Les options du gardien face à un penalty

La prochaine coupe du monde de soccer, qui sera cette fois toute française, approche petit à petit. Si vous êtes familier avec ce sport fort populaire partout dans le monde, vous ne vous posez sans doute aucune question particulière lorsque vous voyez plonger un gardien, parfois même à contre-pied, en tentant de bloquer un penalty (coup de pied de réparation) dirigé contre lui. Si au contraire vous arrivez difficilement à comprendre l'action qui défile sous vos yeux, il peut vous sembler étonnant, pour ne pas dire ridicule, de voir le gardien se compromettre au point de plonger dans la mauvaise direction.


En fait, on accorde généralement bien peu de chance à un gardien de bloquer un pareil tir. L'immensité du but à protéger et la proximité du tireur ne lui confèrent en effet qu'une faible probalité de réussite.

Toutefois, tout dépendant du calibre des joueurs en présence, le gardien dispose de quelques options dans sa façon de réagir à la situation, même si certaines peuvent paraître plutôt étonnantes.

Ainsi, les gardiens de haut niveau tenteront de deviner en vitesse la direction du tir en se concentrant sur le placement du pied d'appui du tireur, c'est-à-dire du pied sur lequel le poids de son corps repose tandis que l'autre frappe la balle. Le problème, dans ce cas, c'est que le tireur a justement atteint lui aussi un haut niveau de performance lui permettant de dissimuler ses intentions. Il pourra donc avec aise placer différemment son pied d'appui au sol de manière à tromper la vigilance du gardien, ce qui explique les plongeons dans le vide qu'on voit régulièrement.

Généralement, les gardiens "trichent" un peu en s'élançant tout juste une fraction de seconde avant le tir, dans l'espoir d'avoir choisi le bon côté! Dans ce cas, on constate que bien peu de gardiens se font réprimander par l'arbitre, bien que ce soit tout à fait interdit par le réglement. Par contre, occasionnellement, quelques-uns "étirent" un peu trop la fraction de seconde et parviennent à bloquer le tir, sous les yeux de l'arbitre. Celui-ci n'a alors d'autre alternative que de faire reprendre le penalty.

Au cours de compétitions importantes, comme la coupe du monde, la coupe d'Europe, etc., il arrive de temps à autres que les tirs soient bloqués, contre toute attente. Même si cette éventualité peut sembler pratiquement impossible à prime abord, le facteur psychologique, dû au haut degré de stress subi par le tireur, peut à l'occasion avoir raison de sa technique.

Chez les gardiens moins expérimentés, dans les ligues locales ou juvéniles, il arrive que d'autres stratégies soient envisagées, avec plus ou moins de succès. Certaines parmi celles-ci ne manquent d'ailleurs pas d'étonner...

Par exemple, quelques-uns décident de ne jamais prendre place au centre du but dans l'attente d'un tir pour forcer le joueur à diriger son botté vers un endroit précis du filet. De cette façon, ils espèrent compenser pour une faiblesse apparente à plonger sur un côté en particulier. La manoeuvre ne fonctionne évidemment pas toujours puisque bien peu de ces gardiens sont capables d'atteindre une balle passant par cet espace laissé béant. Il arrive même que le tireur s'entête à tirer en direction du plus petit espace, ce qui lui réussit souvent, surtout lorsque le gardien est réellement faible de ce côté.

Quelques autres, moins nombreux, optent pour une solution tout à fait cocasse... Ils choisissent en effet de plonger constamment du même côté, sans du tout tenir compte du tireur! On peut comprendre que le taux de succès de ceux-ci ne soit pas trop élevé... et que bien peu d'entre eux soient destinés à une carrière professionnelle!



Les origines du soccer | Penalty! | La pêche sportive du saumon