Des constats
éloquents

Après quelques années d'existence à notre école, les effets du Programme sport éduc-actif se font déjà sentir de manière impressionnante, bien au-delà des espérances initiales d'ailleurs.

Chaque année, tous les élèves de l'école reçoivent le passeport, en septembre, sans être toutefois nécessairement obligés d'adhérer au programme. Une décision que je me félicite maintenant d'avoir prise. En effet, à la fin de chaque année, lorsque vient le temps de tracer un bilan de la participation générale des jeunes, nous constatons avec joie que plus de 50% de toute la clientèle a adhéré au programme pendant au moins une des quatre étapes!

Avec du recul, en analysant les faits, on en arrive à la conclusion qu'une véritable dynamique s'est formée autour du projet. Le titre de l'école primaire ayant le plus contribué au développement des activités physiques et sportives dans son milieu qui nous a été décerné par la Fédération québécoise du sport étudiant en juin 1996 en fait foi.

Cet honneur, qui couronnait des années fort bien remplies dans le domaine des activités physiques et sportives à l'école Leblanc, ont consolidé les bases de notre programme, lequel fait maintenant partie intégrante de la vie étudiante. Le logo éduc-actif est partout: sur le passeport lui-même, dans l'agenda scolaire des élèves, sur le chandail-école, sur les murs du gymnase, etc. Bref, il se manifeste un peu partout, prenant la place qui lui revient.

Nombreux sont les élèves qui ont en main leur passeport en tout temps, à la recherche de nouveaux moyens de faire de l'activité physique. Les témoignages suivants, loin d'être des cas isolés, résument bien l'esprit qui anime les jeunes impliqués dans ce projet.

Une enseignante de 6e année: "Nous étions en sortie éducative aujourd'hui, à la campagne. Après une pause, Sarah et Karine me reviennent du lac en courant, tout essoufflées. J'ai voulu en savoir plus long sur les raisons de cette course. Elles m'ont répondu qu'elles avaient l'intention de l'écrire dans leur passeport!"

Une mère de famille me contacte par téléphone. Après s'être informée des résultats obtenus par sa fille pour le dernier bulletin, elle m'apprend que sa fille "qui n'est pas la plus sportive de nature" la force maintenant à prendre une marche avec elle trois soirs par semaine!

Le père de deux élèves: "Quand je regarde mes enfants remplir leur passeport, je me dis que le mien aurait bien des espaces blancs, et je me sens obligé de prendre mon vélo avec eux."

La mère de quatre anciens élèves: "C'est Olivier lui-même qui a décidé de pelleter l'entrée tout l'hiver pour l'écrire dans son passeport. Ça incite ses frère et soeurs à en faire autant."

À vrai dire, les témoignages ne manquent pas pour soutenir notre prétention à l'effet que le projet fait partie de la vie de tous les jours de bon nombre d'élèves (et de familles entières!) de l'école. Presque quotidiennement, des parents ou des jeunes viennent confirmer ces dires: les enfants sont fiers des résultats qu'ils obtiennent et n'en deviennent que plus responsables face à leur santé et à leur condition physique.



Retour à la table des matières | Page précédente | Page suivante