Stagiaire au boulot, professeur en vacances!

Des points de réflexion pour un stage efficace

Chaque année, nombreux sont les enseignants en éducation physique qui accueillent dans leur école un stagiaire universitaire, en quête d'expériences concrètes, souvent en toute fin d'études précédant l'obtention d'un permis d'enseigner.

D'une part, les stagiaires s'attendent normalement à découvrir les côtés cachés de l'enseignement, ceux qui demeurent obscurs dans le cadre d'une formation universitaire plutôt théorique. D'autre part, les maîtres de stage, les éducateurs physiques qui reçoivent ces stagiaires, ont l'occasion de rafraîchir leurs journées de travail en endossant un tout nouveau costume, pour quelques semaines. Néanmoins, dans les deux cas, il arrive que l'expérience ne soit pas tout à fait ce qu'on était en droit de s'attendre parce que l'un des acteurs (parfois même les deux) ne s'acquitte pas de sa tâche selon les espérances de l'autre.


Avant même de donner votre accord à un ou une stagiaire pour qu'il vous accompagne pour les semaines à venir, il importe d'abord de le rencontrer, de discuter avec lui afin de faire connaissance dans un cadre autre que celui de votre gymnase. Ce n'est pas lorsqu'il sera prêt de vous, en présence d'élèves, les mains dans les poches, l'air embêté, ou sans motivation apparente, qu'il sera temps de courir vers le téléphone le plus près pour demander aux autorités de l'université de rapatrier leur poulain entre leurs murs...

Une bonne discussion, amicale mais franche, s'avère donc nécessaire afin d'éviter aux deux parties de mauvaises surprises.

Pour le maître de stage, il sera impératif d'être bien informé de la durée exacte du stage, du type d'interventions que le stagiaire sera appelé à poser (observation du maître de stage, co-enseignement, prise en charge complète des élèves), des exigences de l'université envers l'étudiant (grilles d'observation, rapport de stage, planification séquentielle, projet spécial auprès des élèves, auto-évaluation du stagiaire, etc.) et le maître de stage (rétroaction, grilles d'observation, évaluation du stagiaire, de ses aptitudes professionnelles et de sa planification, rencontres périodiques de discussion, etc.).

Du côté du stagiaire lui-même, il est plus que primordial de lui faire savoir clairement ce vous attendez de lui. Quelles seront ses tâches obligatoires à vos yeux? Quelles seront celles qu'il pourra assumer sans qu'elles soient nécessaires? Il serait d'ailleurs souhaitable, avant même de le rencontrer, de savoir exactement ce que vous avez à lui offrir afin d'éviter d'éventuelles frictions.

Cependant, on peut difficilement dresser une liste des tâches obligatoires et non-obligatoires du stagiaire. Celles-ci varient inévitablement en fonction de la personnalité du maître de stage, de ses habitudes, des exigences de son milieu, de sa clientèle scolaire, etc. Néanmoins, dans le cadre d'un stage final en enseignement de l'éducation physique, on demande généralement aux étudiants universitaires d'assumer la tâche entière d'enseignement du maître de stage, ce qui constitue déjà un bon point de départ! Notez par contre que le fait de voir votre stagiaire assumer la totalité de votre tâche ne vous confère aucunement le droit de vous en retirer...

Se rendre utile

Pour qu'un stage soit profitable autant pour l'étudiant que pour l'enseignant qui l'accueille dans son milieu, il s'avère nécessaire de créer une certaine complicité entre les deux, une ouverture d'esprit.

L'enseignant devra ainsi être constamment à l'écoute de son invité. Comme, généralement, il s'amène à l'école rempli de bonne volonté mais porteur de peu d'expériences significatives en enseignement, il aura certes grand besoin d'être dirigé, stimulé, félicité et parfois rassuré. Son stage sera parsemé de succès et d'échecs, de plaisirs et de moments désagréables. Vous deviendrez alors un catalyseur, celui qui fera de toutes les composantes du stage un tout cohérent.

Pour ce faire, il est évident qu'on ne peut prétendre offrir un milieu de stage convenable à un étudiant simplement en lui prêtant notre trousseau de clés pour quelques semaines! Bien au contraire, comme vous êtes toujours légalement responsable de vos élèves, il serait fort risqué de votre part de prendre congé, même à temps partiel, sous prétexte que votre stagiaire a besoin d'être seul avec les jeunes pour vraiment faire preuve d'autorité sur les groupes.

À ce sujet, chaque année, il n'est effectivement pas rare de constater que des maîtres de stage s'absentent (longuement par surcroît) du gymnase, s'enferment presque toute la journée dans leur bureau, ou restent tout bonnement assis toute la journée sans observer la scène le moindrement. Dans ce contexte, inutile de dire que le stagiaire ne reçoit que bien peu de rétroaction sur la qualité de ses interventions et aptitudes.

