6. Main droite? Main gauche?
Main dominante!

Suis-je suis plus habile d'un côté que de l'autre?

Comme nous disposons d'un (petit!) gymnase double pour une école primaire de 650 élèves — dont six groupes du préscolaire — l'idée nous est venue d'expérimenter une nouvelle approche (pour nous) en tenant compte du fait que nous ne voyons les tout-petits que pour une seule période d'une heure d'éducation physique par cycle de dix jours. Nous avons donc choisi de regrouper trois groupes en même temps, dans le gymnase double au complet, pour chaque heure de cours, en présence des trois éducateurs physiques. L'expérience nous dira si nous avons eu raison... ;)


Pour ce cours, notre intention était initialement d'aider les élèves à différencier leur côté droit de leur côté gauche. C'était en début novembre... Nous avons très vite constaté qu'il était encore bien tôt pour espérer vraiment obtenir de leur part une compréhension réelle... et durable! Simplement en les questionnant, en tout début de période, plusieurs nous ont démontré qu'ils n'avaient effectivement aucune idée de la différence entre la droite et la gauche. Certains ne pouvaient pas non plus nous dire de quelle main ils tenaient leur crayon pendant qu'ils dessinent...

Nous avons donc dû revoir notre approche sur le champ, sans toutefois pouvoir réaménager notre gymnase puisque les élèves étaient devant nous... Il faut parfois savoir réagir rapidement en éducation physique! ;)

En conservant la même disposition de matériel, nous avons ainsi opté pour une approche plus simple, orientée vers la simple sensation obtenue par les jeunes dans différentes situations qu'ils ont expérimentées. Bref, nous souhaitions leur faire réaliser qu'ils se sentiront plus à l'aise dans certaines tâches alors qu'ils utilisent leur main droite ou gauche, leur jambe droite ou gauche, etc. Nous avons bien sûr parlé de côté droit et de côté gauche mais en sachant fort bien qu'il était trop tôt pour ce faire... et que nous allions y revenir après la période des fêtes. :)


Courte introduction en grand groupe

Les jeunes sont réunis à un endroit précis du gymnase. L'enseignant s'adresse à tous les enfants.

"Lorsque nous dessinons, écrivons, lançons une balle ou bottons un ballon, nous avons un côté avec lequel il nous est plus facile de faire le mouvement en question. Pour Léa, par exemple, il peut être plus facile de dessiner en tenant son crayon de la main droite (l'enseignant tourne le dos aux enfants en levant sa main droite) tandis que pour Émile, c'est peut-être le contraire, avec sa main gauche (l'enseignant montre maintenant sa main gauche).

"Il n'y a pas de bon ou de mauvais côté. Puisque chaque personne est différente, il est normal que certains soient meilleurs d'une main, d'un pied, d'une jambe, alors que d'autres réussissent mieux de l'autre côté. Nous allons donc prendre part aujourd'hui à quatre ateliers différents, qui vous permettront de découvrir de quel côté vous vous sentez le plus à l'aise selon les défis à relever."

"C'est maintenant le temps, sans courir, d'aller rejoindre votre enseignant qui va vous présenter votre premier atelier de la journée."


Chaque groupe se dirige vers un atelier différent. Tout au long de la période, les groupes circuleront dans le sens horaire en compagnie de leur enseignant. Comme il n'y a pas d'ordre chronologique particulier à respecter, on peut commencer à n'importe quel endroit, sans problème. Les élèves devront d'abord s'asseoir à un endroit précis, désigné par l'enseignant, afin d'y recevoir les consignes préalables.


Atelier 1: La cigogne

L'atelier se déroule en deux parties. D'abord, les élèves se tiennent debout, par terre, sur une même ligne, avec au moins un mètre de distance entre chacun d'eux. Au signal de l'enseignant, il doivent plier une jambe en levant le talon vers l'arrière et tenter de rester en équilibre le plus longtemps possible.

