Plein les pieds... en
raquettes!

Oui, on peut joindre l'utile à l'agréable!

Plusieurs écoles primaires du Québec possèdent une certaine quantité de raquettes de neige qui restent trop souvent bien rangées dans de grandes armoires. Lorsqu'elles sont utilisées, elles servent généralement à la détente, presque au "tourisme", puisque les jeunes ne font que se balader ici et là, sans trop savoir pourquoi... et comment.


La progression pédagogique qui suit ne révolutionnera pas le monde de la raquette de neige, loin de là. Néanmoins, avec des groupes d'élèves de 3ième classe (8-9 ans), elle pourrait vous inspirer un certain contenu éducatif. Vous aurez ainsi davantage l'impression de faire apprendre quelque chose aux jeunes tout en profitant du bon air...

Si vous disposez d'un parc municipal aux abords de l'école, vous prendrez certainement plaisir à chausser vos raquettes avec les élèves. Assurez-vous toutefois que le terrain n'est pas exagérément accidenté et qu'il ne comporte pas d'obstacles dangeureux impossibles à contourner comme des clôtures, troncs d'arbres renversés, etc. Notez également qu'on peut tout aussi bien faire de la raquette en pleine cour d'école, en autant qu'il y ait suffisamment de neige!

Côté équipement, il n'est pas nécessaire de vous lancer dans l'achat aveugle de raquettes de qualité, surtout en milieu primaire. De bonnes paires solides, faites de plastique, sauront répondre à vos besoins. Pour vous économiser du temps, il est par contre souhaitable de les munir de fixations de caoutchouc, particulièrement simples à utiliser, au lieu des lanières de cuir conventionnelles. Comme les jeunes seront chaussés de bottes et non de mocassins, il est effectivement difficile pour un enfant de 8-9 ans de fixer seul des raquettes à ses pieds.



Plein les pieds... en raquettes!

Valeur pédagogique

En utilisant ces activités pédagogiques comme moyens d'action avec vos élèves, vous pourrez ainsi développer l'objectif terminal suivant (en 3ième classe):

Se déplacer à l'aide d'un objet véhiculant en terrains plus ou moins accidentés.(1)

De manière plus précise, on peut prétendre que ces activités aideront vos élèves à atteindre l'objectif intermédiaire qui suit:

Enchaîner les actions de se propulser, de virer et de freiner à l'aide d'un objet véhiculant.(2)

(1) (2) Tirés de: "Répartition des contenus et des objectifs d'apprentissage pour chacune des classes du primaire. Document de travail." Ministère de l'Éducation du Québec. Juin 1996.


Les connaissances à acquérir

La coordination entre les membres supérieurs et inférieurs est la même en raquettes que pour la marche;
on amplifie cependant l'élévation du genou afin de libérer suffisamment de la neige la spatule de la raquette;
en phase d'apprentissage, l'idée de faire pointer le pied vers le haut, en même temps que le genou, est à retenir;
la queue de la raquette n'a pas qu'une utilité esthétique puisqu'elle sert aussi à stabiliser la marche lors de la traînée;
contrairement aux apparences, la notion d'équilibre est très importante en raquettes;
la forme de la raquette permet de marcher presque normalement, pratiquement sans écarter les jambes;
etc.


Se préparer à la tâche

Échauffement: Le soldat sympa

Les raquettes ont été préalablement déposées à un endroit précis dans le parc ou le terrain qui sera utilisé pour le cours.

Les élèves, placés en rangs, se dirigent vers l'endroit en question d'un pas militaire, c'est-à-dire en élevant les genoux (jambes fléchies à 90 degrés), avec rythme.

On pourrait aussi demander aux élèves de se charger du transport des raquettes vers le parc sauf que les mouvements des membres supérieurs seraient plus limités.

Indicateur de progrès:

Les élèves maintiennent le rythme et la coordination entre les membres supérieurs et inférieurs.


Premier contact

Le sentier de motoneige

Les élèves se placent en file indienne et veillent à garder une certaine distance des camarades qui les précèdent et les suivent.

Un élève est désigné pour ouvrir la marche. Il s'agit pour tous de simuler la préparation d'un sentier de motoneige, c'est-à-dire d'une voie unique qui résultera des déplacements répétitifs des élèves en raquettes.

Chacun s'initie à la marche en raquettes. Il veille à bien coordonner les mouvements de ses membres supérieurs et inférieurs, à élever les genoux afin de bien libérer les spatules de la neige et à laisser glisser la queue de la raquette afin de stabiliser la marche.

Pour l'enseignant, c'est l'occasion de repérer les élèves qui ont tendance à écarter exagérément les jambes en marchant et de corriger le problème.

On peut changer régulièrement l'élève en tête de file et demander à celui-ci d'éviter les déplacements continuels en ligne droite.

Le matériel requis pour cette activité:

1 paire de raquettes par élève.

Indicateurs de progrès:

Bonne coordination des membres supérieurs et inférieurs;
les jambes ne sont pas écartées outre mesure;
les genoux sont élevés suffisamment.



Le demi-tour

Au signal de l'enseignant, les élèves s'arrêtent. La distance entre chacun de ceux-ci doit encore être suffisante sans exagération (3 ou 4 mètres par exemple).

Il s'agit alors de faire demi-tour en limitant au maximum le nombre d'appuis sur la neige. Pour ce faire, l'élève lance une jambe vers le haut en élevant d'abord le genou puis, par un mouvement de balancier, dépose le bout de la queue de la raquette au sol en le faisant passer devant la jambe en appui. Il peut aussitôt déposer le pied libre au sol en veillant à ne pas faire appuyer une raquette sur l'autre. Enfin, la jambe servant d'appui est d'abord pliée vers l'arrière de manière à libérer du sol la raquette en entier, puis ramenée suivant un axe parallèle à l'autre jambe.

