3. Comment rédiger un article et une nouvelle brève

Une fois les interviews réalisées auprès d'informateurs dignes de foi et les notes complétées, le journaliste est maintenant en mesure d'entreprendre la rédaction de son texte (de son "papier" comme le disent souvent les journalistes eux-mêmes). Pour les jeunes de votre école, il importe de savoir qu'un article ne se conçoit pas comme un texte ordinaire enseigné en milieu scolaire. Ainsi, le modèle "introduction - développement - conclusion" est à proscrire à tout prix.

Comme pour la prise de notes, il existe différentes façons de rédiger un article. Toutefois, compte tenu de l'âge des élèves, nous vous proposons de n'en retenir que trois, soit la nouvelle de type entonnoir, l'entrevue et la nouvelle brève.

La nouvelle de type entonnoir est la plus couramment utilisée en journalisme. Elle consiste à livrer l'essentiel de l'information dès les toutes premières lignes du texte tout en gardant les détails complémentaires pour la fin.

Dans cette illustration, l'amorce représente une sorte de condensé de tout ce qui sera dit dans les lignes suivantes. Il vise à donner au lecteur, dans un ou deux paragraphes, l'essentiel de la nouvelle tout en piquant sa curiosité.

En d'autres mots, une bonne amorce "accrocheuse" donnera l'assurance au journaliste que son papier sera lu. À l'opposé, une amorce banale aura pour conséquence d'inciter le lecteur à passer immédiatement à la page suivante.

Pour permettre aux élèves de ne pas oublier de détails importants dans l'amorce qu'ils rédigent, il faut se souvenir qu'elle doit correspondre à la fameuse règle des 5W empruntée de l'anglais. Ainsi, en posant les questions "who (de qui s'agit-il?)", "what (de quoi s'agit-il?)", "where ( cela s'est-il passé?)", "when (quand cela s'est-il passé?)" et "why (pourquoi cela est-il arrivé?)", on doit habituellement trouver toutes les réponses dans l'amorce.

Par la suite, les autres paragraphes ne feront que développer l'information contenue dans l'amorce, toujours en gardant les détails de moindre importance pour la fin. De cette façon, advenant la nécessité de retreindre l'espace disponible pour un certain nombre de textes, certains journalistes n'auront pas la fâcheuse surprise de constater que des détails importants de leur article ont pris le chemin de la corbeille (lorsqu'on "coupe" un texte, faute d'espace, on procède généralement en partant du bas...)!

La nouvelle brève est en fait l'amorce d'une nouvelle détaillée. Puisqu'il arrive que de petits espaces restent à compléter en toute dernière minute dans un journal, on doit y accorder une attention particulière de manière à informer en peu de lignes le lecteur. On pourrait qualifier le nouvelle brève de "résumé" d'une nouvelle plus détaillée.

Enfin, l'entrevue s'avère différente puisqu'elle vise souvent à faire ressortir la personnalité d'un individu plutôt que de faire état d'une nouvelle importante. Ainsi, le style d'écriture devient moins sobre et objectif, et laisse davantage de liberté au rédacteur. Cependant, un peu comme pour une nouvelle détaillée, une entrevue doit continuellement être relancée par des sous-titres qui incitent à la lecture.

Compte tenu de l'âge des lecteurs potentiels de votre futur journal, mieux vaut s'en tenir à des articles relativement courts puisqu'ils maintiennent l'intérêt à un niveau élevé. De toute façon, imposer la rédaction de longs textes aux jeunes pourrait remettre en cause leur satisfaction de participer à un tel projet.