L'importance de garder l'éducation physique comme matière obligatoire dans le curriculum scolaire de l'élève montréalais

Un commentaire de Benoît Laforest

Si votre médecin vous apprenait que vous avez le cancer des poumons parce que vous fumez et que vos troubles cardiaques et votre obésité sont dus à votre sédentarité, que la source de votre détresse psychologique est due à la routine ennuyante et rigide que vous vous infligez depuis des années... Si, malgré tous ces signaux, vous ne sentiez pas le besoin de changer vos habitudes de vie... Qu'en penserait votre médecin?

La situation mentionnée ci-haut correspond à ce que vivent les éducateurs physiques dans le réseau scolaire montréalais. Les signaux pathologiques sont, bien sûr, différents mais tout aussi évidents pour un éducateur physique qui voit tous les bienfaits possibles de sa matière, sans qu'on lui donne les moyens d'agir.

Les misères du milieu montréalais sont connues tout autant que ses effets sur l'apprentissage scolaire. Un rapport déposé aux états généraux par la CECM dresse un portrait très révélateur des difficultés que rencontrent les intervenants du monde de l'éducation montréalais.

Il est évident qu'il faut prévoir des traitements pour la formation des jeunes et leurs permettre au moins de prévenir certains maux scolaires. Ces traitements, le groupe de travail qui se penche sur la révision des curriculums scolaires pourrait les trouver. Cependant, soyons vigilants et évitons de tomber dans le piège de certaines modes et de croire qu'un traitement miracle soit capable de guérir le cancer du poumon, les troubles cardio-vasculaires et le burnout.

C'est pourquoi la révision des curriculums scolaires se doit d'assurer un développement des multiples dimensions de l'être humain et les finalités arrêtées par le rapport des états généraux qui tourneront autour de six grands axes nous permet de croire au développement de plusieurs traitements spécifiques aux maux qui rongent notre système scolaire montréalais.

En matière d'éducation physique rien n'est acquis. La remise en question perpétuelle de cette autre école dans celle qui est importante, celle des matières académiques, celle du vrai apprentissage. Et pourtant si vous saviez...

Commençons par souligner les impacts de l'éducation physique sur une dimension évidente pour tous: la dimension physique. L'enfant, l'adolescent et le jeune adulte ont des particularités anatamo-physiologiques différentes dont il importe de tenir compte lorsqu'on agit sur le développement biophysique. Le développement optimal de certains systèmes (osseux, musculaire, cardio-vasculaire, etc.) doit s'effectuer à divers degrés et à des moments spécifiques pour qu'on obtienne des effets bénéfiques et optimaux, d'où l'importance que chaque élève puisse bénéficier de cours d'éducation physique à chaque semaine. Il faut prévoir un temps suffisant pour permettre d'atteindre une condition physique efficiente qui permettra à l'élève de mieux répondre aux exigences physiques, de reculer le seuil de fatigue physique et psychologique et de prévenir les maladies reliées à la sédentarité tout en véhiculant de saines habitudes de vie.

Le rapport final des États généraux a défini l'axe de développement personnel comme étant l'acquisition des connaissances et l'adaptation des attitudes qui permettent aux élèves un bien-être physique, de vivre en santé, de découvrir leurs valeurs, d'établir des relations harmonieuses avec les autres, de composer avec les difficultés qu'ils rencontrent dans leur vie personnelle, dans leur cheminement scolaire et professionnel et dans leurs relations familiales et sociales. Cet axe est large et touche bien plus que la dimension physique: il fait également appel aux dimensions sociale, morale et affective. Il vise à développer un bien-être physique et psychologique. La portée de l'éducation physique sur cet axe est très importante, voire essentielle et, d'ailleurs, il faut citer le rapport à ce sujet : «Vue sous cet angle, l'éducation physique est une discipline incontournable».

Les multiples situations d'apprentissage que l'on rencontre dans les cours d'éducation physique ainsi que la variété des moyens d'action (duo, duel, équipe) utilisés font que cette matière contribue de façon unique, différente et importante à la dimension sociale des élèves en leur apprenant à s'adapter à différents environnements humains.

Gravitant toujours autour de l'axe du développement personnel, voyons comment l'éducation physique peut se montrer efficace pour véhiculer de façon concrète certaines valeurs morales et éthiques et ainsi permettre le développement de la dimension morale. La pratique de sports ou d'activités physiques nécessite un encadrement. Cet encadrement prend parfois la forme de règlements ou de consignes qui une fois appliqués permettront à l'élève de prendre conscience du respect qu'il doit porter à tout ce qui l'entoure.

Une fois objectivés, les apprentissages de la dimension morale ont un impact évident sur le racisme, la violence, la tolérance culturelle et religieuse.

En continuité avec le développement personnel, regardons comment l'éducation physique peut très efficacement contribuer à augmenter l'estime de soi, à améliorer la perception que l'élève a de son image corporelle ainsi que le renouvellement du plaisir de pratiquer une variété d'activités physiques sur une base régulière. L'éducation physique permet un développement unique de la dimension affective de l'élève. Voici les composantes qu'elle influence et les valeurs qu'elle développe: image de soi, conscience du moi, contrôle et maîtrise de soi, gestion du stress et de l'anxiété et sensation du plaisir.

