Portrait d'une option ÉPS
(suite 3)


Exemples de projets spéciaux,
contenus théorique et pratique

Les exemples qui suivent vont sont présentés à titre indicatif. Ils ne constituent pas une liste exaustive de tous les projets qui ont été mis sur pied au fil des ans, dans le cadre de cette formation optionnelle en éducation physique et à la santé. Notez également que ces projets n'ont pas nécessairement tous été exploités au cours d'une même année scolaire.


Texte troué à compléter

Texte troué sur l'escrime Les élèves ont pu bénéficier de nombreuses formations qui, généralement, ne sont pas offertes dans leur horaire "normal" de la semaine (secourisme, orientation et survie en forêt, etc.). Dans l'exemple ci-contre, les jeunes avaient été initiés à l'escrime (depuis ce temps, nous disposons de tout l'équipement nécessaire en permanence à l'école, au grand plaisir de tous!).

À la suite de cette formation, les jeunes ont donc dû compléter ce texte troué constituant un sommaire du contenu abordé.


Des examens écrits!

Révision avant un examen Comme vous l'avez constaté, on ne fait pas que "jouer" en éducation physique et à la santé. Et le contenu offert en option ÉPS en a été un exemple concret!

Chaque année, les élèves ont dû se frotter aux questions de trois examens écrits, un par étape, visant à mesurer leurs connaissances sur les différents contenus d'apprentissage abordés. Eh oui! En éducation physique — aussi! — il est possible d'acquérir un bagage de connaissances! ;)

Tout dépendant des contenus abordés, il nous arrivait de "préparer" nos élèves à leur examen écrit en leur présentant un pré-test à l'image de celui Exemple d'un examen écritprésenté dans le premier exemple. En plus d'avoir une bonne idée du contenu de l'examen à venir, l'élève pouvait ainsi juger de son niveau de maîtrise des connaissances abordées.

L'examen écrit, lui, était assez conventionnel: quelques choix de réponses, quelques mots à inscrire dans des cases ici et là. Notez toutefois que les contenus abordés au gymnase et à l'extérieur faisaient tout autant l'objet de questions que ceux traités en classe.


Salon de l'activité physique et sportive

Outil de planification Dans ce projet, le "génie inventif" de nos élèves a été fortement sollicité! Il s'agissait de préparer un salon contenant plusieurs kiosques présentant des activités physiques ou sportives de préférence méconnue du public en général. Pour ce faire, le groupe a été divisé en plusieurs équipes de trois ou quatre élèves. Le but visé: attirer les visiteurs vers notre kiosque, les informer de notre mieux et, surtout, les inciter à rester sur place jusqu'à la fin de la présentation! En tout début de projet, un petit outil de planification a été proposé aux équipes afin de d'entamer la recherche sur des bases solides.

Exemple d'une liste de sujets Les kiosques en question devaient pouvoir s'adresser à tous les élèves de l'école (du préscolaire à la 6e année) et au personnel. Pour ce faire, les équipes pouvaient utiliser le ou les supports physiques de leur choix (équipement propre à la discipline choisie, affiches, maquettes, diaporamas, bandes vidéo, etc.) tout en étant tenues de produire un travail écrit qu'elles pouvaient également présenter lors du Salon. Comme le choix d'une activité méconnue et les thèmes à aborder peut paraître ardu pour plusieurs élèves, une liste de sujets pouvant faire l'objet d'une recherche plus spécifique a été fournie à chacun.

La prise de notes Pour faciliter la tâche des élèves au moment de prendre des notes, lors de la recherche d'informations pertinentes, nous leur avons soumis, sur une simple feuille, un résumé d'une technique fort utile utilisée en journalisme lors d'entrevues. Dans cette technique, dite en "T", le journaliste peut poser des questions à son interlocuteur, échanger sur différents thèmes et prendre des notes de manière simple et surtout ordonnée.

Exemple d'affiche Bien entendu, comme pour tout salon qui se respecte, le nôtre a fait l'objet d'une campagne publicitaire bien orchestrée.

Pour ce faire, nous avons produit une affiche qui a été exposée à différents endroits stratégiques dans les deux pavillons de l'école. Nous avons également reproduit l'affiche en de multiples copies qui ont ensuite été déposées dans les pigeonniers du personnel de l'école.

Grille d'appréciation des visiteurs Au moment de tenir notre Salon de l'activité physique et sportive, nous avons demandé à certains de nos visiteurs, à la fois parmi les élèves et le personnel de l'école, de faire part aux jeunes de leur appréciation d'un kiosque en particulier et de la présentation qui s'y rapportait. Pour ce faire, l'usage de la grille suivante, anonyme, fut fort utile pour transmettre ces appréciations aux "exposants". Le choix des personnes appelées à remplir cette fiche était bien évidemment sous la responsabilité de l'enseignant.

