Le patin à roues alignées à l'école publique

Je désire vous présenter une expérience que j'ai tentée à mon école. Il s'agit d'une introduction aux patins à roues alignées, dans le cadre de mes cours d'éducation physique, pour laquelle je vous expose aussi les différentes phases d'acquisition qui me semblent nécessaires pour développer le contenu présenté. Vous aurez par le fait même l'occasion de prendre connaissance du pourquoi, du comment, du quand et/ou combien de temps pour y arriver.

par Manuel Bellido Pérez, Espagne

Généralités

Il n'est pas facile d'aborder l'usage de patins à roues alignées à l'école dans le cadre d'un cours d'éducation physique. Le premier problème à surmonter en est un matériel puisque l'achat de patins, à l'école, s'avère difficile en raison de leur coût et du nombre d'élèves en cause. On doit donc s'en remettre aux élèves eux-mêmes qui, s'ils ne possèdent pas déjà leurs patins, décideront peut-être d'en acheter une paire. Il faut disposer d'au moins une paire pour deux élèves pour arriver à bien fonctionner pendant un cours, et ce n'est pas impossible d'y arriver selon mon expérience!

Dans ces conditions, on peut bien fonctionner puisque tous les élèves pourront apprendre à glisser simplement en utilisant les patins de leurs camarades, dans un système de rotation, le tout, bien entendu, en supposant que les propriétaires de patins collaborent de bon gré. Une fois cette embûche surmontée, on peut proposer, en éducation physique, une journée par semaine de patins à roues alignées pour chaque groupe.

À partir de ce moment, il faut se montrer très méthodique en essayant de suivre une progression dans logique menant à des apprentissages chez les élèves. Peu importe les jours de pluie, ou l'hiver, ce contenu, le glissement, s'acquiert à long terme, c'est-à-dire que les résultats apparaîtront après quelques mois ou plusieurs cours.

Pour ma part, c'est la troisième année que j'utilise le patin à roues alignées comme moyen d'action avec mes élèves (d'une école primaire comptant environ 400 élèves âgés de 6 à 12 ans) et je suis particulièrement heureux de constater que plus de 80% de ceux-ci arrivent à glisser parfaitement. Parallèlement, le succès de nos efforts sur patins est aussi dû au fait que nous n'en avons pas négligé les autres activités physiques et motrices. Mes élèves pratiquent donc le patin à roues alignées au même titre que le foot, la danse, le basketball et les autres activités.

Phases d'apprentissage

Au cours de ces trois années, les phases d'apprentissage qui m'ont guidé dans mon enseignement sont les suivantes:

1ière phase: Initiation

Il s'agit de faire disparaître la peur des patins à roues alignées et de créer l'habitude de les chausser avec confiance chez les élèves. L'objectif est de rendre amusant le fait de commencer à rouler ou glisser sur patins. Il est tout à fait normal de tomber plusieurs fois dans cette phase d'apprentissage, mais ce peut être aussi amusant! Plusieurs adaptations, dans les moyens d'action utilisés, peuvent faciliter les apprentissages chez les jeunes. Entre autres, les plus importantes sont de faire les exercices en couples, deux par deux, ou même en équipes de trois. À ce moment, un seul des membres d'une équipe chausse les patins et est aidé par son ou ses partenaires de travail. L'idée de procéder ainsi vient du désir de fournir des appuis à l'élève qui ne sait pas glisser. Petit à petit, l'assistance des partenaires deviendra de moins en moins nécessaire.

2ième phase: Développement

À partir du moment où les jeunes arrivent à glisser tout seuls, sans l'aide de partenaires, malgré encore quelques chûtes ici et là, commence la phase du développement. On tente ici de développer le plus possible les habiletés personnelles de glissement de chacun. Les critères permettant d'élaborer des activités d'apprentissage sont le glissement libre, l'introduction de quelques techniques de base (faire un demi-tour pour s'arrêter, s'élever ou se baisser au moment du glissement, lever une jambe, etc.) et l'apprentissage du glissement par circuits comportant des obstacles à contourner ou franchir.

3ième phase: Expérimentation

Cette phase débute à partir du moment où les élèves peuvent glisser librement et font preuve d'autonomie motrice, contournent les obstacles et parviennent à passer d'une position statique à une situation de glissement sans tomber. Les critères guidant l'élaboration des moyens d'action dans cette phase sont la manipulation d'objets, la pratique de jeux et le glissement avec un partenaire, c'est-à-dire en collaboration.

4ième phase: Spécialisation

À partir du moment où les élèves parviennent à manipuler n'importe quel objet (ballons, bâtons, frisbee, balles, etc.) ou presque, qu'il arrivent à glisser en collaboration avec un partenaire et qu'ils acquièrent une totale autonomie et liberté de mouvements sur patins, on peut alors aborder les techniques spécifiques de certaines disciplines sportives. Au primaire, on peut aborder les techniques de base du hockey ou du patinage artistique. C'est ce qui s'apparente le plus à un entraînement. Chaque élève pourra aller aussi loin qu'il le voudra dans sa spécialisation de techniques particulières en tenant compte de des qualités motrices et physiques.

Observations générales

Les trois premières phases de développement dont nous venons de parler peuvent facilement correspondre aux différents cycles d'apprentissage du primaire en Espagne (6-12 ans), et c'est préférable ainsi. Quant à la 4ième phase, celle de la spécialisation, elle peut servir de liaison entre le primaire et le secondaire (entre 12 et 14 ans), c'est-à-dire au cours de la période pubertaire.

L'utilisation des patins à roues alignées dans mon école est devenu systématique. Les élèves ont pris l'habitude d'apporter avec eux leurs patins le jour de la semaine où ils doivent le faire. Tout le monde arrive à glisser convenablement et plus de 70% des élèves sont propriétaires d'une paire de patins (comparativement à 50% au départ...).

Grâce à cet engouement, et puisque les élèves peuvent maintenant jouer, manipuler, développer et pratiquer d'autres activités motrices sur patins, nous avons commencé à faire des combinaisons d'activités. Par exemple, certains arrivent à rallier la danse et le glissement, d'autres le basketball et le glissement, etc. Pour moi et mes élèves, il s'agit donc d'une expérience très profitable qui, j'espère, vous plaira.

Si vous avez des questions au sujet de cette progression, n'hésitez pas à m'écrire!