant à Baie St-Paul. Il venait tout juste d'apprendre l'existence de notre pétition! Celui-ci nous apprenait qu'il avait publié de sa propre initiative un article dans l'Hebdo Charlevoisien en faveur d'une augmentation du temps accordé à l'éducation physique. Son seul regret était maintenant de n'avoir pu faire mention à temps de notre pétition québécoise...

Ce commentaire témoigne bien de l'état de la situation en ce qui concerne notre mouvement. Alors que certains milieux se montrent extrêmement actifs depuis des semaines, d'autres réagissent peu. Nous le répétons, les responsables de l'éducation physique et à la santé de TOUTES les commissions scolaires du Québec ont reçu personnellement une copie papier de la pétition, y compris ceux de la région de Charlevoix, avec une note leur demandant de faire suivre le document aux éducateurs physiques qu'ils encadrent. Le message de Monsieur Fortin nous prouve de nouveau que nos administrateurs n'ont pas nécessairement tous l'avenir de notre profession à coeur. Souhaitons que Monsieur Fortin parvienne à réveiller ses troupes dans les jours qui viennent!

Le lundi 17 avril 2001

L'avis des enseignantes et enseignants?

Un lecteur, enseignant au secteur régulier de la région de Granby, nous faisait parvenir hier le commentaire suivant à propos du temps alloué à l'enseignement de l'éducation physique et à la santé:

"J'appuie inconditionnellement les démarches de M. Potvin dans les revendications que son groupe entreprend face à la démotivation institutionnelle que nos gouvernements et fonctionnaires mettent de l'avant en ignorant les bienfaits que l'éducation physique apporte dans le curriculum scolaire de nos enfants. (...) Ont-ils demandé aux jeunes leur avis sur les choix qu'ils ont faits?"

Cette remarque témoigne bien de la réaction engendrée par notre pétition auprès des enseignantes et enseignants en général. Nous recevons en effet de nombreuses signatures de consoeurs et confrères qui n'oeuvrent pas en éducation physique mais qui nous appuient pourtant sans réserve. Notre discours est donc entendu!

Le vendredi 13 avril 2001

D'autres études appuyant nos dires

Dans son édition d'avril 2001, le mensuel de l'activité physique Kiné-Santé, publié par les Éditions du Renouveau pédagogique (ERPI), révèle que de plus en plus de gens sont obèses même si la quantité de nourriture consommée par les jeunes et adultes en général est inférieure à celle de nos ancêtres d'il y a 80 ans. Des études récentes démontrent en effet que "les Américains consomment maintenant 5% à 10% de calories de moins qu'il y a 20 ans même s'ils pèsent, en moyenne, 2,3 kg de plus. (...) En clair, la dépense énergétique quotidienne a baissé en moyenne de 400 calories en un siècle."

Par ailleurs, le réseau d'information continue LCN diffuse aujourd'hui des capsules santé appuyant ce que tous les éducateurs physiques affirment depuis des années: une demi-heure d'activité physique chaque jour, comme par exemple une marche rapide, suffit à maintenir une bonne forme physique.

Ce n'est pas un secret pour personne, les gens sont de moins en moins actifs physiquement. Plusieurs jeunes ne pratiquent aucune activité physique en dehors du temps de classe et nombreux sont les parents qui préfèrent louer une cassette vidéo ou payer un nouveau jeu électronique à leurs enfants plutôt que de chausser leurs espadrilles pour aller jouer à l'extérieur.

Plus que jamais, c'est à l'école que les bonnes habitudes doivent être enseignées pour être ensuite intégrées dans le quotidien d'où l'urgence de sensibiliser la population à ce phénomène et la nécessité de faire connaître notre pétition!

Le mardi 10 avril 2001

En attente d'une réponse ministérielle

Nous sommes toujours en attente d'une réponse à notre demande de rencontrer personnellement le ministre de l'Éducation, Monsieur François Legault, quelque part en mai pour lui présenter notre pétition. Au cabinet du ministre, on s'est contenté jusqu'à présent de répondre que "la procédure habituelle dans le cas d'une pétition de ce genre est de l'expédier par la poste et de l'accompagner d'une lettre explicative".

À notre demande, l'attaché politique du ministre sera informé de notre insistance et communiquera avec nous sous peu, nous a-t-on dit.

