5. Les pigeons voyageurs

Déplacements et environnement physique

Comme nous disposons d'un (petit!) gymnase double pour une école primaire de 650 élèves — dont six groupes du préscolaire — l'idée nous est venue d'expérimenter une nouvelle approche (pour nous) en tenant compte du fait que nous ne voyons les tout-petits que pour une seule période d'une heure d'éducation physique par cycle de dix jours. Nous avons donc choisi de regrouper trois groupes en même temps, dans le gymnase double au complet, pour chaque heure de cours, en présence des trois éducateurs physiques. L'expérience nous dira si nous avons eu raison... ;)


Pour ce cours, nous avons voulu inciter les élèves à adapter leurs déplacements en fonction de l'environnement physique se présentant à eux. Nous cherchions également à placer de nouveau les jeunes dans des situations où ils devraient respecter un ordre établi et attendre leur tour avant de prendre part aux différentes activités.

Pour ce faire, nous avons concocté un petit parcours à obstacles autour du gymnase. Chacun a pu ainsi, parfois, expérimenter l'usage d'un matériel nouveau, et parfois aussi adapter ses choix en fonction des particularités des obstacles.

Pour une rare fois, nous avons pris la décision de ne pas demander aux jeunes de demeurer avec leurs compagnons de classe pour plutôt circuler autour du gymnase, au gré des obstacles, sans courir ni dépasser qui que ce soit. Ce fut donc une belle occasion de se mêler à d'autres "amis" et de côtoyer des éducateurs physiques qu'ils connaissaient moins.


Courte introduction en grand groupe

Les jeunes sont rassemblés au centre du gymnase. Un éducateur physique s'adresse à tous les enfants.

"Nous avons préparé pour vous aujourd'hui un cours que nous avons intitulé "les pigeons voyageurs". En levant la main, quelqu'un pourrait me dire ce qu'est d'abord un pigeon?"

On est en droit de supposer ici que quelques élèves sauront répondre... "un oiseau!".

"Oui! Il s'agit bien d'un oiseau! Mais pourquoi l'appelle-t-on "pigeon voyageur" au juste?"

Cette fois, les bonnes réponses se feront plus rares...

"Il y a très longtemps, les pigeons voyageurs étaient un peu les facteurs de l'époque! Par exemple, un roi, qui souhaitait envoyer un message important à l'un de ses sujets, attachait un bout de papier (son message) à la patte d'un de ses pigeons voyageurs avant de le laisser s'envoler. Celui-ci se rendait alors chez la personne concernée pour lui livrer le message. Maintenant, nos facteurs font le même travail, dans un camion, sans avoir à attacher de bout de papier à leur pied!

"Aujourd'hui, vous deviendrez à votre tour des pigeons voyageurs! Si vous observez bien tout le matériel que nous avons disposé autour du gymnase, vous remarquerez que nous avons pris soin de placer quatre bacs de plastique contenant de nombreux objets comme des sacs de fèves ou des anneaux de caoutchouc dans les coins du gymnase.

"Pendant le cours, nous allons faire semblant que ces objets sont des lettres ou des messages que vous, les pigeons voyageurs, devrez livrer jusqu'au coin du gymnase suivant! Mais pour ce faire, vous devrez franchir différents obstacles que vous rencontrerez sur votre chemin."


L'enseignant présente alors le parcours en question, en précisant le sens des déplacements de chacun (voir la description détaillée plus bas).

"Mais attention! Il ne s'agit pas d'une course. Vous êtes tous des pigeons voyageurs qui travaillez dans un but commun: livrer les messages au bon endroit, c'est-à-dire dans le bac suivant.

"Sans courir, il est maintenant temps d'aller rejoindre votre éducateur physique afin qu'il vous dirige vers le premier obstacle que vous devrez franchir."


Les éducateurs s'assurent de bien répartir les élèves un peu partout autour du gymnase, à différents obstacles, avant de lancer l'activité.


1ère portion: Faire un choix

Chaque élève prend un objet dans le bac prévu à cet effet. Il doit d'abord ramper sous les bâtons de hockey intérieur, de la façon qui lui convient, sur le ventre, le côté ou le dos, sans toucher aux bâtons ni aux deux bancs suédois sur lesquels ils ont été disposés.

Il doit ensuite ramper ou se déplacer en quadrupédie en passant à l'intérieur des deux cylindres de carton pressé (physitubes) retenus par des blocs de rétention prévus à cet effet.

Il doit enfin franchir les tiges transversales fixées aux paires de poteaux amovibles (de type "training aid") qui ont été placées à des hauteurs variées et à différents angles. En fonction de leur hauteur, de l'angle de la tige et des aptitudes de chacun, il est donc possible de ramper ou d'enjamber chaque tige transversale.

Ces obstacles franchis, l'élève dépose son objet dans le bac devant lui avant de faire la file pour la portion de parcours suivante.

Consignes sur lesquelles il faut insister

On peut ramper sous les bâtons de hockey de la façon qui nous apparaît la plus efficace, sans toucher aux obstacles.
Ce n'est pas une course! On ne doit jamais franchir une tige transversale en courant.
On franchit chacune des tiges transversales de la façon qui nous semble la plus appropriée: en rampant ou en l'enjambant, sans jamais la toucher.


2e portion: Sur appareil véhiculant

L'élève prend un nouvel objet dans le bac avant de se placer en file indienne. Lorsque son tour viendra, il devra s'asseoir sur une planche à roulettes, et non se placer sur les genoux, avant de franchir les obstacles suivants.

Il doit d'abord contourner les trois tiges horizontales avant de passer sous les trois barres transversales sans toucher aux poteaux ni aux tiges.