Des pistes

Mais quoi donc observer?! La question mérite qu'on s'y attarde puisque c'est à partir de vos observations que votre stagiaire se forgera sa personnalité d'éducateur physique enseignant. Une bonne idée serait sans doute de garder avec vous un calepin de notes. Il ne s'agit pas ici de littéralement bombarder l'étudiant de vos remarques incendiaires à chaque fin de période mais bien de vous assurer de disposer d'un aide-mémoire qui orientera vos échanges une fois les cours terminés. D'ailleurs, bon nombre de stagiaires apprécient énormément cette façon de faire au point de demander au maître de stage de conserver ses notes afin de les consulter de nouveau à la maison...

Au départ, un peu comme nous le faisons tous quotidiennement dans le cadre de notre enseignement, notons qu'il est important d'insister tout autant sur les points positifs que négatifs se dégageant de la prise en charge du stagiaire. Trop souvent, le maître de stage aimerait façonner son stagiaire à son image, en oubliant que celui-ci n'a que quelques jours d'expérience à son actif.

De temps à autres, l'idée d'observer l'ensemble des aptitudes et interventions de votre stagiaire peut s'avérer efficace, en autant que vous ne le surchargiez pas trop de vos commentaires (pertinents, espérons-le!). Toutefois, votre décision de concentrer votre attention autour d'un aspect particulier pour une période donnée pourrait aussi, et peut-être même davantage, s'avérer bénéfique pour le stagiaire puisque vous aurez amplement le temps de prendre note d'exemples et arguments appuyant vos observations. Par exemple, il est bien de souligner à un étudiant qu'il parle trop, mais c'est encore mieux lorsque vous lui faites prendre conscience que les élèves n'ont été actifs qu'à partir de la vingtième minute après le début de la période...

Si le coeur vous en dit, voici donc quelques pistes pouvant vous guider lorsque vous aurez, à votre tour, à observer un stagiaire au boulot, sans craindre de vous sentir... en vacances!

Un point de départ pour une observation efficace
Prendre note du temps d'activation des jeunes. Certains nouveaux enseignants ont tendance à trop parler, à surexpliquer ce que les jeunes ont compris en quelques secondes. Vous pouvez même vous permettre de chronométrer! Vous profiterez ainsi d'arguments solides pour vous appuyer!

Certains stagiaires aussi parlent peu, au point d'escamoter des consignes importantes, voire primordiales, comme les consignes de sécurité. Vous constaterez aussi qu'un nouvel enseignant a parfois du mal à orienter ses cours en fonction des objectifs d'apprentissage au programme. À l'opposé, il lui arrive plutôt d'envisager l'activité comme une fin en soi. Dans cette optique, les objectifs du cours sont souvent écartés lors de l'accueil du groupe.

Pour faire suite au point précédent, on remarque souvent qu'un étudiant orienté davantage vers les activités que sur les objectifs d'apprentissage aura du mal à émettre des feed-back plus signifiants que "c'est beau!" ou "bravo!" en cours d'activités. Il aura aussi tendance à rarement intervenir pour corriger un problème se présentant chez un élève en particulier et à ne jamais interrompre le groupe au cours d'une tâche.

Les démonstrations font parfois défaut... Certains n'en font pas, ou très peu. D'autres insistent un peu trop. Le juste milieu est souvent difficile à cerner. Quelques-uns se sentent obligés de tout faire seuls alors que des élèves peuvent aussi faire le travail.

Plusieurs stagiaires ont beaucoup de problèmes à se positionner adéquatement dans la salle. Ils s'adressent aux jeunes tandis que certains sont derrière eux par exemple. Au cours des activités, ils circulent souvent au même endroit, inconsciemment, encore une fois avec d'autres élèves derrière eux, qui ne font pas nécessairement ce qu'on leur a demandé...

Souvent, aussi, la gestion du matériel pose problème. Le stagiaire prépare minutieusement son cours, en tenant compte des objectifs au programme, mais ne tient pas compte des nombreux déplacements de matériel qu'il devra effectuer pendant que ses élèves attendront, souvent avec impatience!

Certains se laissent facilement distraire par l'inattention d'une poignée de jeunes, au point d'interrompre constamment leurs explications. Il en résulte d'interminables rappels à l'ordre, destinés à une minorité, tandis que la majorité, elle, subit les sautes d'humeur du stagiaire.

Les consignes ne sont évidemment pas toujours claires, en particulier lorsque vient le moment de mettre un terme à une activité de groupe. Comme stagiaire et élèves n'ont pas convenu d'un signal sonore quelconque annonçant la fin d'une activité, il faut parfois du temps avant d'en arriver à "calmer les esprits".

Adopter une attitude amicale avec les élèves ne signifie pas pour autant devenir l'ami des jeunes, le grand frère. Certains ont tendance à tellement vouloir ne pas déplaire qu'ils en oublient que ce sont eux les profs. Il en résulte des problèmes de discipline difficiles à surmonter par la suite.

Le temps peut sembler secondaire pour quelques-uns. À 30 secondes de la fin d'un cours, des stagiaires constatent presque dans l'épouvante que le temps passe, que la cloche va sonner! Il laissent ainsi de côté le retour au calme du groupe, pourtant le moment idéal du cours pour réinvestir sur les notions abordées et les acquis des élèves.



Nos chroniques | Reportages | Débats et opinions | Portraits