Silence inquiétant des régions

Nous avons jusqu'ici obtenu peu de confirmations des régions quant à la mobilisation des enseignantes et enseignants en éducation physique dans notre démarche. Outre les éducateurs physiques des commissions scolaires de Laval, des Grandes-Seigneuries (rive sud de Montréal) et des Premières-Seigneuries (région de Québec), personne ne nous a fait part des diverses initiatives entreprises. Le milieu étudiant, en particulier à l'UQTR et à l'Université de Montréal, lui, s'est lancé tête première dans la partie.

Pourtant, une pétition a été expédiée par la poste à tous les responsables de l'éducation physique des 60 commissions scolaires membres de la Fédération des commissions scolaires du Québec dans la semaine du 18 mars dernier, en plus des commissions scolaires anglophones. N'hésitez pas à le rappeler à votre conseiller pédagogique s'il se montre lent à réagir.

Faites-nous signe dès que possible; nous aimerions aussi parler de vous!

Quand la politique fait fuir...

On nous rapportait dernièrement que le responsable du dossier de l'éducation physique d'une commission scolaire du nord de Montréal refusait de donner suite à notre envoi postal. C'est donc dire que les enseignantes et enseignants concernés n'ont reçu aucune information sur l'existence de notre pétition parce que la personne en question était sans doute aussi porteuse d'un ou de quelques autres dossiers. Dans ce cas-ci, un enseignant a heureusement pris l'initiative d'écrire à tous ses confrères...

Si à ce moment-ci vous n'avez toujours rien reçu du responsable ou du conseiller pédagogique en éducation physique de votre commission scolaire, il y a fort à parier que notre envoi postal a été filtré dans un quelconque service administratif. Votre implication personnelle est donc de mise si tel est le cas chez vous!

Autre utilisation "pédagogique" en classe

Nous vous parlions jeudi dernier d'une enseignante de 6ième année de Laval qui a profité de notre pétition pour parler de démocratie avec ses élèves. Une autre enseignante de Laval, celle-là en classe d'anglais enrichi, a utilisé la version anglaise de notre pétition comme outil pédagogique avant de la faire signer aux 30 élèves volontaires... sur un total de 30.

C'est l'addition de petites initiatives personnelles qui nous permettra d'obtenir de grands résultats!

Le jeudi 5 avril 2001

Une initiation à la démocratie

Une enseignante de Laval nous apprenait récemment que notre pétition a fait l'objet d'un cours portant sur la démocratie dans sa salle de classe de 6ième année.

Après avoir expliqué à ses élèves ce que sont la démocratie et le droit pour tout citoyen d'exprimer une opinion librement, elle a présenté notre pétition en faveur de l'éducation physique et à la santé comme une occasion, pour certains, d'exprimer clairement leur appui ou désaccord envers cette démarche d'envergure provinciale. Comme devoir de la soirée, chacun devait ensuite en discuter avec ses parents afin de bien peser l'importance d'une signature dans un document officiel.

Le lendemain matin, les 28 élèves du groupe ont signé la pétition...

Le mercredi 4 avril 2001

Premier contact officiel au MÉQ

Nous avons contacté hier le bureau du ministre de l'Éducation François Legault, à Montréal, afin d'obtenir un rendez-vous quelque part à partir de la mi-mai. Notre intention est bien sûr de déposer la pétition, d'en présenter toute la procédure et d'entamer une franche discussion sur l'objet de notre démarche. Nous attendons la confirmation de son attaché politique à cet effet.

La question posée aux jeunes

Que pensent les jeunes du secteur secondaire de notre démarche? Nous pourrions en avoir un aperçu très bientôt.

Les enseignants en éducation physique de l'école Louis-Philippe Paré, de Châteauguay, ont en effet décidé de reproduire la pétition en de multiples copies et de parler de bonnes habitudes de vie, de santé... et de la pétition. Les jeunes, dit-on, doivent savoir prendre en main leur éducation. Voilà donc une bonne occasion de questionner leur intérêt envers un accroissement du temps accordé à l'éducation physique et à la santé en milieu scolaire.

Le mardi 3 avril 2001

Pétition lancée sur la rive sud de Montréal

Les 51 enseignants en éducation physique et à la santé de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries, sur la rive sud de Montréal, ont tous reçu cette semaine leur copie de la pétition. On peut s'attendre là aussi à de beaux efforts en faveur de notre "mouvement". Nos envois postaux commencent donc à porter fruit... Objectif: le 11 mai!

