Le démarquage au deuxième cycle

Des suggestions d'éducatifs sur des aires de jeu réduites

En soccer, durant les stages offerts dans le cadre du Programme canadien de certification des entraîneurs, on utilise souvent de petites aires de jeu, délimitées par des cônes, pour expérimenter divers éducatifs. On veut ainsi éviter de travailler en grand groupe pour plutôt se concentrer sur la notion abordée avec quelques partenaires seulement. La participation de tous est de ce fait favorisée puisque chacun aura davantage l'occasion d'être en possession de l'objet utilisé.


Dans nos gymnases, une pareille façon de faire peut aussi être envisagée avec succès, sous le thème "coopération et opposition", dans l'enseignement du démarquage au deuxième cycle. Pour ce faire, on forme avec des cônes des carrés de 5 mètres de côtés. Par exemple, avec 16 cônes, vous disposerez d'une surface d'activités de 15 X 15 mètres amplement suffisante pour garder un groupe-classe actif.

Un échauffement dynamique: Les quatre coins

Un exemple fort simple d'échauffement dynamique réalisable avec un tel système de cônes est le jeu des quatre coins. Cinq élèves prennent place à l'intérieur d'un carré. Quatre de ceux-ci sont placés à un cône tandis que le dernier est au centre de ce carré. Les quatres élèves doivent changer de place entre eux tandis que le cinquième tente désespérément de voler le cône à l'un de ceux-ci en mettant le pied sur ce cône avant lui. Une activité stimulante à faire en début de période.


Exemple d'éducatif à 2 contre 1

Lorsqu'on présente la notion de démarquage à nos jeunes, tous seront unamimes à dire que plusieurs élèves ont du mal à saisir qu'un bon démarquage ne signifie pas pour autant s'éloigner exagérément du jeu. En d'autres termes, les jeunes ont tendance à reculer de plus en plus du porteur de l'objet, et même à l'occasion de s'en rapprocher à l'extrême. Dans cet éducatif, le porteur de l'objet se place à peu près au centre d'un carré; son partenaire est pour sa part entre deux cônes, et son opposant tout juste devant. Le passeur tente d'atteindre son partenaire par la passe mais sans pouvoir le faire par un lob. Le joueur visé doit donc se retrouver démarqué, en position de recevoir la passe et à l'un des deux cônes. Le principe directeur de cet éducatif est de forcer l'élève à se démarquer en largeur et non en profondeur.


Exemple d'éducatif à 3 contre 1

Sur la même lancée, on peut aussi insister sur la nécessité de toujours offrir deux options de passe au porteur de l'objet: l'une à sa gauche et l'autre à sa droite. Dans ce cas-ci, le porteur de l'objet est à un cône; ses deux partenaires sont aussi à des cônes, à sa droite et à sa gauche. Personne ne doit occuper le cône opposé à celui du porteur de l'objet. Le défenseur, lui, occupe l'intérieur du carré. Les coéquipiers s'échangent des passes tandis que le seul opposant tente bien sûr de les intercepter. Chaque fois qu'un nouveau joueur est en possession de l'objet, ses partenaires doivent obligatoirement être positionnés de chaque côté de lui, toujours en veillant à laisser le cône opposé à celui du porteur libre, pour éviter les passes lobées. Après quelques minutes de travail sérieux, les jeunes, particulièrement les plus habiles, deviennent étonnamment rapides et efficaces à ce jeu.


Exemple d'éducatif à 2 contre 1 avec déplacements libres

On peut aussi tout naturellement utiliser l'intérieur du carré de jeu au lieu de son contour. Pour ce faire, une situation de deux contre un s'avère toute simple à réaliser. Cette activité vieille comme le monde s'avère tout de même très efficace puisqu'elle oblige les participants à respecter le cadre de jeu de 5 mètres de côtés. Deux partenaires s'échangent des passes que l'autre tente d'intercepter. Lorsqu'il y parvient, il prend aussitôt la place de celui qui venait de lancer l'objet. Insister encore ici sur la valeur des passes directes, par opposition aux passes lobées, afin de favoriser les efforts de démarquage.