Les animaux "s'ajustent aux obstacles"!

Exploration de différents ajustements corporels en fonction d'obstacles physiques

L'éducation physique exerce toujours le même attrait chez les jeunes, particulièrement chez les tout-petits qui ne demandent qu'à faire travailler leur imagination, dans le cadre d'activités dynamiques et attrayantes.

Pour faire en sorte, justement, que ces activités aient un certain intérêt visuel pour les enfants, l'idée d'utiliser beaucoup de matériel à la fois dans votre gymnase peut s'avérer une décision judicieuse... en autant que des règles précises de fonctionnement soient émises dès le départ.


L'exemple qui suit vous propose d'aborder les ajustements corporels, au cours de déplacements au travers de divers obstacles physiques, avec des enfants de 5 ou 6 ans. Un peu comme nous vous l'avions suggéré sous le thème "mobilité", on peut facilement intégrer les déplacements d'animaux à un cours en "locomotion" de manière à imager au maximum les actions corporelles dans l'esprit des jeunes.



"Je me déplace dans le monde des animaux!"


Les connaissances à acquérir

Différenciation entre prise et appui;
différentes formes de déplacements.


Les actions corporelles abordées

Courir;
marcher;
sauter;
traverser;
grimper;
franchir;
etc.


Le matériel requis

1 cheval sautoir;
1 fosse de saut;
20 tapis de gymnastique;
1 chaise;
9 cônes;
2 planches à roulettes;
1 cylindre rigide de 2,50 mètres de longueur;
4 bancs suédois;
8 bâtons de hockey Cosom;
2 ballons sautoirs;
4 tréteaux;
1 poutre basse;
1 magnétophone et 1 cassette audio (facultatif).


Disposition du matériel et activités principales

Sept stations différentes sont disposées autour de la salle, pouvant ainsi former un parcours circulaire. Si par chance vous avez des espaliers dans votre gymnase, vous pourriez facilement ajouter une huitième station pour en tirer profit...

1
Le singe. On place une fosse de saut couché par terre contre un cheval sautoir. Autour de la fosse sont disposés 5 tapis de gymnastique protégeant les enfants contre tout risque de mauvaise chute. On peut aussi utiliser une chaise pour aider les jeunes à monter sur le cheval sautoir. La consigne est simplement de sauter sur la fosse de saut du haut du cheval sautoir, en veillant à faire la réception sur ses deux pieds. Il est important de spécifier aux élèves que les mouvements de karaté par exemple n'ont rien à voir avec cet exercice (risque de blessure)...
2
Le crocodile. Disposer cinq cônes en zigzag, lesquels sont distants d'environ 3 mètres les uns des autres. L'élève se couche à plat ventre sur une planche à roulettes et doit faire l'aller retour sans toucher les cônes, en se déplaçant par des poussées successives de ses membres supérieurs et inférieurs.
3
La souris. On couche un cylindre de carton rigide de 2,50 mètres par terre. Il est important d'immobiliser le cylindre au sol afin d'éviter qu'il ne roule (sur des doigts en particulier...). Un enfant à la fois se déplace à l'intérieur en quadrupédie.
4
L'escargot. On forme une allée à l'aide de quatre bancs suédois, deux de chaque côté. Huit bâtons de hockey Cosom sont placés par dessus l'allée, en travers. Un élève à la fois doit se rendre d'un bout à l'autre de l'allée en se glissant sous les bâtons, sans y toucher.
5
Le kangourou. Deux élèves à la fois peuvent chacun prendre place sur un ballon sautoir (gros ballon de caoutchouc muni de petites poignées pour se tenir). Ils doivent faire le tour du carré d'environ 5 mètres de côtés formé de quatre cônes.
6
L'écureuil. Un élève à la fois doit d'abord se déplacer sur une poutre basse, puis monter et descendre d'un tréteau. Au moins quatre tapis de gymnastique sont nécessaires à la poutre basse, et deux autres au tréteau. Ne pas placer le tréteau trop près de la poutre, en cas de chute.
7
Le lapin. On forme une allée composée de neuf tapis de gymnastique fixés l'un contre l'autre à l'aide de velcros. Trois tréteaux sont placés sur cette allée. L'enfant doit se déplacer sur l'allée de tapis en faisant une succession de sauts de lapin, et en prenant soin de passer aussi sous les tréteaux. Pour faire le saut de lapin, l'enfant est accroupi, les mains par terre. Il place ses deux mains devant lui, assez loin, et ramène ensuite ses pieds sous son corps.