Grille d'appréciation de l'enseignant Lors de la remise du travail écrit, étant donné que chaque élève était responsable d'au moins une section de la recherche, l'enseignant a pu compléter à son tour une grille d'appréciation du travail consenti. Les points observés portaient à la fois sur le travail écrit remis et sur la contribution de l'élève à la présentation de son équipe lors du Salon de l'activité physique et sportive.

Notez que les parents ont pu eux aussi visiter les différents kiosques.


Match des Canadiens de Montréal

Par un beau soir de février, nous avons eu le goût de prendre part à une activité hors du commun... Nous avons donc décidé d'assister à un match de hockey des Canadiens de Montréal (contre les Devils du New-Jersey) au Centre Bell! Inutile de préciser que les élèves ont apprécié l'initiative!

Mais comme nous cherchions à donner une valeur éducative à l'événement, l'idée nous est venue de préparer notre sortie en classe, dans la semaine précédant le match, en tentant de dresser une liste des principales croyances — voire des préjugés! — entourant le hockey sur glace comme sport professionnel. Les principales réponses obtenues au cours de nos échanges ont été les suivantes.

"Le hockey est un sport violent."
"Parce qu'il est dangereux, le hockey est un sport réservé aux hommes."
"Le spectacle offert lors d'un match de hockey professionnel vaut largement le coût du billet."
"Assister à un match de hockey professionnel est une excellente activité familiale."
"Il faut faire preuve d'une excellente condition physique pour pratiquer le hockey sur glace."
"L'arbitrage n'est suffisamment sévère au hockey sur glace."
"Le salaire des joueurs de hockey est trop élevé."

Une fois cette liste complétée, partant du principe que les jeunes peuvent — et devraient! — avoir une opinion et pouvoir l'exprimer, chaque élève a dû choisir l'une de ces affirmations et d'en vérifier l'exactitude lors du match. Au retour à l'école, chacun a dû rédiger un texte, confirmant ou infirmant l'affirmation choisie, sous forme d'une lettre qui a ensuite été envoyée au président du Club de hockey Canadien.

Ce fut là une expérience fort intéressante, d'autant plus que les Canadiens nous ont répondu par écrit!


Préparation d'un cours pour les tout-petits

Les jeunes ont parfois la critique facile. L'occasion était donc trop belle pour leur démontrer que la tâche d'animer une quelconque activité éducative n'est pas toujours de tout repos!

Le défi était simple... mais de taille! Les élèves, regroupés en équipes de trois ou quatre, devaient préparer une activité physique éducative, intérieure ou extérieure, destinée à un groupe d'élèves du premier cycle du primaire. Pour ce faire, il s'agissait de bien respecter les étapes qui suivent avant de se lancer dans une expérience remplie de multiples imprévus.

Choisir l'activité; en définir les règles (du jeu, d'éthique, de sécurité, etc.).
Prévoir une prise en charge et un retour au calme.
Prévoir le matériel requis; préparer un plan du gymnase ou de l'aire de jeu.
Déterminer une date pour la tenue de l'activité (prévoir des solutions de rechange).
Contacter l'enseignante du groupe à qui sera destinée l'activité en question et convenir d'une date définitive selon ses disponibilités.
Bien répartir les tâches de chacun; évaluer le temps requis pour les explications, la tenue de l'activité, etc.
Tenir l'activité préparée au moment prévu.

Lorsque les activités ont eu lieu, l'éducateur physique et l'enseignante titulaire étaient bien entendu sur place! Les élèves ne devaient évidemment pas se retrouver seuls en charge d'un groupe de tout-petits. Les autres élèves, inactifs, étaient observateurs mais pouvaient également collaborer dans la disposition du matériel. Une fois toutes les activités terminées, les commentaires émis lors du retour en classe étaient toujours très révélateurs...

Fiche d'observation des équipes Pour alimenter ces discussions, une fiche d'observation a été remise aux enseignantes titulaires invitées de même qu'aux élèves du groupe qui ne contribuaient pas à l'activité en cours. Les animateurs pouvaient ainsi mieux juger de leur "performance" à partir de critères définis. Chaque fois, les élèves avouaient avoir adoré l'expérience mais mentionnaient également que la tâche avait été nettement plus corsée qu'ils ne le croyaient.


Correspondance outre-mer

Document d'invitation Depuis toujours, des groupes d'élèves entreprennent des projets de correspondance avec d'autres de pays différents. Il s'agit alors d'une formidable occasion de s'ouvrir sur le monde et de connaître ainsi d'autres cultures.

En ce qui nous concerne, nous avons pu nous jumeler à un groupe d'élèves de la France et en apprendre un peu plus sur leurs pratiques d'activités physiques et sportives. Pour ce faire, nous avions préalablement produit ce petit feuillet d'invitation servant de prémisse aux échanges qui ont suivi.