Lorsque l'élève touche le sol avec le pied libre, il s'assoit à un endroit précis désigné par l'enseignant en fonction de l'espace disponible (au même endroit sur la ligne, un peu en retrait sur une autre ligne, sur un banc, etc.). On peut aussi permettre de toucher une seule fois le sol du pied libre pour retrouver son équilibre. On reprend ensuite l'activité en se tenant en équilibre sur l'autre pied.

La seconde partie de l'atelier se déroule sur deux poutres basses. Les élèves sont d'abord assis en deux files indiennes. Deux élèves à la fois, un sur chaque poutre, se déplacent en marche avant. Au signal verbal de l'enseignant, les deux élèves cessent d'avancer et se placent en position d'équilibre sur un seul pied en fléchissant une jambe, en élevant le talon vers l'arrière. On tente évidemment de conserver l'équilibre le plus longtemps possible.

"Qui parviendra à le faire le plus longtemps? Y a-t-il une jambe sur laquelle vous avez l'impression d'avoir plus d'équilibre que l'autre?"

On peut aussi compliquer un peu la tâche en demandant aux élèves de prendre position sur un pied après un signal visuel de l'enseignant (qui lève la main), forçant ainsi les jeunes à quitter momentanément la poutre des yeux. Il est également possible de faire monter deux élèves à la fois aux extrémités des poutres, sans aucun déplacement, et attendre le signal verbal ou visuel pour prendre position sur un seul pied. Répéter l'activité en changeant de pied sur la poutre.

Consignes particulières que les élèves doivent respecter

Attendre son tour assis par terre, à l'endroit désigné par l'enseignant.
Ne pas s'asseoir sur les tapis ni s'y déplacer.
Ne jamais courir sur les poutres, pousser un élève, etc.
Le pied de la jambe libre doit être élevé par derrière en élevant le talon jusqu'à l'obtention d'un angle droit.


Atelier 2: Le petit train

Avec des bancs suédois, des poteaux amovibles et leurs barres transversales, de petits chemins sont formés. Parfois, des sorties permettent de changer de route, vers la droite ou vers la gauche.

Les élèves se placent en file indienne. Pour commencer l'activité, l'enseignant se place en avant de la file. C'est lui qui agira à titre de locomotive du train pour les premiers instants. Il place une main dans son dos, par exemple la gauche en le précisant aux élèves qui doivent l'imiter. L'autre main, dans ce cas-ci la droite, lui indiquera de quel côté il aura le droit de tourner lorsqu'un choix se présentera à lui.

Le groupe commence à marcher en suivant le guide. Lorsqu'un choix (une sortie) est possible, l'enseignant s'arrête en levant la main libre à droite (s'il s'agit de la main droite) ou à gauche (si c'est la gauche) et questionne les élèves: "Dans quelle direction puis-je tourner? Montrez-moi! Qui peut me dire s'il s'agit du côté droit ou du côté gauche?"

Après quelques instants, l'enseignant cède sa place à un élève qui devient à son tour la locomotive du train, et on répète le même procédé. On alterne évidemment les deux côtés. L'enseignant n'hésite pas à questionner le groupe lorsqu'un choix de direction semble nébuleux.

Consignes particulières que les élèves doivent respecter

Il est nécessaire de garder une main dans son dos, la même que tous les autres élèves dans la file indienne.
On doit toujours rester en groupe et ne pas prendre retard afin de ne pas avoir à marcher dans une direction opposée à celle de d'autres élèves.
Les déplacements se font tous à la marche.


Atelier 3: La patate chaude

On sépare le groupe en deux, chaque demi-groupe se plaçant debout sur une ligne.

"Tu dois placer une main dans ton dos, celle de ton choix. Je vais d'abord remettre au premier élève de son équipe un anneau de caoutchouc. À mon signal, celui-ci doit remettre l'anneau à l'élève derrière lui qui devra utiliser uniquement la main qui n'est pas derrière son dos, donc sa main libre."