Le samedi 31 mars 2001

On s'organise chez les éducateurs physiques enseignants

Nous venons enfin de recevoir des nouvelles en provenance de groupes d'enseignants...

On nous confirme en effet qu'une quarantaine d'enseignants en éducation physique de la Commission scolaire des Premières Seigneuries (région de Québec) vont tous disposer d'une pétition en version papier qui devrait être multipliée en plusieurs copies! Même phénomène à Laval où tous les enseignants en éducation physique et à la santé des secteurs primaire et secondaire ont reçu, ou recevront sous peu, leur copie de la pétition.

Que se passe-t-il ailleurs? Faites-nous part de vos initiatives...

Encore les étudiants de Trois-Rivières!

Les étudiants en éducation physique de l'UQTR poursuivent leur beau, que dis-je (!), remarquable travail pour faire progresser notre démarche. L'objectif est maintenant de tenir un kiosque dans un centre commercial de la région... Souhaitons-leur qu'ils puissent obtenir la permission des autorités concernées.

Par ailleurs, le reportage télévisé préparé par les chaînes locales de Radio-Canada et TQS n'a pas été diffusé cette semaine comme prévu. Celui-ci sera plutôt présenté dans les semaines qui viennent, tout comme quelques autres portant sur l'activité physique.

Un premier envoi de l'Université de Montréal

On nous rapporte que les étudiants du Département de Kinésiologie de l'Université de Montréal ont procédé à un premier envoi postal de signatures au bureau de la FÉÉPEQ. La lettre de la pétition "agrandie" et les nouvelles de l'évolution du mouvement occupent une place de choix sur les babillards. Tous les étudiants désireux de faire progresser la cause dans leur milieu de stage seront porteurs... d'une pétition.

Dans "Propulsion" et "Triple-Saut"

Parlant de la FÉÉPEQ, on nous confirme que le texte intégral de la pétition figurera dans le prochain numéro de "Propulsion". L'Association des éducatrices et éducateurs physiques de Laval-Laurentides-Lanaudière (AÉÉPELLL) a aussi décidé de publier ladite pétition dans le numéro d'avril de son journal "Triple-Saut". Si d'autres associations régionales ont le goût d'en faire autant, sachez que nous n'avez aucune permission à demander! ;)

Le vendredi 30 mars 2001

Autres nouvelles de Trois-Rivières...

Les étudiants en éducation physique de l'UQTR avaient déjà atteint hier un total de 1350 signatures à la pétition... Vraiment, il fait bon de constater que l'ardeur ne cesse pas de leur côté!

Comme autre défi pour la semaine prochaine, ces mêmes étudiants ont convenu de faire signer la pétition par au moins dix personnes chacun. Comme 120 étudiants sont présentement inscrits au département, l'objectif de la semaine a été fixé à 1200 signatures.

D'ici deux semaines, l'association étudiante compte tenir un kiosque à la cafétéria de l'université.

Qui dit mieux comme mobilisation?!

Le jeudi 29 mars 2001

Implication des conseillers pédagogiques

Le conseiller pédagogique de votre commission scolaire vous a-t-il fait parvenir une copie de la pétition? Vous en a-t-il parlé? Tenez-nous au courant de vos initiatives locales pour faire progresser le dossier chez vous. Nous aimerions en faire part à tous!

Mobilisation dans le secteur collégial

On nous apprend que le Collège de Bois-de-Boulogne vient d'adhérer à notre démarche. Il semble en fait que nos "contacts" sur place aient l'intention de mobiliser les autres cégeps de la province! Une bien bonne nouvelle...

On raconte aussi que tout le processus entourant la pétition est bien amorcé au Cégep de Saint-Jérôme...

Comme nous le mentionnions dans le préambule de la pétition, notre crainte n'a plus rien à voir avec le seul désir de préserver des emplois ou des minutes d'enseignement pour les spécialistes en éducation physique. La mobilisation qui s'amorce un peu partout nous démontre que ce sentiment est partagé par plusieurs. Continuons donc d'un même élan!

Le mercredi 28 mars 2001

Tout un début à l'UQTR!

