Le multi-basket

Pour favoriser la passe et le démarquage

Même avec vos élèves plus âgés, comme par exemple ceux de 6ième année, vous constatez sans doute que la notion de démarquage est constamment à redéfinir. Tous, ou presque, gravitent autour du porteur du ballon, tant du côté des partenaires de celui-ci que des adversaires d'ailleurs.


Pour mieux faire comprendre aux jeunes le concept de démarquage dans des espaces libres, l'utilisation d'activités dites traditionnelles a souvent pour effet d'orienter le jeu en fonction des deux buts ou paniers visés. En d'autres mots, alors que vous cherchez à "élargir" le jeu, à "aérer les espaces" pour favoriser le jeu collectif, vous obtenez possiblement l'effet contraire dès que vous intégrez des buts au moyen d'action que vous privilégiez.

Chez les élèves de ce groupe d'âge, le basketball représente certes l'une des activités les plus appréciées et en demande. Puisqu'il représente un sport à la mode, tant à la télévision, dans les parcs municipaux, qu'en milieu scolaire, il vous sera difficile de le contourner, voire presque suicidaire!

Malheureusement, dès que les jeunes s'activent, des constats inévitables vous sautent aux yeux, si bien que vos beaux objectifs de début de période donnent l'impression d'être bien loin des préoccupations des élèves:

Les partenaires et adversaires entourent constamment le porteur du ballon;
les jeunes se démarquent en longueur sur le terrain et "oublient" de le faire dans le sens de la largeur;
nombreux sont les élèves qui attendent passivement le ballon à proximité du panier adverse;
certains jeunes se sentent obligés de constamment passer vers l'avant, c'est-à-dire en direction du panier adverse;
les quelques élèves plus doués optent pour un jeu individuel et dribblent continuellement sans tenir compte du placement des partenaires et adversaires;
etc.



Ajouts ou modifications aux règles traditionnelles du basketball

Quatre paniers sont disposés autour de l'aire de jeu. Aucun de ceux-ci n'appartient à une équipe en particulier. Tout le monde peut ainsi marquer n'importe où.
Il y a encore deux équipes présentes sur le terrain, chacune d'elles étant formée de 5 ou 6 joueurs.
Le dribble est interdit en tout temps. Comme le porteur de l'objet ne peut évidemment pas marcher avec le ballon, on accepte, comme en basketball, le pivot.
Le porteur du ballon dispose d'une zone de protection d'un mètre de rayon autour de lui afin d'éviter que les adversaires le surveillent d'un peu trop près, et pour favoriser la passe.
La partie commence de la même manière qu'en basketball, soit par un entre-deux au centre du terrain.
Tous les contacts physiques sont interdits.
Il est défendu de lancer deux fois de suite vers un même panier, peu importe l'équipe en possession du ballon. Par exemple, si l'équipe A a lancé sans marquer et que c'est un joueur de l'équipe B qui a pris le rebond, il ne pourra lancer à son tour dans ce panier. Il lui faudra au contraire chercher à passer à un partenaire afin, si possible, d'en arriver à marquer dans l'un des trois autres paniers restants.
Pendant une partie, on peut ainsi dire que l'équipe en possession de l'objet dispose toujours de trois paniers dans lesquels elle peut tenter de marquer, sauf en début de match alors qu'aucun lancer n'a encore été dirigé vers un quelconque panier.
Quand le ballon quitte le terrain, ou lorsqu'il y a faute, on le remet à un joueur de l'autre équipe placé derrière la ligne de côté la plus proche (au multi-basket, les quatre lignes sont des lignes de côté).
Lorsqu'on a marqué dans un panier, le ballon est remis à un joueur adverse, derrière la ligne, aux abords du panier en question.
Au besoin, on peut imposer un certain nombre de passes aux équipes avant de pouvoir lancer en direction d'un panier.