Il doit ensuite se placer en position "couché", à plat ventre, sur sa planche à roulettes avant de passer sous les deux tapis de gymnastique qui ont été déposés sur des bancs suédois.

Une fois ces obstacles franchis, il se lève debout, prend la planche à roulettes dans ses mains, avant de déposer son objet dans le bac prévu à cet effet. Il retourne ensuite déposer la planche à l'envers, à son endroit initial, et se dirige vers la portion de parcours suivante.

Consignes sur lesquelles il faut insister

Une planche à roulettes qui ne sert pas doit toujours être déposée à l'envers, sur un banc suédois lorsqu'il y en a un à proximité, ou sur le plancher, le plus loin possible des activités en cours.
On ne doit jamais prendre place sur une planche à roulettes debout ni même en s'asseyant sur ses genoux (objet instable, danger de basculer).
On peut utiliser une planche à roulettes à plat ventre mais en prenant garde aux cheveux longs, noués ou non, qui pourraient se prendre dans les roues, tout comme les vêtements amples.
Attention également aux petits doigts sur lesquels on pourrait rouler par inadvertance.
Il est interdit de se donner un quelconque élan, soi-même ou avec l'aide d'un autre élève, avant d'avoir pris place sur une planche à roulettes. Chaque élève doit donc se propulser lui-même en tout temps.
En passant sous les tapis, à plat ventre, veiller également à ne pas se prendre les cheveux sur les bordures de velcro autour des tapis de gymnastique...


3e portion: Autre appareil véhiculant

Dans cette portion du parcours, l'élève choisit d'abord son objet et prend place dans la file d'attente.

Une fois son tour arrivé, il s'asseoit sur sa voiturette pour ensuite se déplacer vers le bac d'objets suivant en prenant bien soin de ne pas toucher aux cônes au passage ni de heurter les autres voiturettes circulant près de la sienne.

Une fois arrivé, il dépose son objet dans le bac, au passage, et revient à son point d'origine en roulant de l'autre côté de la ligne de cônes délimitant les deux côtés de la voie à suivre.

Il replace alors la voiturette à son endroit initial et se rend à l'étape suivante sans courir.

Consignes sur lesquelles il faut insister

Il ne s'agit pas ici d'une course! Bien prendre soin de ne pas heurter les autres véhicules ni les cônes.
L'élève ne doit pas descendre de sa voiturette pour déposer son objet dans la phase intermédiaire du parcours.
Prendre soin de bien replacer la voiturette à son endroit initial avant de se rendre, en marchant et calmement, vers l'étape suivante.


4e portion: Surfaces élevées

L'élève prend un nouvel objet dans le bac et attend son tour.

Le moment venu, il doit marcher sur la poutre basse, si possible sans déposer le pied par terre.

Il monte ensuite à l'espalier, à une hauteur correspondant à son niveau d'habileté, se déplace de côté jusqu'au bout de cet espalier, avant d'en redescendre sans sauter. Si l'objet l'empêche de monter avec aisance, il peut d'abord le déposer par terre, par exemple près de la fosse de saut, pour ensuite le récupérer lorsqu'il sera redescendu. Selon la largeur de l'espalier, permettre à un ou deux élèves à la fois d'y prendre place.

Pour terminer cette portion de parcours, l'élève doit finalement monter et redescendre de deux tréteaux — un élève à la fois par tréteau — avec la possibilité, comme pour l'espalier, de laisser son objet par terre avant de grimper.

Il dépose ensuite son objet dans le bac prévu à cet effet avant de recommencer la boucle.

Consignes sur lesquelles il faut insister

Un seul élève à la fois sur la poutre basse. Les élèves qui attendent demeurent à l'extérieur des tapis de protection.
Selon la largeur de l'espalier, permettre à un ou deux élèves au maximum de grimper. On redescend ensuite sans sauter.
Un seul élève à la fois sur un tréteau. Les autres élèves, qui attendent en file, demeurent à l'extérieur des tapis de protection.


Retour sur le cours

Les élèves se regroupent avec leur éducateur physique. On s'asseoit en cercle afin de discuter des différentes expérimentations vécues.

"Nous avons pu franchir plusieurs obstacles aujourd'hui, parfois en rampant, parfois en grimpant, parfois même en roulant. Comme il ne s'agissait pas d'une course mais plutôt d'activités dans lesquelles vous deviez poser des gestes ou faire des actions précises, quelle serait, d'après vous, la chose la plus importante à faire afin de réussir à franchir le plus d'obstacles possible?"

On souhaite ici amener les élèves à parler de l'importance de se concentrer dans l'exécution d'une tâche particulière. Dans ce cas-ci, le fait de laisser les élèves courir ou de dépasser les autres aurait eu un effet tout à fait contraire.

Pour conclure, l'enseignant questionne les jeunes sur leurs impressions, en réaction aux défis proposés, et sur les différents trucs qu'ils ont mis en pratique ou observés chez d'autres élèves.


Matériel utilisé pour ce cours

4 bacs contenant plusieurs objets (ex.: sacs de fèves, etc.);
4 bancs suédois;
6 bâtons de hockey intérieur;
2 cylindres de carton pressé (physitubes);
2 ou 4 blocs de rétention pour les cylindres;
7 paires de poteaux amovibles (avec barres transversales);
7 à 8 planches à roulettes;
17 tapis de gymnastique;
3 poteaux amovibles simples (tiges verticales seulement);
7 à 8 voiturettes;
9 à 10 cônes;
1 poutre basse;
1 espalier (au mur, évidemment!);
1 fosse de saut;
2 tréteaux.

Cours précédent Cours suivant