S'il le désire, l'enseignant peut émettre deux signaux sonores annonçant le début et la fin de la période de temps allouée pour compléter le demi-tour. À mesure qu'il constate que les élèves améliorent leur contrôle de raquettes et réduisent le nombre d'appuis nécessaires au sol, il diminue le temps alloué.

Le matériel requis pour cette activité:

1 paire de raquettes par élève.

Indicateurs de progrès:

La queue de la raquette est déposée au bon endroit;
les raquettes ne se touchent pas.
l'élève conserve son équilibre en tout temps.


Augmentation de la vitesse de déplacement

Les géants

Cette fois, les élèves forment une ligne mais font face à l'enseignant. Lorsque celui-ci lève un bras en l'air, ils ont l'obligation d'avancer vers lui à grands pas. Dès qu'il baisse le bras, c'est le signal d'un arrêt immédiat.

Pour commencer, on se contente de périodes de temps très brèves afin d'éviter que les élèves se mettent aussitôt à courir sans y avoir été préparés. Suivant l'acquisition d'un certain contrôle chez les jeunes, le laps de temps est allongé, petit à petit, de manière à introduire la course en raquettes.

À ce stade, il importe d'élever suffisamment les genoux et de veiller à bien laisser traîner la queue des raquettes par terre. Lorsque celle-ci est soulevée dans les airs, il arrive souvent en effet que la spatule de la raquette donne contre le sol, causant immanquablement une chute.

À noter que l'enseignant doit signaler le début et la fin de la période de déplacement par un geste et non verbalement de manière à forcer l'élève à orienter principalement son regard vers l'avant.

Le matériel requis pour cette activité:

1 paire de raquettes par élèves.

Indicateurs de progrès:

Les genoux sont suffisamment élevés;
les raquettes ne se balancent pas dans les airs (la queue traîne donc par terre à chaque enjambée);
l'élève garde la tête haute.



Le peloton

On forme trois équipes d'un nombre identique d'élèves. Chacune d'elles forme une ligne dans laquelle les élèves sont distants d'environ 2 mètres entre eux.

Au signal de l'enseignant, le dernier de chaque équipe doit s'empresser de prendre place à l'avant de la file indienne. Ce n'est qu'une fois qu'il a donné une tape dans la main de l'élève devant qui il va prendre place que le deuxième élève s'amène. Note: Pour s'assurer que tous attendront vraiment que l'élève soit arrivé à destination avant de partir, on demande à l'élève qui reçoit la tape de crier "OK!" en guise de signal de départ.

La première équipe qui parvient à faire courir chacun de ses membres deux fois gagne l'épreuve... pour l'honneur et le plaisir!

Pour compliquer un peu la tâche des équipes, on peut exiger qu'une certaine distance soit maintenue en tout temps entre les élèves (ex.: "si vous pouvez toucher de la main une raquette de l'élève devant vous sans soulever les vôtres, c'est que vous êtes trop près!") sous peine de disqualification...

Le matériel requis pour cette activité:

1 paire de raquettes par élève.

Indicateurs de progrès:

Les raquettes ne se touchent pas;
les raquettes ne bougent pas inutilement (les queues assurent la stabilité);
l'élève parvient à arrêter brusquement sans perte d'équilibre.



Le troupeau de bisons

Au signal de l'enseignant, les trois mêmes équipes doivent se déplacer le plus vite possible d'une ligne de départ quelconque, déterminée par deux cônes, ou deux arbres, etc., à une ligne d'arrivée en restant en ligne. Comme lors de l'activité précédente, on doit maintenir le peloton et changer de coureur de tête constamment.

La difficulté de cette activité réside dans le fait que les membres d'une même équipe devront ajuster leur vitesse de manière à permettre au coéquipier qui part de l'arrière vers l'avant de rejoindre la tête du peloton sans trop de difficulté. En cas de chute, les équipiers n'auront d'autre alternative que de s'arrêter le temps de permettre à l'élève en question de se remettre sur pieds.

La première équipe à franchir au complet en peloton la ligne d'arrivée remporte l'épreuve.

Le matériel requis pour cette activité:

1 paire de raquettes par élèves;
4 cônes.

Indicateurs de progrès:

L'élève est capable de suivre la cadence de ses équipiers;
il est capable d'accélérer le rythme au besoin.


Intégration des diverses actions

Le rallye sur neige

Pour cette dernière activité, l'élève devra intégrer toutes les actions abordées au cours des précédentes épreuves, soit marcher, accélérer, courir, arrêter, tourner légèrement et sur lui-même.

Un lieu de départ quelconque sera identifié. À cet endroit, chaque équipe dispose d'un cerceau servant à y déposer les objets qui seront trouvés par les élèves.

Au signal de l'enseignant, il s'agit pour tous les élèves en même temps de chercher les foulards qui avaient été placés avant le cours par l'enseignant et de les rapporter dans le cerceau de leur équipe. Pour éviter les accidents, il est préférable de ne pas laisser les foulards en des endroits trop visibles afin d'éviter que tous se lancent vers une même destination...

On met fin à l'activité lorsque tous les foulards ont été récupérés ou au terme d'une période de temps pré-déterminée.

Le matériel requis pour cette activité:

1 paire de raquettes par élève;
3 cerceaux;
l'équivalent d'un foulard par élève.

Indicateur de progrès:

L'élève adapte ses déplacements en fonction du terrain et de l'espace disponible.