L'école de demain... Première avenue

Des éléments de réflexion afin d'augmenter le temps d'enseignement de l'éducation physique

L’an 2000... Un nouveau millénaire, une période propice au lancement de nouvelles idées, de nouvelles stratégies d’enseignement.

Chacun de son côté rêve, parfois en silence, de voir le temps d'enseignement de l'éducation physique augmenter substantiellement dans son école, et avec raison!


Après avoir discuté avec quelques consoeurs et confrères sur la question, nous avons imaginé le premier jet de projet-école qui suit. Notre désir n'est pas ici de vous fournir un plan détaillé du comment implanter une éducation physique solide dans vos milieux respectifs. Bien au contraire, il s'agit simplement de considérer ce plan embryonnaire comme une prémisse à la réflexion que vous seriez à même d'initier dans votre propre école, au sein même de votre conseil d'établissement.

Au Québec, nous entreprenons cette année une réforme de l'éducation qui ébranlera nos habitudes d'antan. C'est donc justement pendant que tout le monde vit cette transformation organisationnelle qu'il nous faut proposer de nouvelles alternatives favorisant notre profession, d'autant plus qu'il ne faudra plus compter sur la mise sur pied de nouvelles écoles à vocation particulière pour faire valoir nos idées. Plus que jamais, c'est en passant par les conseils d'établissement que nous arriverons à faire considérer l'éducation physique comme un élément majeur du projet éducatif de l'école.

Pour mieux vous situer, avant que vous n'entrepreniez la lecture du présent document de travail, il est nécessaire de mentionner que l'école pour laquelle ce plan a été pensé (et non adopté pour l'instant) compte quatre groupes d'élèves dans chaque degré, de la 3ième à la 6ième année du primaire. Les élèves de la 3ième année ont droit à deux périodes de près d'une heure d'éducation physique par semaine de six jours tandis que les élèves plus âgés ne disposent que d'une seule séance pour la même période de temps.

En 6ième année, plusieurs "bons" élèves quittent l'école pour s'inscrire ailleurs, par exemple dans des milieux où des cours d'anglais intensifs sont offerts. En raison d'une baisse de la clientèle, les autorités de la commission scolaire n'ont souvent d'autre choix que de fermer un groupe pour l'année.


1. Constatations

Avec l’avènement des conseils d’établissement dans la réforme du système d’éducation québécois, il est plus que nécessaire de nous adapter aux nouvelles exigences de la société, d’offrir des alternatives à nos élèves compte tenu des quelques observations suivantes:

L’éducation physique est la matière scolaire généralement la plus populaire auprès des élèves du primaire au Québec;
le programme d’éducation physique du Ministère de l’éducation est conçu à partir d’un temps d’enseignement hebdomadaire de 120 minutes alors que nos élèves de 4ième, 5ième et 6ième années n’ont droit qu’à une maigre période de 56 minutes dans une grille-horaire de six jours;
il est prouvé statistiquement que l’éducation physique régulière, voire quotidienne, en milieu scolaire est bénéfique pour le jeune et permet d’augmenter ses résultats académiques dans les autres matières;
les frais de santé encourus au Québec, en particulier en milieux hospitaliers, représentent une somme astronomique, laquelle pourrait être réduite de manière substantielle en permettant aux jeunes d’adopter de saines habitudes de vie, entre autres en augmentant le temps d’enseignement de l’éducation physique;
les enseignantes et enseignants titulaires se sentent parfois limités dans l’exécution de leurs tâches d’enseignement, souvent en raison des horaires et des contenus pédagogiques peu flexibles;
plusieurs enseignantes et enseignants ressentent le besoin légitime d’innover, de bâtir des projets éducatifs et stimulants, pour eux-mêmes et pour leurs élèves, mais ne disposent pas des moyens requis pour s’y adonner;
plusieurs élèves découvrent des habiletés et intérêts particuliers en prenant part à des projets spéciaux;
chaque année, des parents sont déçus de constater que l’école en général n’arrive pas à combler les besoins des enfants dont le champ d’intérêt est étendu;
notre école perd constamment de nombreux élèves doués qui choisissent de suivre leur cours de 6ième année ailleurs, en immersion anglaise, puisque nous n’avons pas de véritable alternative à leur proposer.