Une éducation physique de qualité permet de développer toutes ces composantes. Imaginez l'impact sur le sentiment d'appartenance et des effets bénéfiques qu'ils peuvent avoir sur l'élève au niveau de la motivation, de l'abandon et du retard scolaire.

En dernier lieu, j'aborderai la dimension qui légitimise définitivement la place de l'éducation physique comme matière obligatoire dans tous les curriculums scolaires de l'élève montréalais, la dimension intellectuelle.

Au plan physiologique, un cerveau mieux oxygéné est moins fatigué, plus alerte et permet une capacité supérieure de concentration, d'analyse et de résolution de problèmes et peut générer de bien meilleures conditions d'apprentissage.

Au-delà du bien-être physique, l'éducation physique reste une matière mésestimée voire même ignorée du processus d'apprentissage. Ainsi l'éducation physique intègre tous les éléments du processus actif et constructif de l'apprentissage. Les occasions de développer des connaissances sont aussi nombreuses que dans n'importe quelle autre matière.

C'est une matière qui permet aussi de structurer ses connaissances déclaratives (savoirs) sous forme de réseau, de schémas permettant à l'élève une interprétation, une compréhension et un apprentissage des plus justes. À preuve, soulignons la qualité de l'organisation pédagogique des modules thématiques en éducation physique publiés par la CECM.

Poursuivons dans le processus d'apprentissage et examinons ce qui se fait au niveau des connaissances procédurales (savoir-faire). Elles font référence à la série d'actions posées ou impliquées dans la réalisation d'une tâche, dans l'agir, dans la résolution de problèmes. Plus la résolutions sera résolue facilement et rapidement, plus l'apprentissage sera facilité et meilleures seront les habiletés développées.

Comme dans bien des matières, l'éducation physique se limite trop souvent à des solutions stéréotypées, toutes faites. Une tendance initiée par l'enseignement stratégique permet de croire que des moyens d'organisation pédagogique, comme les modules thématiques, permettront aux éducateurs physiques d'embarquer de plein pied dans une démarche nettement plus efficace. D'ailleurs de nombreux éducateurs physiques intègrent déjà tous les ingrédients de l'enseignement adapté avec un succès plus que certain.

Finalement, les connaissances conditionnelles permettent à l'élève de savoir quoi utiliser et quand utiliser efficacement ses connaissances procédurales et déclaratives dans une situation donnée. C'est dans le processus d'objectivation que les éducateurs physiques vont permettre aux élèves de prendre conscience des résultats obtenus.

L'éducation physique exerce une influence directe et importante sur le développement de l'intelligence opérationnelle formelle. Par exemple l'élève aura à anticiper des situations hypothétiques, identifier des stratégies développées de résolution de problèmes, faire face à des situations variées, choisir le meilleur moyen de s'y prendre pour réussir, sélectionner et éliminer rapidement des solutions inadéquates ou qui ne conviennent pas.

La CECM reconnaît déjà l'importance de l'éducation physique dans son réseau scolaire. Pensons au soutien qu'elle accorde au primaire à une école telle que Pierre-de-Coubertin, qui ne récolte que des éloges pour la qualité de son programme scolaire tiers temps en éducation physique et de par ses résultats académiques plus qu'intéressants (22ème sur 133 écoles et 2ème de son regroupement en 1995-96).

Ce texte tentait de souligner la portée et le rôle que peut jouer et que joue dans bien des cas l'éducation physique dans chacune des finalités, i.e. l'instruction, la socialisation et la qualification. Il tentait également de mettre en relief le rôle incontournable de l'éducation physique sur un des six axes majeurs, soit celui du développement personnel.

De plus à chaque année, les éducateurs physiques font la démonstration, entre autres, par leur implication essentielle à la semaine de l'éducation physique de la CECM, qu'ils ont le goût et la capacité de relever le défi posé par les caractéristiques de l'école montréalaise. Ils ne demandent qu'à faire profiter d'une formation universitaire de 4 000 heures. Ils sont également en voie d'être reconnus comme profession. Ces derniers sont convaincus que la richesse d'une éducation physique de qualité leur permet un large éventail judicieux d'activités d'apprentissage répondant aux besoins spécifiques des élèves montréalais. Ils sont conscients que ce qu'ils peuvent retirer de leur matière préparera plus efficacement la société québécoise à faire face aux défis d'un monde en constante évolution.

C'est pourquoi il est nécessaire que le système d'éducation du Québec accorde à l'éducation physique la place qui lui revient dans les curriculums scolaires de l'élève montréalais, c'est-à-dire un temps minimal d'enseignement obligatoire garanti à chaque semaine et à chaque année du préscolaire, du primaire, du secondaire, du collégial et de l'universitaire.

Finalement la participation pour une neuvième année consécutive de la CECM à la Semaine de l'éducation physique, le plus gros événement médiatique du genre au Québec, illustre bien le caractère particulier et l'importance que la CECM reconnaît à cette matière pour l'école montréalaise.

Benoît Laforest
Conseiller pédagogique à la CÉCM
Montréal, Québec




Nos chroniques | Reportages | Débats et opinions | Portraits