On peut utiliser plusieurs objets différents pour ce faire, et varier légèrement la distance entre les élèves, mais il faut bien garder en mémoire que ce serait beaucoup demander aux jeunes que d'attraper des objets d'une seule main.

On peut présenter le défi de deux façons: comme une course (être la première équipe qui a terminé) ou comme une tâche (terminer avant la fin d'un compte à rebours). Répéter en changeant de main libre.

"Je suis certain que plusieurs parmi vous avez remarqué qu'ils avaient beaucoup plus de facilité à relever le défi avec une main plutôt que l'autre. Montrez-moi de quelle main!"

Consignes particulières que les élèves doivent respecter

Même si l'envie est forte, il faut garder une main derrière le dos pendant toute la durée d'un défi.
Ne pas lancer quelque objet que ce soit, mais plutôt le remettre à l'élève suivant.
Toujours remettre l'objet à l'élève suivant et non à un élève de son choix.


Atelier 4: Le gardien de la massue

Chaque élève reçoit une massue qu'il dépose à l'intérieur d'une grande aire de jeu approximativement égale à un terrain de badminton. On lui remet également un anneau de caoutchoux qu'il devra tenir d'une main pendant un laps de temps déterminé par l'enseignant.

"Dans quelques instants, je vais mettre quelques ballons de mousse en jeu. Lorsqu'un ballon roule dans ta direction, tu as le droit de le bloquer ou de le saisir uniquement avec ta main libre, c'est-à-dire celle qui ne tient pas l'anneau que je t'ai remis. Tu n'as pas le droit de changer de main libre tant que je ne t'en aurai pas donné le signal. Le jeu consiste à faire tomber le plus de massues possible tout en protégeant la tienne. Si ta massue est renversée, tu peux la remettre debout et continuer à jouer!"

Après un certain temps, l'enseignant demande aux élèves de prendre leur anneau de l'autre main. Encore ici, il questionne ensuite les jeunes sur le niveau de difficulté de l'activité en fonction de la main utilisée pour lancer et bloquer les ballons. Il n'est pas nécessaire de former des équipes pour cette activité. Il est néanmoins plus facile d'y prendre part si les jeunes sont assez éloignés les uns des autres.

Consignes particulières que les élèves doivent respecter

Il n'y a aucun ballon qui appartient à un élève en particulier. On saisit celui qui passe tout près de soi, tout simplement.
On doit bloquer et lancer les ballons uniquement avec la main libre, jamais avec les pieds.
Par mesure de sécurité, on doit demeurer debout en tout temps. On ne peut donc pas plonger par terre pour bloquer un ballon ou se l'approprier.


Retour sur le cours

Les élèves demeurent avec leur enseignant. On s'asseoit en cercle.

"Dans les activités auxquelles nous avons pris part aujourd'hui, vous avez eu l'occasion de constater que vous êtes parfois plus habiles à lancer ou à saisir un objet d'une main plutôt que d'une autre. C'est un peu la même chose lorsqu'on cherche à maintenir son équilibre.

"On a finalement un côté, le côté droit ou le côté gauche, avec lequel nos différentes actions nous semblent plus faciles. Personnellement, je suis plus habile de ma main droite
(l'enseignant se lève, se place dos aux élèves et lève sa main). Je suis donc droitier. Si j'étais plus habile de l'autre main, je serais gaucher."

La différence n'est évidemment pas facile à saisir pour plusieurs enfants! Notre intention étant davantage orientée vers la sensation de réussite en fonction du côté du membre utilisé, nous nous proposons de revenir dans les prochaines semaines sur la différence entre les côtés droit et gauche... ;)


Matériel utilisé pour ce cours

2 poutres basses;
6 tapis de gymnastique;
7 bancs suédois;
9 paires de poteaux polyvalents et 12 barres transversales;
5 bacs de plastique;
2 balles de jeu "bleu-blanc-rouge";
2 ballons en mousse;
22 anneau de caoutchouc;
2 balles évidées;
8 cônes;
20 massues.

Cours précédent Cours suivant