5. Le montage d'un reportage

Nous voici arrivés à l'étape la plus passionnante de la réalisation d'un reportage, soit son montage proprement dit. Il s'agit en fait de réunir toutes les pièces composant le casse-tête et d'en faire un tout cohérent.

D'abord, avant de s'y attaquer à fond, les jeunes devront écouter la ou les entrevues qu'ils ont réalisées, puis y sélectionner les extraits les plus significatifs, voire percutants. Plusieurs auditions peuvent être nécessaires avant de faire un choix définitif.

Ensuite, l'élève devra transférer sur une bobine l'enregistrement ou les extraits choisis. Pour ce faire, deux magnétophones, l'un à cassette et l'autre à bobines, seront nécessaires, en plus des fils requis pour le transfert de son. Ce n'est d'ailleurs qu'après ce transfert sur une bobine de ruban que les vraies coupures d'extraits sonores pourront être effectuées.

Au moyen d'un crayon gras (blanc), l'élève tracera à même le ruban des marques identifiant le début et la fin des extraits à conserver. En plaçant l'appareil en position "pause" et en faisant tourner manuellement les bobines de ses deux mains, il se servira de la tête de lecture de l'appareil, placée à droite, de la façon indiquée dans l'exemple qui suit (note: l'extrait à conserver est "Bonjour à tous!"):



Note: Le fait de ne pas mettre en marche l'appareil pour plutôt le laisser en position "pause" permet de faire avancer ou reculer manuellement la bande tout doucement, selon les besoins, et d'entendre ce qu'elle contient. L'opération d'identification de l'extrait sélectionné sur le ruban devient ainsi beaucoup plus précise.

Une fois les extraits clairement identifiés, il s'agira de couper à l'aide d'une lame, similaire à celle d'un rasoir, et d'une plaquette de montage les extraits aux endroits choisis.


Ensuite, les extraits seront reliés les uns aux autres simplement à l'aide de ruban gommé conçu à cet effet.


Note: Entre les extraits, mieux vaut prévoir d'y insérer l'équivalent de 3 à 4 secondes de bande vierge (d'une autre couleur) afin de faciliter la travail du technicien plus tard, lors du montage final du reportage (si ce montage n'est pas réalisé par le reporter lui-même).

Au besoin, le reporter peut à sa guise intervenir entre les extraits en s'enregistrant d'abord sur ruban, puis en procédant comme précédemment.

Si de la musique était nécessaire, que ce soit entre ou pendant les cotes d'entrevue, il serait préférable de faire usage d'un mélangeur de sons. En plus de servir grandement à la préparation de reportages, cet appareil serait de toute façon fort utile au moment de simplement faire défiler des pièces musicales à votre radio étudiante.