Progression possible

Mise en situation

Les élèves sont regroupés en cercle, au centre de la salle. L'enseignant fait un retour sur les précédents cours en mobilité portant sur les
actions corporelles. Il fait le lien avec le thème locomotion en parlant de déplacements en fonction d'obstacles physiques: distinction entre appuis et prises, comment les placer et les déplacer, etc.




Échauffement: Les animaux imaginaires

Tous sont debout, au centre du gymnase (espace laissé libre puisque que les stations sont autour de la salle). L'enseignant lance de petits défis aux enfants:

"Pouvez-vous marcher comme un animal en utilisant trois appuis par terre? De quel animal pourrait-il s'agir? Pouvez-vous marcher avec quatre appuis en position dorsale (le dos tourné vers le sol)? Est-ce que cette démarche vous fait penser à un animal quelconque? Place-toi avec un ami; tenez-vous par la main. Inventez-moi un animal (à deux têtes!) qui utilise quatre appuis pour marcher. Etc."




Je me métamorphose en animal

Le groupe est subdivisé en sept petites équipes. Chacune d'elles est dirigée vers une station précise. Selon les consignes énumérées précédemment, les jeunes expérimentent l'activité en question.

Quand tout le monde a pu expérimenter son activité au moins deux fois, on procède à un changement de station, calmement, dans le sens des aiguilles d'une montre.




Discussion en grand groupe

Lorsque toutes les stations ont été expérimentées, l'enseignant demande aux élèves de s'asseoir au centre, loin du matériel. Il questionne:

"Y a-t-il un ou des ateliers où vous deviez modifier vos prises et pas seulement vos appuis? Lequel ou lesquels? Quels étaient les stations les plus difficiles à expérimenter? Pourquoi? Etc."




La jungle

Les élèves retournent au différentes stations, cette fois sans avoir à rester en équipes. Veiller cependant à ce qu'ils ne se placent pas tous à la même station de départ. Ils doivent parcourir tout le parcours formé des sept stations, en respectant les consignes de début de période. Faire un retour sur les consignes de sécurité si nécessaire. Spécifier qu'il ne s'agit pas d'une course...

Après avoir terminé le premier tour, tout le monde reste assis par terre, sans toucher au matériel. Une nouvelle consigne est donnée:

"Maintenant que tu as bien exécuté chacune des stations, que tu as su bien imiter chacun des animaux, peux-tu trouver de nouvelles façons pour franchir les obstacles devant toi?"

Pour orienter les enfants, il serait souhaitable de donner des exemples: "L'escargot pourrait-il se déplacer sur le dos au lieu du ventre? Le crocodile pourrait-il utiliser seulement ses membres supérieurs pour avancer? Etc."




Retour en grand groupe

Les enfants sont de retour au centre du gymnase. On revient sur la distinction à faire entre appuis et prises. L'enseignant questionne de nouveaux les élèves:

Nous avons imité quelques animaux dans leurs déplacements à travers divers obstacles. Y a-t-il d'autres animaux dont nous n'avons pas parlé et qui doivent exécuter divers appuis, différentes prises? Toi, Stéphanie, peux-tu nous donner un exemple de l'animal dont tu parles? Etc."




Retour au calme

Pour conclure, les jeunes sont couchés sur le dos, en cercle, les yeux fermés. Si désiré, une pièce musicale apaisante peut servir de toile de fond à ce moment privilégié de relaxation.

"Imagine dans ta tête que tu est dans une jungle. Devant toi, un énorme gorille se déplace, tantôt par terre, tantôt en grimpant. Porte attention sur sa façon de placer ses appuis, ses prises. Puis arrive un crocodile qui aimerait bien le rejoindre. Lorsque le gorille est grimpé dans un arbre, le crocodile n'arrive pas à la suivre parce qu'il ne peut grimper... Etc."