Se dire sans parler

Pour apprivoiser les élèves de 5ième et 6ième années à un thème moins "populaire"...

Le thème expression représente toujours un problème de conscience pour les enseignants en éducation physique. Souvent mal à l'aise avec le type d'objectifs qui le caractérisent, ils ont tout de même l'obligation, dans certains cas, de préparer quelques cours touchant ce thème. De plus, comme ils ne sont pas particulièrement "ouverts" à travailler en expression, leurs élèves ont tôt fait de déceler leur sentiment rébarbatif et démontrent à leur tour peu d'enthousiasme envers les activités proposées.


Il est assez facile d'exprimer des états d'âme, sentiments ou événements quelconques en s'adressant verbalement à un auditoire, du moins pour bon nombre de gens. Ce peut être plus ardu de le faire avec son corps, où son faciès, sa gestuelle, sa vigueur et sa souplesse deviennent les miroirs de sa personnalité. S'ouvrir aux autres, dévoiler son affectivité n'est pas une mince affaire. Il faut d'abord accepter de dire une partie de soi-même puis apprendre à façonner les phrases gestuelles qui deviendront lisibles aux yeux des pairs.

Les activités qui suivent visent à créer l'intérêt chez vos élèves de 5ième et 6ième années du primaire en fixant comme but ultime à tous les participants, élèves et enseignant, une représentation collective en plusieurs tableaux devant un auditoire formé d'élèves, de membres du personnel de l'école, de parents, etc.

Une suggestion: pour combattre la gêne éprouvée par certains, l'idée de recourir à un éclairage tamisé serait une avenue intéressante. Le fait de retirer ses chaussures peut aussi placer l'élève dans un cadre de réalisation plus propice à l'expression des états d'âme dans la légèreté, en autant que vous recouvriez le sol de tapis de gymnastique...



Se dire sans parler

Valeur pédagogique

En utilisant ces activités comme moyens d'action avec vos élèves, vous pourrez ainsi développer les deux objectifs intermédiaires suivants (en 5ième et 6ième classes):

5ième classe: Interpréter une thématique avec un ou plusieurs partenaires en mettant à profit les interrelations spatiales.(1)

6ième classe: Interpréter une thématique avec un ou plusieurs partenaires en mettant à profit les interrelations temporelles.(2)

(1) (2) Tirés de: "Répartition des contenus et des objectifs d'apprentissage pour chacune des classes du primaire. Document de travail." Ministère de l'Éducation du Québec. Juin 1996.


Matériel requis

Multiples tapis de gymnastique fixés les uns aux autres;
5 magnétophones à cassette;
5 cassettes audio;
5 affiches collées au mur.


Progression proposée

Le principal handicap à surmonter chez vos élèves (et vous-même?) sera sans doute la gêne, la peur du ridicule, dans vos activités en expression. Pour tenter de combattre ce problème, nous vous suggérons des commencer par des activités très "impersonnelles" qui n'impliquent pas la nécessité d'interpréter, de jouer un rôle ou de se "dévoiler" aux autres, comme par exemple des mouvements propres à la gymnastique. Puis, petit à petit, les élèves sont invités à enrober ces liaisons de gestes et d'actions de manière plus artistique et originale.



On roule!

Cinq équipes sont formées. Compte tenu du caractère particulier des activités qui suivent, le choix des partenaires peut être déterminant...

On demande d'abord à tous d'exécuter quelques roulades avant dans toutes les directions. Celles-ci peuvent se terminer en position couché sur le dos, accroupi ou debout.

Les autres formes de rotation autour d'un axe sont ensuite ajoutées, selon le rythme et les capacités de chacun. Il est important ici de signaler aux élèves qu'il ne s'agit pas d'un concours mais bien d'un échauffement, d'une préparation en vue de ce qui suit, de manière à éviter que quelques-uns décident "d'en mettre un peu plus" pour épater la galerie...

L'enseignant questionne ensuite ses élèves: "Pourrait-on varier la vitesse d'exécution de nos actions, la direction, la forme, en faire succéder quelques-unes de manière à illustrer une idée, un sentiment, un geste du quotidien?"



Réagir, influencer, harmoniser

On poursuit alors avec l'ajout de diverses formes de déplacement, avec des sauts, des postures plus ou moins complexes. L'enseignant peut fixer de petits objectifs à atteindre personnellement, comme par exemple celui d'enchaîner un minimum de cinq actions et postures sans interruption.