L'Association des étudiants en éducation physique de l'UQTR inaugurait hier, mardi, son kiosque destiné à faire connaître notre pétition aux usagers du centre sportif de l'endroit. Le vice-président de l'association, Olivier Girondier, était particulièrement fier de nous annoncer que près de 800 personnes ont déjà signé sur place la pétition, sans compter les quelque 120 étudiants en éducation physique qui ont fait de même dans les salles de cours! Pour une première journée, avouons qu'il s'agit là d'un franc succès...

Par ailleurs, un reportage portant sur l'action menée par le groupe d'étudiants universitaires devrait normalement être diffusé ce soir sur les chaînes régionales de Radio-Canada et de TQS.

Seule ombre au tableau, pour le moment, on raconte que les éducateurs physiques enseignants de la région de Trois-Rivières sont très peu au courant de l'existence même de cette pétition alors que les responsables de l'éducation physique de toutes les commissions scolaires du Québec ont reçu une copie de celle-ci par la poste. N'hésitez donc pas à faire valoir votre inquiétude auprès des autorités concernées dans votre commission scolaire. L'information DOIT se rendre jusqu'aux enseignants, c'est primordial.

Le mardi 27 mars 2001

Plus vites les Anglais?

Il semble que l'Angleterre ait saisi plus rapidement que le Québec les bienfaits de l'activité physique sur le développement intégral de l'élève.

Un texte publié sur le site de BBC News révèle en effet que le gouvernement anglais investit des sommes importantes pour soutenir le sport dans les écoles. Une étude menée auprès d'enfants du primaire arrive à la conclusion que la pratique régulière d'activités physiques favorise le succès académique.

C'est en fait ce que nous crions ici depuis des années... avec plus ou moins de succès.

Le samedi 24 mars 2001

Lettre aux commissions scolaires anglophones

Une copie traduite de la pétition vient d'être expédiée par envoi postal aux responsables de l'éducation physique des commissions scolaires anglophones du Québec. Une fois de plus, nous souhaitons que les destinataires sauront transmettre dans les plus brefs délais une copie de cette pétition à tous les éducateurs physiques visés.

Maintenant à l'Université de Montréal

Il semble que l'exemple des étudiants de l'UQTR a eu des effets positifs. Nous apprenons en effet que la pétition circule maintenant largement au Département de kinésiologie de l'Université de Montréal de même qu'au CEPSUM (pavillon des sports).

Le vendredi 23 mars 2001

Version anglaise en format PDF

La version anglaise en format PDF est maintenant disponible sur ce site. Faites-la connaître à vos amis anglophones!

Le jeudi 22 mars 2001

Maintenant en anglais

Une version de la pétition traduite en anglais est maintenant disponible dans le site. Les internautes peuvent aussi l'imprimer en formats HTML, ClarisWorks 5.0 ou AppleWorks 5.0 pour PC.

Dans les jours qui viennent, une version papier sera expédiée aux responsables de l'éducation physique des commissions scolaires anglophones du Québec, en espérant qu'ils accepteront à leur tour d'en distribuer des copies aux éducateurs physiques.

Le dimanche 18 mars 2001

Aux quatre coins du Québec

Une copie de la pétition vient tout juste d'être expédiée par la poste aux 60 commissions scolaires francophones, membres de la Fédération des commissions scolaires du Québec, à l'intention des responsables de l'éducation physique. À notre demande, tous les enseignantes et enseignants francophones en éducation physique et à la santé du Québec devraient normalement recevoir sous peu une copie de cette pétition. Bientôt, une traduction anglaise de la pétition sera expédiée à chaque commission scolaire anglophone du Québec.

Seul point d'interrogation en vue: que fera-t-on de le pétition dans les commissions scolaires n'ayant pas de conseillers pédagogiques en éducation physique?

Le samedi 17 mars 2001

Format PDF maintenant disponible!

Vous pouvez maintenant imprimer la version papier de la pétition en format PDF. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur le bouton "Imprimer" à gauche de cette page. En plus d'en imprimer des copies pour vos proches, n'hésitez pas à en laisser une à vos journalistes locaux...

Le vendredi 16 mars 2001

Mobilisation à l'UQTR

Nous avons reçu ce message aujourd'hui en provenance de Trois-Rivières:

"L'Association des étudiants en éducation physique et santé de l'UQTR tient à vous féliciter pour votre initiative de la pétition. Nous allons la faire passer dans les classes et tenir un kiosque au centre sportif de l'université."

