L'école de demain... Deuxième avenue

Une autre proposition à exploiter afin d'augmenter le temps d'enseignement de l'éducation physique

Dans la première proposition que nous vous présentions afin d'augmenter le temps d'enseignement de l'éducation physique dans une école primaire, l'inconvénient le plus important qui se dessinait alors était dû au fait que cette augmentation des minutes allouées à l'éducation physique résultait inévitablement vers des coûts supplémentaires. Or, par les temps qui courent, rares sont les commissions scolaires qui acceptent sans rouspéter de payer davantage pour un service qu'elles jugent acceptable.


Dans l'avenue qui suit, vous remarquerez que le tout ne nécessite aucun frais supplémentaire. Cependant, il est nécessaire que le temps accordé à une autre matière (spécialité) soit réduit, ce qui risque encore de causer des grincements de dents. C'est là, sans doute, que votre esprit diplomate prendra tout sens...

Pour impliquer avantageusement tous les intervenants à ce projet, vous remarquerez que cette avenue comprend deux grandes propositions dont une seule concerne directement l'enseignement de l'éducation physique...


Particularités du milieu

L'école où a été présenté ce projet répond aux particularités suivantes:

Les quatre groupes de 3ième année (8-9 ans) ont droit à deux périodes d'éducation physique de 45 minutes par semaine dans la grille-horaire;
12 groupes de 4ième, 5ième et 6ième années ont jusqu'ici eu droit à seulement une période d'éducation physique de 45 minutes par semaine;
l'un des quatre groupes de 6ième année est inscrit à un programme allégé dans toutes les matières de base afin de pouvoir suivre un cours d'anglais intensif (environ 40 p.cent du temps total);
la grille-horaire de l'école est formée de cinq journées de six périodes, pour un total de 30 périodes;
un seul gymnase est disponible;
avec un grand total de 16 groupes, il est mathématiquement impossible d'allouer à tous les groupes deux périodes d'éducation physique par semaine;
l'école est située dans un quartier à forte concentration allophone.


Présentation du projet

Les deux grandes propositions

Augmenter d’une période par semaine le temps d’enseignement de l’éducation physique des groupes de 6ième année régulière et de 5ième année;
intégrer au projet éducatif de l’école de multiples projets, dans chacun des degrés, basés sur le développement de nouvelles compétences qui profiteront à la collectivité.


Prérequis

Ne pas offrir cette opportunité au groupe de 6ième année inscrit en anglais intensif;
diminuer d’une période par semaine le temps d’enseignement de l’anglais langue seconde pour tous les groupes de 6ième année (sauf celui inscrit en anglais intensif) et de 5ième année;
prévoir dans l’horaire des groupes d’un même degré une période commune au cours de laquelle tous travailleront à un projet;
s’assurer que les périodes de chaque degré ne soient pas les mêmes (entre autres pour la disponibilité de locaux particuliers tels le laboratoire d’APO).


Proposition 1

Augmenter d’une période par semaine le temps d’enseignement de l’éducation physique des groupes de 6ième année régulière et de 5ième année


Sa faisabilité

Chaque groupe de 5ième et 6ième années, sauf celui inscrit en anglais intensif (6ième année), disposerait de deux périodes d’éducation physique par semaine. Pour ces groupes, la troisième période d’anglais serait ainsi éliminée.


Avantages de la proposition 1

Fait passer de 45 à 90 minutes par semaine le temps d’enseignement de l’éducation physique pour les groupes de 5ième et 6ième années avec statu quo pour les groupes de 3ième, 4ième et 6ième (inscrit en anglais intensif) années;
permet d’augmenter la tâche en éducation physique à 100 p.cent à notre école;
n’engendre aucun coût supplémentaire pour la commission scolaire en ce qui concerne les salaires des spécialistes;
permet aux titulaires de 5ième et 6ième années de disposer plus souvent de leur local durant leurs périodes libres pour du travail personnel;
permettra sans doute de concevoir des groupes de 6ième année plus homogènes en qualité et en nombre d’élèves;
permettra aux élèves du secteur de continuer de s’inscrire au programme de 6ième année en anglais intensif sans avoir à changer d’école.


Inconvénient de la proposition 1

Obligera l'enseignant spécialiste en anglais à enseigner dans deux écoles l'an prochain en raison d'une diminution de sa tâche à notre école.


Proposition 2

Intégrer au projet éducatif de l’école de multiples projets, dans chacun des degrés, basés sur le développement de nouvelles compétences qui profiteront à la collectivité


Sa faisabilité

Chaque titulaire serait responsable d’un projet durant toute l’année;
les quatre projets d’un même degré (trois en 6ième année régulière) seraient déterminés d’un commun accord, selon les intérêts et habiletés de chaque titulaire;
les projets choisis ne chevaucheraient pas sur ceux des autres degrés (pour éviter les répétitions);
chaque groupe serait divisé en deux. Ces demi-groupes participeraient à des projets différents et se retrouveraient ainsi en compagnie d’enseignantes autres que la titulaire habituelle;
suivant la décision des enseignantes d’un même degré, il y aurait possibilité, pour chaque demi-groupe, de prendre part à un projet durant toute l’année, à deux projets au cours d’une année ou à un projet différent lors de chaque étape de l’année (l’enseignante pourrait donc changer de groupe au cours de l’année);
la période-projet devrait être la même pour tous les groupes d’un degré donné;
on pourrait choisir de bloquer deux périodes toutes les deux semaines au lieu d’une par semaine si les enseignantes d’un degré le préfèrent.


Exemple en 5ième année



Exemple en 6ième année



Avantages de la proposition 2

Le projet éducatif de l’école pourrait facilement être évalué, corrigé;
le projet éducatif de l’école serait ainsi parsemé de multiples moments forts (présentations, spectacles, etc.) pour stimuler les élèves et les enseignantes;
les parents pourraient constater visuellement tous les efforts consentis par les élèves et les enseignantes au cours de l’année;
permettrait de promouvoir une image positive de notre travail;
pourrait créer une dynamique intéressante au sein d’un même degré;
servirait de stimulant pour les élèves (en changeant de groupe, d’enseignante);
donnerait plus d’autorité aux enseignantes en présence d’élèves de d’autres groupes;
permettrait aux enseignantes responsables d’un projet de se faire plaisir en enseignant des notions qui collent à leur vécu ou à leur goût;
développerait dans un groupe donné des compétences diverses qui profiteraient ensuite à l’ensemble des élèves dudit groupe (ex.: APO), puis à tous les groupes du degré au cours de l’année suivante;
aurait pour effet de motiver quelques élèves plus doués à demeurer en 6ième année régulière plutôt que de choisir instinctivement de s’inscrire à un bain linguistique à notre école ou ailleurs.