L'enseignant questionne de nouveau le groupe: "Serait-il possible maintenant de synchroniser vos actions aux signaux gestuels d'un autre élève, d'exécuter vos actions simultanément avec un ou quelques partenaires, de réagir aux actions de partenaires en canon (comme dans le chant)?

Déjà, à ce stade-ci, l'élève doit investir un certain effort afin de s'adapter aux actions d'un pair.



Premier vrai défi!

"Tiens! Pourquoi ne pas essayer de nous surprendre, ou de nous faire rire?! Utilisez donc avec les membres de votre équipes les actions et postures que vous venez d'expérimenter pour construire une phrase gestuelle qui nous racontera quelque chose de réel ou de fictif."

"Pour ce faire, votre collectif doit obligatoirement impliquer la participation de tous les membres de l'équipe à divers degrés. Questionnez-vous; identifiez les forces de chacun... et exploitez-les!"



Micro-spectacle

L'enseignant circule parmi les équipes pour voir où en sont les échanges et travaux des jeunes.

Au bout de quelques minutes, selon le bon jugement de l'enseignant, les équipes sont invitées à s'asseoir.

"Une équipe aurait-elle envie de nous faire voir ce qu'elle a imaginé, pour le bénéfice de tous? Nous ne cherchons pas critiquer ou à juger qui que ce soit, mais simplement à deviner le message ou la courte histoire que vous racontez."

Les équipes volontaires défilent sous les yeux des élèves. Personne n'est nécessairement forcé à présenter son travail, mais la plupart des équipes accepteront sans trop de problème de participer au micro-spectacle.

"Quelqu'un croit-il avoir deviné ce dont il s'agissait dans cette présentation? Qu'avez-vous apprécié de celle-ci? Aurait-on pu clarifier certains points par une approche différente, ajouter ou retirer des éléments, etc.?"



La mission

Les élèves sont toujours assis par terre. Autour de la salle, cinq magnétophones à cassette avaient préalablement été déposés sur des bancs suédois. Au-dessus de chacun de ces magnétophones a été collée au mur une affiche sur laquelle se trouve une mission décrite plus ou moins en détail.

L'enseignant précise: "Les cinq équipes seront porteuses de la même mission. Cependant, chacune d'elles dispose d'une cassette audio différente des autres pour accompagner son collectif. Vous devez donc en tenir compte afin que musique et actions corporelles soient le plus possible compatibles. Vous disposez de 20 minutes (ou selon le jugement de l'enseignant) pour imaginer et ériger ce collectif d'une durée d'une minute (toujours selon le jugement de l'enseignant)."

L'éducateur physique circule parmi les équipes pour soutenir, conseiller, orienter, inspirer les jeunes.



Mini-spectacle

La période de travail en équipes étant terminée, les jeunes reviennent s'asseoir au centre en compagnie de l'enseignant. On passe alors à la présentation du collectif de chaque équipe, au son de la musique qui y correspond. Comme ces pièces musicales sont différentes les unes des autres, les scènes qu'elles ont inspirées risquent fort de ne pas se ressembler.

Au choix des équipes ou selon une entente en grand groupe, on peut convenir de résumer d'abord la scène avant de s'éxécuter devant les autres ou, si désiré, de tenir le tout secret et laisser l'auditoire "lire" les phrases gestuelles composées par leurs pairs.

En regardant les autres ainsi s'activer, on porte principalement son attention sur les variations d'interprétation d'un même thème en fonction des particularités musicales, du type d'actions et postures privilégiées, des interrelations entre les membres d'une même équipe, de la cohérence de la phrase gestuelle, etc.


Une variante

Pour ceux qui en ont le goût, il est tout à fait possible de modifier la mission, par exemple en remettant à chaque équipe un thème de travail différent ou même choisir une seule pièce musicale pour cinq thèmes différents. Il devient alors très facile de faire ressortir les diversités d'interprétation entre les équipes...

Pour les enseignantes et enseignants qui aimeraient aller plus loin dans l'exploration et l'élaboration d'une gestuelle expressive, nous vous proposons de présenter un défi de taille à vos élèves, soit de mettre sur pied, en votre compagnie et sous votre supervision, un spectacle en cinq tableaux. Celui-ci pourrait servir de représentation de fin d'année destinée aux élèves, aux membres du personnel de l'école, aux parents, etc.