D'autres associations étudiantes pourront-elles en faire autant? Le défi est lancé!

Le jeudi 15 mars 2001

Si vous pouviez les lire...

Nous recevons chaque jour de multiples messages d'appui qui n'ont rien à voir avec une simple signature apposée sur une feuille... ou à un courriel. Des grands-parents se souviennent qu'ils jouaient constamment dehors, des parents se confessent qu'ils ne prennent plus le temps de faire de l'activité physique avec leurs enfants, etc. Et ces remarques ne sont pas signées par des éducateurs physiques!

Voilà de bien beaux propos qui nous encouragent à poursuivre sur cette lancée!

Parle-t-on de la pétition? Nous voulons le savoir!

Si vous constatez qu'un journal, une station radiophonique ou une chaîne de télévision de votre région traite, même brièvement, de notre pétition, ce serait de votre part une excellente idée de nous en prévenir. Nous aimerions en effet constituer des archives sur notre démarche.

Le mercredi 14 mars 2001

Boule de neige...

La pétition fait boule de neige, ce qui laisse présager de bien belles choses!

Après les textes publiés dans Le Soleil et dans La Presse samedi et dimanche, une journaliste du réseau radiophonique anglophone CBC nous a contacté hier afin de recueillir des informations supplémentaires. Une interview est possiblement à envisager à court terme. Cet intérêt du secteur anglophone nous incite à rendre disponibles des versions papier traduites en anglais dans les jours qui viennent afin d'accommoder tout le monde.

La parution de l'article de Madame Lavoie dans Le Soleil de samedi a eu un effet important sur le nombre de signataires de la région de Québec. Devant de tels résultats, nous espérons évidemment intéresser des journalistes des autres régions du Québec à cette cause particulièrement importante pour nos jeunes.

Imprimez s.v.p.!

Vous pouvez imprimer les versions papier de la pétition depuis hier sur ce site. N'hésitez surtout pas à le faire; nous risquons de faire connaître notre démarche beaucoup plus facilement par ce procédé plus... traditionnel.

Pour le moment, vous pouvez imprimer la pétition en "format HTML (une simple page Web)" ou "Claris ou Apple Works 5.0 pour PC". Dans ce second cas, nous vous demandons de respecter intégralement le contenu de ladite pétition ET DE NE RIEN EN MODIFIER. Il est en effet nécessaire que la même pétition ait été signée par tous. Une adresse postale de retour y est inscrite.

Nous souhaitons être en mesure de vous offrir aussi une "version PDF (Acrobate Reader)" dans les jours qui viennent.

Le lundi 12 mars 2001

Pétition plus simple à signer

Après voir reçu de multiples messages portant sur la complexité de notre pétition, nous avons décidé de repousser la date limite pour ce faire jusqu'au 11 mai 2001.

Pour faciliter la tâche de tous, un formulaire très simple a été ajouté dans les sections destinées aux "adultes" et aux "jeunes". Une version "papier" qu'on peut imprimer et reprographier est aussi disponible. Il est maintenant possible de faire signer cette pétition à un plus grand nombre de personnes... Il faut néanmoins retourner toutes les pétitions signées au plus tard le 11 mai 2001 au bureau de la FÉÉPEQ.

Le dimanche 11 mars 2001

La Presse publie une partie du texte

Dans son édition du dimanche 12 mars 2001 en page A13, le quotidien montréalais La Presse publie le texte accompagnant la pétition. On ne fait toutefois pas mention son existence. Il s'agit tout de même d'une bonne occasion d'entendre parler d'éducation physique et à la santé...

Le samedi 10 mars 2001

On parle de la pétition dans Le Soleil

Dans son édition du samedi 11 mars 2001 en page A23, la journaliste Kathleen Lavoie publie dans le quotidien Le Soleil (de Québec) un article au sujet de notre pétition. Elle contacte le bureau du ministre Legault afin d'obtenir une première réaction face à notre démarche. Au gouvernement, on préfère attendre d'avoir reçu officiellement ladite pétition avant de réagir.

Autres nouvelles

Année 2017
Année 2016
Année 2015
Année 2014
Année 2013
Année 2012
Année 2010
Année 2007
Année 2006
Année 2005
Année 2004
Année 2003
Année 2002
Année 2001
Nos actions Nouvelles 2001