Campagne publicitaire sur les saines habitudes

On parle souvent, avec raison, de saines habitudes de vie, des conséquences d'un mauvais rythme de vie sur son bien-être et sa santé globale. Comme de nombreux organismes voués à la santé s'affairent justement à produire des campagnes publicitaires vantant les mérites des saines habitudes de vie, nous avons eu le goût de mettre nous aussi la main à la pâte et de produire des affiches sur différents thèmes.

Comme dans toute campagne de publicité, celles-ci devaient répondre à certains critères bien définis. En résumé, les affiches devaient donc:

attirer l'attention du "public" (qualité du graphisme, couleurs, slogans accrocheurs, etc.);
être adaptées à l'âge de ce "public" (pavillon des élèves du 1er cycle ou des 2e et 3e cycles du primaire);
contenir quelques informations plus détaillées ET DOCUMENTÉES;
susciter une réflexion, voire une remise en question;
être respectueuses des différences de chacun;
être présentées dans un excellent français.


Spectacle de fin d'année

Pourrait-on vraiment clore une année scolaire, avec un groupe inscrit dans pareille option, sans présenter un spectacle se voulant une sorte de rétrospective de tous les différents apprentissages faits de mois en mois?!

Traditionnellement, en juin de chaque année, tous les élèves et le personnel de l'école ont été conviés à un spectacle de fin d'année qui, même s'il ne durait généralement qu'une toute petite demi-heure, nécessitait de la part des élèves du groupe plusieurs semaines de préparation. Il est en effet important pour les jeunes de bien saisir la différence entre "donner un spectacle" et "se donner en spectacle"...

Au fil des ans, l'expérience a démontré que tous les élèves sont d'abord tentés par la voie facile, c'est-à-dire de simplement vouloir s'activer devant un auditoire en répétant ce qu'ils savent déjà faire (démonstrations de pyramides, de gestes propres aux différentes disciplines sportives, etc.).

En ce qui nous concerne, nous tenions plutôt à ce que les élèves "racontent une histoire" en trois "tableaux" dans lesquels seraient insérées les différentes habiletés acquises en cours d'année. En gros, il fallait donc penser...

à un thème principal à partir duquel allait être racontée l'histoire (ex.: les saisons, le monde spatial, BD, etc.);
à déterminer trois sous-thèmes constituant les trois tableaux;
et à former trois groupes de travail affectés aux différents tableaux.

Une fois ce travail de défrichage complété, les jeunes ont dû s'attaquer à la tâche la plus ardue du travail. Il fallait en effet créer cette fameuse histoire, Fiche personnellelui donner un contenu à la fois "athlétique" et "artistique". Ils étaient alors bien loin de la simple exécution de gestes sportifs... "Dur-dur d'être un artiste athlétique!"

D'année en année, nous invitions d'ailleurs chaque élève, individuellement, à réfléchir sur ce qu'il pouvait apporter au groupe de par ses talents et intérêts particuliers. Pour ce faire, il pouvait utiliser une fiche personnelle (voir l'exemple ci-contre) que l'enseignant consultait évidemment.

Ligne du temps Par la suite, nous avons eu l'idée de fournir à tous, sur papier, une ligne du temps leur permettant d'inscrire, en équipes, les premières idées puis le contenu final de leur tableau. Dans l'exemple ci-contre, les élèves avaient choisi pour thème principal les héros de la BD.

Il va sans dire que nous avons dû orienter les élèves à maintes occasions afin de ne pas trop perdre de temps. Il serait difficile en effet de demander à des élèves de 11-12 ans de prendre en charge seuls un tel projet.

Parmi tous les détails à régler, mentionnons ceux-ci:

créer l'histoire définitive du tableau choisi;
choisir de quelle façon et par qui cette histoire sera interprétée;
déterminer la durée approximative de chaque partie du tableau;
établir comment seront effectuées les transitions entre ces parties de tableau (le tout en se disant que ce que le public voit doit être agréable à regarder!);
déterminer le type d'éclairage, la musique et qui devra en assumer la charge (des élèves des autres équipes peuvent être mis à contribution, au besoin);
choisir les costumes et les décors;
etc.

En ce qui concerne les costumes et les décors, la contribution des enseignantes titulaires a toujours été d'une aide précieuse. Les décors, pour la plupart, ont en effet été créés en classe, dans le cadre des cours d'arts plastiques, Exemple d'une affiche publicitaireavec l'enseignante titulaire. Les costumes, eux, provenaient plutôt de la maison grâce à l'implication de parents.

Comme la présentation de ce spectacle nécessitait beaucoup d'espace, nous avons opté, chaque année, pour la tenue de trois représentations plutôt qu'une seule de manière à restreindre le nombre de spectateurs dans le gymnase (et peut-être aussi pour permettre aux élèves de corriger certains pépins rencontrés lors de la grande Première...).

Introduction Sorties éducatives Télécharger les documents