2. Proposition

Suivant ces observations, il est proposé de faire de notre école, dès l’an prochain, une école à projets multiples. Cette nouvelle orientation répondrait en tout point aux aspirations des parents et élèves tout en respectant les choix et intérêts des enseignantes et enseignants puisque seulement deux groupes par degré seraient directement impliqués.


3. Exemple

En supposant que l’école compte l’an prochain 16 groupes d’élèves de la 3ième à la 6ième année, le tableau qui suit pourrait bien illustrer la répartition des groupes en fonction des différents projets.

Note: Les numéros de groupes et titres des projets n’ont aucune signification pour l’instant, le tout restant à définir.



4. Remarques

Pour les enseignantes et enseignants impliqués, l’avantage de prendre part à un tel projet est fort simple: ils ont l’occasion d’enseigner un contenu qui les passionne sans avoir à corriger, à planifier d’examens, etc.;
la durée des projets, dans l’horaire, est de deux périodes consécutives, insérées dans un après-midi;
dans chaque degré, les groupes impliqués sont subdivisés en deux équipes. Les équipes A sont en éducation physique tandis que les équipes B sont en projet commun en compagnie des deux titulaires;
comme les élèves de 3ième année disposent déjà de deux périodes d’éducation physique dans l’horaire habituel, ces groupes ne seraient pas intégrés au projet-école, du moins pour l’an 1. Rien n’empêcherait cependant les enseignantes, d’un commun accord, à concevoir des projets particuliers, par exemple en "s’échangeant des élèves" pendant des périodes données.


5. Choix des élèves

Ce sont d’abord les parents qui font la demande d’inscrire leur enfant dans un groupe participant à un projet;
certains pourront choisir de laisser leur enfant dans un groupe suivant un horaire habituel compte tenu de facteurs tels la réduction de cours réservés aux matières obligatoires, le peu d’intérêt manifesté par l’enfant à l’égard des projets proposés par l’école, etc.;
la priorité est donnée aux élèves du quartier immédiat;
les élèves de l’extérieur de notre secteur pourraient être admis à l’école en tenant compte d’abord du lieu géographique de la résidence familiale.


6. Incidences financières

La commission scolaire aurait à éponger un déficit budgétaire équivalent à près d’un quart de tâche d’enseignement en éducation physique (23,08%);
ce projet devrait donc recevoir l’assentiment des commissaires dès cette année;
pour élargir l’éventail des activités offertes, des frais d’inscription pourraient être facturés aux parents des élèves concernés par le projet en éducation physique (activités à l’extérieur, transport, etc.);
comme la facture totale risquerait d'être passablement élevée, et compte tenu des sévères compressions budgétaires auxquelles doivent continuellement faire face les commissions scolaires, l'idée de créer une fondation spéciale, une source d'auto-financement, serait une voie à considérer.


7. Implication de l'équipe-école et du conseil d'établissement

Avant de soumettre définitivement le projet à la commission scolaire, l’équipe-école et le conseil d'établissement devront se pencher sur les points suivants:

Quels seront les projets proposés aux élèves, outre l’éducation physique;
qui seront les enseignantes et enseignants qui prendront en charge les divers projets;
quel sera le contenu pédagogique des dits projets, leur coût, le contexte de réalisation, etc.;
etc.


8. Responsabilité du dossier

L'éducateur physique a personnellement tout intérêt à voir naître ce projet d’école de demain le plus rapidement possible... C’est pourquoi il devrait proposer sa candidature pour coordonner sa mise sur pied, dans la mesure où une majorité du personnel enseignant et le conseil d’établissement de l’école sont favorables à son élaboration.